En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 35 min 18 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 2 heures 18 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 4 heures 16 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 53 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 50 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 7 heures 20 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 8 heures 5 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 47 min 21 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 2 heures 32 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 5 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 53 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 6 heures 27 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 7 heures 9 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 8 heures 27 min
Bonnes feuilles

Le modèle révolutionnaire de Marx ou quand l’Etat au centre est le point autour duquel les monades peuvent évoluer de manière autonome

Publié le 06 avril 2015
Selon l'auteur, la France, pays des libertés, meurt de ses interdits. Ce n'est pas la mondialisation, l'Europe ou le capitalisme sauvage qui nous menacent, mais l'enlisement dans la servitude volontaire. L'Etat est devenu le bourreau de nos libertés. Le problème n'est pas économique mais philosophique. Extraits de "Le révolutionnaire, l'expert et le geek" de Gaspard Koenig aux éditions Plon (1/2).
Gaspard Koenig
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig a fondé en 2013 le think-tank libéral GenerationLibre. Il enseigne la philosophie à Sciences Po Paris. Il a travaillé précédemment au cabinet de Christine Lagarde à Bercy, et à la BERD à Londres. Il est l’auteur de romans et d’essais, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'auteur, la France, pays des libertés, meurt de ses interdits. Ce n'est pas la mondialisation, l'Europe ou le capitalisme sauvage qui nous menacent, mais l'enlisement dans la servitude volontaire. L'Etat est devenu le bourreau de nos libertés. Le problème n'est pas économique mais philosophique. Extraits de "Le révolutionnaire, l'expert et le geek" de Gaspard Koenig aux éditions Plon (1/2).

Marx identifie fort bien la distinction qui s’opère alors entre Etat politique et société civile. Ce qui chez Sieyès n’était encore que la loi devient l’Etat, dans son acception moderne d’Etat de droit. Et ce qui n’était qu’échanges libres devient société civile, réduite à la somme de ses parties : simple coexistence dans un espace sécularisé et dépolitisé. « L’émancipation politique, conclut Marx, est la réduction de l’homme, d’une part au membre de la société civile, à l’individu égoïste et indépendant, d’autre part au citoyen, à la personne morale. » Celui-­ci ne fait que servir celui-­là, le citoyen-­législateur devenant le ser‑ viteur du bourgeois-­capitaliste.

Cette analyse a le mérite de mettre l’autonomie –  la monade – au centre du processus révolutionnaire, tout en reconnaissant l’émergence d’une sphère politique séparée de la société civile. Marx reconnaît la puissance de cette idée  : « Délivrée, sous le gouvernement du Directoire, des entraves féodales et reconnue officiellement par la Révolution elle-­même, la société bourgeoise jaillit en tor‑ rents de vie », observe-­t‑il dans La Sainte Famille. Ces torrents de vie coulent de la monade enfin livrée à elle-même, ; ils représentent la course joyeuse et endiablée de l’homme découvrant la possibilité, enfin, de jouir de lui-­même.

Ce n’est donc pas pour garantir des libertés naturelles assez insaisissables que l’Etat de droit moderne est né, mais pour permettre à l’homme de réaliser un vieux fan‑ tasme : l’autosuffisance. La force de Marx, c’est d’avoir compris que les droits de l’homme ne sont pas des valeurs sacrées en soi, mais une simple conséquence du désir d’autonomie. Et ce désir d’autonomie représente la seule valeur autojustifiable dans un monde dépourvu de trans‑ cendance. J’ai besoin du droit de propriété, d’une justice indépendante et de la liberté d’expression moins pour être libre (d’ailleurs, les règles posées par l’Etat de droit sont souvent bien plus contraignantes que celles d’un régime arbitraire) que pour devenir moi-­même et espé‑ rer, selon notre définition de l’autonomie, être en mesure d’effectuer mes propres choix.

Bien sûr, la monade reste une sorte d’idéal régulateur inatteignable, et les moyens d’assurer le devenir-­monade de chacun restent sujets à d’innombrables discussions (quelle forme d’éducation publique, quel système d’as‑ surances sociales, quel mode électoral, etc.). Mais, au moins, les enjeux sont bien posés, et la finalité de notre vie en société clarifiée. 

Pourtant, Marx ne se satisfait pas de cet idéal bour‑ geois. Après l’avoir brillamment analysé, il rejette la vision « égoïste » de l’autonomie. Au nom de quoi ? Au nom de « l’émancipation humaine » (à différencier de l’émanci‑ pation politique), c’est-­à-­dire de la possibilité de trans‑ former l’homme en une créature meilleure, altruiste et désintéressée, que Marx appelle, d’une manière qui fait frémir, « l’homme proprement dit, l’homme vrai ». C’est à la poursuite de cette mystérieuse essence humaine, aper‑ çue par le philosophe-­roi marxiste et étayée par une philosophie de l’histoire contestable, que se consacreront les pires totalitarismes du xxe  siècle. On voit donc pourquoi Marx aura besoin d’introduire dans sa philosophie la notion perverse d’aliénation, qui explique l’aveuglement de l’homme vis-­à-­vis de sa « vraie nature ». Ainsi, avec une parfaite cohérence, les droits de l’homme devien‑ dront le propre d’une « société de l’anarchie, de l’indi‑ vidualisme naturel et spirituel aliéné de lui-même1 ». La monade est aliénée, il faudra la rééduquer !

Assumer un monde réellement sécularisé, c’est en revanche accepter que l’homme se résume à ce qu’il est, et qu’aucune essence ne vienne obscurcir le rapport imma‑ nent de l’individu à lui-­même. Le monde désenchanté est le seul qui permette à chacun de construire ses propres enchantements. Considérant le cours de la Révolution française, Marx juge « mystérieux qu’un peuple qui com‑ mence à peine à s’affranchir […] proclame solennelle‑ ment les droits de l’homme égoïste ». Mystérieux ? Au contraire ! Les droits de l’homme égoïste, les droits de la monade, sont les seuls qui permettent de conquérir l’autonomie, contre les rois qui se réclament du Dieu véritable, et contre les philosophes qui fantasment un homme véritable.

Reprenons pour simplifier l’image de Sieyès  : l’Etat au centre, point fixe autour duquel les monades peuvent évoluer de manière autonome. Telle est, idéalement, le modèle révolutionnaire.

 

Extraits de "Le révolutionnaire, l'expert et le geek" de Gaspard Koenig aux éditions Plon, 2015

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires