En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

06.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

07.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 21 min 16 sec
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 55 min 4 sec
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 1 heure 16 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 1 heure 45 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 2 heures 3 min
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 2 heures 44 min
décryptage > International
On ne change pas un Ottoman qui gagne

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

il y a 4 heures 7 min
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 18 heures 19 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 19 heures 16 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 21 heures 11 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 21 min 31 sec
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 1 heure 1 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 1 heure 30 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Justice
Garde des Sceaux

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

il y a 4 heures 8 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 18 heures 49 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 20 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 21 heures 48 min
© Reuters
Comment sortir de la "ghettoïsation"
© Reuters
Comment sortir de la "ghettoïsation"
Contre-attaque

Philippe Doucet : "Aujourd’hui, on connaît l’âge et le revenu des habitants des tours des quartiers difficiles mais on aurait surtout besoin de savoir quelle langue ils parlent"

Publié le 07 mars 2015
Alors que le député socialiste Philippe Doucet présente ses 24 mesures contre l'"apartheid territorial, social et ethnique" dénoncé par Manuel Valls, la question de l’efficacité de la politique de peuplement en terme de mixité sociale se pose plus que jamais. Le Président de l'agglomération Argenteuil-Bezons s'explique sur les principaux points de son plan contre la "ghettoïsation".
Philippe Doucet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Doucet est député PS du Val-d'Oise et Président d'Argenteuil-Bezons, proche de Manuel Valls. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le député socialiste Philippe Doucet présente ses 24 mesures contre l'"apartheid territorial, social et ethnique" dénoncé par Manuel Valls, la question de l’efficacité de la politique de peuplement en terme de mixité sociale se pose plus que jamais. Le Président de l'agglomération Argenteuil-Bezons s'explique sur les principaux points de son plan contre la "ghettoïsation".

Atlantico : Pour lutter contre l'apartheid territorial, vous proposez d'encourager la construction de logements sociaux par des seuils imposés aux communes relevés et des amendes augmentées pour celles qui ne les respecteraient pas.  La priorité n'est-elle pas d'abord de rénover le parc existant ?

Philippe Doucet : La rénovation des logements sociaux, à travers l'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), est un processus déjà bien entamé, même s'il est vrai qu'elle suit encore son cours. Aujourd'hui, le problème se situe davantage dans la construction de nouveaux logements. Dans une ville comme Argenteuil, les demandeurs de logement sociaux sont au nombre de 8 500, avec plus de 20 000 pour l'ensemble du Val-d'Oise. Des écarts trop importants subsistent : certaines villes ont 2% de logements sociaux quand d'autres en ont 70%.

Pendant longtemps, les décideurs ont préféré faire l'autruche sur les problèmes d'apartheid territorial, comme une entente organisée pour laisser les pauvres d'un côté. Et la situation s'est tellement aggravée que de nombreux ghettos se sont effectivement créés.

Il faut sortir de cette approche égoïste qui consiste à préférer payer des amendes plutôt que de créer des logements sociaux, à des fins électoraliste. Près de chez moi, à Enghien, la mairie dispose d'importants budgets, mais ne compte que 15% de logements sociaux. Finalement, il y a des ghettos de pauvres, mais aussi des ghettos de riches, et ce n'est pas ça la République, il ne suffit pas d'afficher "Liberté, Egalité, Fraternité" sur les bâtiments officiels.

A Argenteuil, nous avons mis 400 millions euros dans la rénovation du parc de logements sociaux, sauf que l'Etat envoie tous les bénéficiaires du Droit au Logement Opposable chez nous parce qu'il n'y a pas assez de places dans la ville voisine d'Enghien. Les communes mettent d'un côté beaucoup d'argent dans la rénovation urbaine et d'un autre le préfet leur impose les bénéficiaires du DALO. Du coup, paradoxalement, vous vous retrouvez avec des ghettos dans des quartiers complétement rénovés. Il faut mieux répartir les classes modestes et les gens en difficulté sociale sur l'ensemble du territoire.

L’être humain préfère naturellement vivre avec ses semblables, c’est-à-dire les personnes de niveau social et d’origine ethnique identiques. De ce fait, mettre en place en place des statistiques ethniques et assurer des quotas maximaux de populations d'origine immigrée dans les HLM, est-ce vraiment efficace ?

Aujourd'hui, il ne s'agit pas de forcer les gens à vivre ensemble mais de revenir sur la politique qui consiste à les en empêcher : tout favorise la ghettoïsation, de la fiscalité locale aux méthodes d'attribution des logements. Bien entendu, il n'y a pas de logique miraculeuse, mais on peut au moins se pencher sur ces problèmes que l'on ignore aujourd'hui. Les gens, aujourd'hui, tendent à se regrouper entre mêmes classes sociales et de revenus, en fonction de l'école pour leurs enfants, de la fiscalité et de la sécurité. On ne peut pas continuer comme ça, avec des communes riches qui ont moins de logements sociaux et qui reçoivent les mêmes dotations de l'Etat que celle qui accueille la femme de ménage, selon l'exemple précédent.

Lors d'un grand débat à Argenteuil, la volonté de vivre ensemble, mélangés étaient tout à fait majoritaire, c'était une demande réelle de la part des habitants. Cela ne se décrète pas, c'est sûr, mais la politique, c'est de reprendre les choses en main et de montrer le chemin. Aujourd'hui, on ne peut pas le faire. On connaît la composition financière et l'âge des habitants des tours des quartiers difficles, mais on ne peut pas connaître, par exemple, la deuxième langue qui y est la plus pratiquée. On peut donc réorganiser les tours en ne mettant pas d'enfants, bruyants, près de personnes âgées, mais on ne peut pas faire en sorte que tous ceux qui parlent le portugais, par exemple, ne se retrouvent pas coincés tous ensemble.

Vous proposez de mettre en place des bus qui amèneraient les écoliers des quartiers défavorisés dans les établissements voisins. Est-ce vraiment en forçant les écoliers d'origines sociales différentes à se côtoyer qu'on les fera pour autant se comprendre ?

A Argenteuil, cela a fonctionné, mais dans ce cas par train et non par bus. L'ancien lycée Romain-Rolland a été détruit et un nouveau a été construit par la région dans le cadre de la rénovation urbaine : le lycée Julie-Victoire Daubié. Un jour, le préfet me dit que les lycéens de la commune voisine de Cormeilles-en-Parisis allaient tous dans un autre lycée public complètement plein, à Herblay. L'inspecteur de l'académie a envoyé 200 lycéens de classe moyenne dans notre établissement, tout près de la gare et à 5 minutes en train de chez eux, rejoindre les 200 lycéens d'Argenteuil issus de classe populaire. La réussite est telle qu'aujourd'hui les parents se battent pour y mettre leurs enfants. Ce lycée a aujourd'hui un partenariat avec Polytechnique et Sciences Po. Dans ce même quartier du Val-d'Argent-Nord, il y a un collège à deux kilomètres et demi du collège de la commune d'à côté à vol d'oiseau. Cela ne va pas tuer les élèves que de prendre le bus sur cette courte distance. Je crois à la décentralisation pour peu qu'on lui donne un cadre.

Quel lien faites-vous entre le vote obligatoire et la mixité sociale ?

Il y a des quartiers où l'on vote à 65% et d'autres à 50%. On ne peut pas laisser les gens sortir du jeu démocratique. L'apartheid est aussi un apartheid démocratique. Etre citoyen, c'est aussi un devoir. Les gens doivent être acteurs de leur ville. Les gens ont peur de rentrer dans un bureau de vote. On ne l'apprend pas à l'école. Quand le musée est gratuit, les gens ont moins peur d'y entrer. Aujourd'hui, il faut pousser à la citoyenneté. La République offre des droits sociaux, il faut en être acteur. Aujourd'hui, avec l'informatisation, c'est très facile à mettre en place. La démocratie a un coût, mais ce qui coûte le plus cher c'est l'anomie et l'absence de citoyenneté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Juan Claudio
- 10/03/2015 - 11:24
Parlez clair Mr Doucet !
Quand vous dites : "on ne peut pas faire en sorte que tous ceux qui parlent le portugais, par exemple, ne se retrouvent pas coincés tous ensemble", êtes vous sérieux ? Ne pensez-vous pas à une autre langue ? Et si tel est le cas pourquoi ne la nommez-vous pas ?
vangog
- 08/03/2015 - 10:03
Et toujours l'anathème moralisateur du socialiste très primaire!
Égoïsme! Ces petits barons socialistes sont probablement plus égoïstes que n'importe qui de vouloir imposer leur vision étriquée de la société sous peine d'amendes dévastatrices! une ville doit agir en conformité avec les vœux de ses habitants, qui savaient créer, avant le socialisme, des centre-ville accueillants et joyeux, des liens populaires et vivants, sans les anathèmes socialistes et les injonctions étatistes dignes des vieilles dictatures du siècle dernier.
Les villes nouvellles, créés sur les modèles socialistes enseignés dans les écoles de la pensée unique, ont toutes abouties à des échecs! Elles sont devenues des villes-dortoir, sans âme, sans commerces, exceptés les grandes surfaces de leurs copains lobbyistes, Leclerc et compagnie,, avec des architectures prétentieuses et deja démodées. Ne laissons pas les idéologues gauchistes choisir pour notre avenir, car ils pourrissent tout, sous couvert de morale qu'eux seuls ne respectent pas!
lexxis
- 08/03/2015 - 09:01
QUESTION DE CHOIX
Le vote obligatoire des citoyens commence par l'honnêteté obligatoire de tous les élus. Qui commence le premier?