En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 13 min 23 sec
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 29 min 45 sec
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 1 heure 16 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 1 heure 44 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 2 heures 26 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 18 heures 57 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 19 heures 56 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 20 heures 37 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 23 heures 32 sec
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 1 jour 15 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 18 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 52 min 43 sec
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 2 heures 2 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 18 heures 9 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 19 heures 17 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 20 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 22 heures 48 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 23 heures 28 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 1 jour 37 min
© Reuters
© Reuters
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Contre la politique politicienne, la société civile s’organise pour 2017

Publié le 19 mars 2015
Après les Gracques, les Arvernes, voilà Les éclaireurs. Des groupes de cadres du privé et du public qui s’organisent pour produire des analyses et des réformes capables d’influencer l’évolution de la situation française.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les Gracques, les Arvernes, voilà Les éclaireurs. Des groupes de cadres du privé et du public qui s’organisent pour produire des analyses et des réformes capables d’influencer l’évolution de la situation française.

Ces groupes-là ont toujours existé mais ils ont travaillé dans la discrétion et souvent dans l’anonymat. Pour beaucoup de raisons, à cause du devoir de réserve imposé aux hauts fonctionnaires, à cause du blocage du système par les professionnels de la politique. A cause, enfin, de l’importance de la démagogie et du populisme dans le débat public français. Pas question donc, de donner le spectacle d’une élite qui viendrait donner des leçons au peuple et cristalliser encore plus le débat.

En 2007, lors de la campagne présidentielle, ce sont les Gracques qui sont sortis de la pénombre et sont venus perturber, puis  accompagner, la candidature de Ségolène Royal. Classés au centre gauche, les Gracques regroupent des hauts fonctionnaires et quelques cadres dirigeants de grandes entreprises.

Ils ont acquis une grande notoriété par des livres et des articles collectifs, et par conséquent une influence dans les cabinets ministériels. Leur chef est Jean-Pierre Jouyet, ancien ministre de Nicolas Sarkozy puis directeur général de la Caisse des dépôts et aujourd'hui secrétaire général de l’Elysée.

Apres les Gracques, on a vu apparaitre dans la brume de 2012, les Arvernes, un groupe de cadres supérieurs un peu plus jeunes qui n’ont pas accepté la défaite de la droite en 2012. Leur message était fondé sur le pragmatisme d’une droite forte et convaincue que l’économie ne pouvait fonctionner que sur le respect des règles du marché. Dans un système français dominé par un impérialisme intellectuel d’une gauche académique, c’était gonflé.

Aujourd'hui, la gauche est passée de mode. C’est donc plus facile de s’afficher de droite. Voilà qu’apparait sur la scène médiatique et politique le collectif des Eclaireurs. Toujours des cadres du privé (en majorité) et un peu du public qui se sont donnés comme ambition de faire bouger les choses pour que la France puisse affronter la construction européenne, la mondialisation et la concurrence mondiale.

Ces collectifs ont tous une caractéristique, ce sont des purs produits de la technocratie qui considèrent que les technocrates ont plus de capacités et de moyens que les dirigeants politiques pour définir les réformes nécessaires. La démarche est un peu arrogante. Eux expliquent qu’ils sont animés d’une volonté bienveillante.

Leurs ainés en 1929,  issus de Polytechnique pour la plupart, avaient pris le pouvoir sur les élus pour redresser les économies occidentales et avaient appliqué les recettes du Docteur Keynes.

Aujourd'hui, les collectifs n’ont pas l’ambition de prendre le pouvoir. D’abord parce que les problèmes à régler sont nombreux et complexes, ensuite parce qu'il n'y a pas d’économistes vivants comme Keynes l’était à l’époque, porteur d’une solution globale pour sauver le capitalisme et l’économie de marché par les Etats. La mondialisation a dévalué le pouvoir des Etats et de ce fait le pouvoir des politiques. La mondialisation a tué les remèdes keynésiens

Le groupe des éclaireurs est bien décidé à intervenir dans la campagne pour la présidentielle de 2017. Ce qui est intéressant, c’est que les idées qu’ils développent pourraient être portées aussi bien par Macron, Valls que Fillon ou Madelin. Pas d’attitudes ou de propos partisans.

Ils se sont formés autour de cinq idées fortes.

1ere idée: Pas question de s’expatrier parce que la France n’est pas foutue. Elle le sera si ses élites s’en vont. Donc Les éclaireurs restent très présents dans l’exercice de leurs responsabilités sur l’hexagone. Parallèlement et très logiquement, ils recrutent beaucoup parmi le million de Français expatriés à l’étranger. D’abord parce qu'ils ont une expérience qui nous sera très utile. Ensuite, parce qu'ils espèrent que les plus jeunes pourront rentrer à la maison.

2e idée : Pas question de se complaire dans le culte du passé et de ressasser les vieilles recettes des 50 dernières années. Nos éclaireurs ne vont pas lire Zemmour, qui ne sait regarder que dans le rétroviseur. Depuis l’époque bénie où Keynes triomphait, le monde a changé, les frontières sont tombées et la technologie a bouleversé tous les rapports de force. Il faut donc s’adapter à ces évolutions sans pour autant oublier ses racines ou son ADN.

3e idée : La France est porteuse de progrès, d’idées neuves. Le pays a une identité propre parfaitement compatible avec la construction européenne et la mondialisation. Ça veut dire beaucoup de choses en termes d’éducation, de formation ou d’immigration. Mais surtout pas de polémiques inutiles.

4e idée : Depuis la crise de 2008, les facteurs d’évolution, de progrès, de dynamisme économique et d’innovation sociale ont été impulsés plus souvent par les entreprises privées que par l’Etat, les collectivités locales ou les institutions publiques. Il y a une France qui assume les contraintes de la modernité, et une France plus conservatrice qui se tient au chaud dans les arcanes du pouvoir politique et administratif.

5e idée forte : On ne réformera pas ce pays par des textes de loi qui répondent le plus souvent à une urgence politique et qui finalement se perdent dans des débats politiciens. On reformera ce pays à force de pédagogie de l’opinion pour qu'elle pèse sur les élus politiques.

La clé à terme, c’est évidemment de parvenir à changer le fonctionnement politique. Comprendre que l’opposition gauche-droite n’a pas de sens sauf à conforter des citadelles tellement impénétrables qu'elles ont amené les courants à construire des chapelles.

La vie politique française n’a pas d’autre sens que de respecter l’histoire. Pour ce qui est de la performance économique et sociale, mieux vaut s’en remettre aux grandes entreprises et aux institutions internationales.

Le risque dans une telle démarche est évidemment de se déconnecter du peuple. Pour les éclaireurs, le risque existe mais il est beaucoup moins dangereux qu'on ne le croit. Les peuples sont souvent plus formés et conscients des évolutions nécessaires que leurs représentants politiques.

Les élites politiques sont en retard. Ils savent la réalité mais ils estiment que l’opinion ne la sait pas et n’accepterait pas le changement. Ils se trompent. Les opinions publiques sont capables de comprendre les changements nécessaires. Encore faut-il les leur expliquer.

Pour l’heure Les éclaireurs n'ont pas choisi le cheval qui, à droite, portera leur couleur.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 19/03/2015 - 13:54
Gracques, Arvernes, Eclaireus
Une espérance? Oui si les politiques et la presse qui les sert ne les tue pas par l'étouffement du silence