En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 9 heures 14 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 10 heures 47 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 13 heures 4 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 16 heures 56 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 17 heures 26 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 18 heures 47 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 19 heures 12 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 19 heures 46 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 50 sec
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 10 heures 12 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 11 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 32 sec
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 17 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 18 heures 4 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 19 heures 24 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 20 heures 9 min
Grève à Radio France

Un bon procès pour les mauvaises raisons : ce que l’affaire Gallet révèle des méthodes du gouvernement

Publié le 04 avril 2015
Avec 20 jours de mobilisation, ce mouvement de grève est inédit. On s'en souviendra surtout comme l'époque où le gouvernement a tout fait pour se débarrasser du président de Radio France, au mépris des engagements de campagne de François Hollande, qui avait déclaré qu'il "ne se mêlerait pas de ça".
David-Hervé Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David-Hervé Boutin est chef d’entreprise et ex-Secrétaire national Les Républicains pour la Culture et les médias.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec 20 jours de mobilisation, ce mouvement de grève est inédit. On s'en souviendra surtout comme l'époque où le gouvernement a tout fait pour se débarrasser du président de Radio France, au mépris des engagements de campagne de François Hollande, qui avait déclaré qu'il "ne se mêlerait pas de ça".

La grève à Radio France continue, et entre le ministère de la Culture, Matignon, l’Elysée et le CSA, personne ne semble décidé à prendre le taureau par les cornes. Face au marasme, le journaliste spécialiste des médias Philippe Kieffer ironise dans une tribune publiée dans le Huffington Post :

"C'est triste à écrire, mais en s'éternisant comme elle le fait la grève de Radio France aura  eu (si elle cesse un jour) un immense mérite : celui de mettre en évidence l'écheveau des contradictions qui sert de socle à l'irresponsabilité commune de l'État et de son médiocre appendice naturel : le Conseil dit "supérieur" de l'audiovisuel."

Pour l'ancien ministre de la culture Frédéric Mitterrand, qui avait personnellement soutenu la candidature de Mathieu GaIlet, ce dernier s'est retrouvé pris dans "dans un traquenard" (i-télé). "C'est de l’acharnement feuilletonesque. Je ne peux pas m'empêcher de remarquer que ça arrive au moment précis où se déclenche une grève très lourde", a-t-il rajouté sur le plateau du Petit Journal [...]. "Je pense qu'il sert de bouc émissaire. La question ce n'est pas Mathieu Gallet. La question, c'est de savoir si l’État, qui prétend avoir libéré l'audiovisuel public, n'est pas en fait en train d'essayer de remettre la main dessus".

Un constat que partage Phillippe Kieffer, pour qui "depuis le début de cette affaire, le "cas Gallet" n'est qu'un prétexte à l'exacerbation d'une lutte de pouvoir au sommet qui ne dit pas son nom. Un règlement de comptes fratricide entre l'Exécutif et le Régulateur. Le premier ne voulait pas de Mathieu Gallet et souhaite le voir partir sans avoir à se salir les mains. Le second soutient Gallet du bout des lèvres, craint de se déjuger en le révoquant, et vit maintenant dans la terreur qu'il démissionne." 

Atlantico : Le président de Radio France Mathieu Gallet, qui fait face à une grève d'une durée inédite, est sous la pression du gouvernement, et des médias qui publient régulièrement des révélations sur ses pratiques passées et son train de vie. Quelle est la stratégie du gouvernement, pour quel objectif ?

David-Hervé Boutin : La stratégie fixée par l’autorité de tutelle est, au pire, inexistante et au mieux, floue, alors qu' il faudrait trancher et avoir une stratégie claire et courageuse pour garantir à la fois la pérennité de l'institution et les intérêts du contribuable sur le long terme.

Après avoir affirmé que l'exécutif ne se mêlerait plus de ces affaires – « moi président […]  je laisserai ça à des instances indépendantes » - il semblerait que la plus longue grève au sein de la Maison ronde et surtout le récent rapport de la Cour des Comptes ai rappelé la tutelle actionnaire à certaines réalités.

En effet, Radio France est une entreprise dotée de 640 millions d’euros de budget (dont 90 % de ressources publiques) qui connaîtra pour l’année 2015, plus de 21 millions d’euros de déficit et un montant de ses travaux de transformation dépassant de plus de 2,5 fois le budget initial…

En outre, dans un contexte de crise budgétaire nationale sans précédent, la Cour des comptes - qui sait pourtant aussi se montrer parfois modérée dans ses préconisations - réclame la fusion des deux orchestres de Radio France en un seul, de plus grande qualité. Créés complémentaires dans les années 30, devenus concurrents par la suite, ils coûtent en effet 60 millions d’euros par an et génèrent deux millions de recettes alors que la retransmission de leurs oeuvres est en baisse. L’organisation serait, selon elle également, aberrante au niveau des rédactions (nonobstant leur grande qualité respective) car pâtissant de l'absence de synergies entre celles de France Inter (140 personnes ), France Info (100 p) et France Culture (40 p) alors pourtant qu'elles coexistent au sein d'un même bâtiment !  Ces lacunes structurelles sont dénoncées parmi d’autres et il semble - à lire de précédents rapports - que la situation soit identique au sein de la télévision publique. Les choses sont donc globalement mal pensées, mal contrôlées et certains syndicats (minoritaires mais jusqu'au-boutistes) continuent de penser que la tutelle finira bien par trouver l’argent. Ce qu'elle fait d'ailleurs le mieux : en cherchant en permanence de nouvelles ressources ou en augmentant la redevance !

La problématique est donc loin de se résumer - comme certains auraient aimé le faire croire- à la seule personne de Mathieu Gallet ( arrivé il y a à peine un an !) et tient plus dans la position habituellement ambiguë du Gouvernement sur ces sujets.  Or, face à une telle situation, il n'est plus temps de temporiser et comme on dit outre-Atlantique : "You can't be half pregnant" c'est à dire dedans et dehors à la fois !

Le gouvernement ne fait donc rien pour aider le président de Radio France dans sa tâche ?

Pour beaucoup de politiques, le chapitre communication s’arrête souvent hélas aux relations presses avec les journalistes, sans considérer au delà, l'aspect industriel de ces entreprises et leur développement. Or, ce n’est pas parce qu'une entreprise est publique qu’elle ne doit pas être rigoureusement gérée, bien au contraire ! Compte tenu de ses missions, Radio France n'a peut-être pas vocation à générer des bénéfices mais de là à être à ce point déficitaire et dépendant de la ressource publique… Le temps n'est donc plus aux demi mesures et les réformes courageuses menées par la BBC en 2007 - qui commencent d'ailleurs à porter leurs fruits - pourraient aussi nous inspirer !

Même si le personnage peut faire l’objet de critiques, qu’est-ce que cet acharnement révèle des méthodes de l’exécutif ?

François Hollande disait qu’il n’interviendrait pas dans les nominations, dans les contenus ou auprès des journalistes, mais on se rend compte que ce sont de bien plus sournois procédés qui sont à l’œuvre désormais et les messages sont portés par des voies détournées… Le gouvernement n’est pas satisfait de Mathieu Gallet, certes, mais alors dans ce cas il serait temps de clarifier les modes de nomination pour l'avenir ! Car en ce moment-même se joue la nomination du président de France télévisions et le processus de désignation est totalement opaque. 33 candidats sont en lice et nous aimerions aussi savoir ce qu’ils proposent !? Comment imaginer en effet que l'un d'entre eux (ou l'une d'entre elles...) se retrouve à la tête d’une organisation disposant de plus de 2,3 milliards de redevance publique par an sans que le contribuable n'aie d'autres choix que d'applaudir puis de payer !?

L’exécutif est donc dans le déni de ses engagements ?

Tout à fait. Le processus de nomination mis en place par Nicolas Sarkozy avait quant à lui le mérite de la clarté : en faisant le choix de la personne, il affirmait un choix résolu de la tutelle qui était ensuite garant de la stratégie et de la gestion des deniers publics. Avec le gouvernement actuel on ne sait pas qui décide, de quelle stratégie, ni qui en sera responsable in fine. Cela doit aussi changer maintenant !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 04/04/2015 - 19:10
Qui écoute encore Radio-France?
Le problème est limpide et va beaucoup plus loin que les erreurs de gestion et de management des gauchistes, car ils ne sont plus à cela près...le problème est: les Francais doivent-ils laisser persister des structures archaïques et dépassées par la technologies et les modes de communication moderne, que leur privatisation aurait obligé à se moderniser et restructurer, depuis bien longtemps, si la lâcheté étatique UMPS ne les avait préservé de la liquidation, écoutant la douleur feinte et les cris d'orfraie des syndicalistes archaiques qui hantent ces -autrefois-nobles institutions... Ce problème est généralisable à de nombreux EPICs et monopoles d'état maintenus sous respiration artificielle par les subventions de l'état PS. Çe modèle était viable dans les années soixante, car les structures nationalisées ne dépassaient pas exagérément leurs budgets, mais la mode du socialisme et de la dette galopante, aujourd'hui, touche tous ces organismes qui vivent à crédit de notre Jeunesse, et se paient des "transformations" pharaoniques et une multiplication des intervenants-parasites de ce système gauchiste, à défaut d'avoir le courage de sa restructuration-modernisation.
Anguerrand
- 04/04/2015 - 15:17
A Attila
Vous avez totalement raison, la fin de radio France, radios gauchistes payés par la redevance, une vraie radio de propagande, un repaire d'extrémiste de gauche grassement payés. Une privatisation nous permettrait de substantielles economies et j'espère que les salaires ne seront pas payés durant cette grève comme il en est habituel avec les greves de fonctionnaires.
attila
- 04/04/2015 - 10:44
radio france
PRIVATISATION !!!!!