En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
© Reuters
© Reuters
Colère, joie, peur et compagnie

Saurez-vous deviner l’émotion qui se propage le plus vite de manière virale ?

Publié le 17 février 2015
Alors que plus personne ne peut prétendre ignorer l'influence grandissante de Twitter, de Facebook ou même de Whatsapp dans la diffusion des informations, nous observons que certaines expressions se partagent mieux, plus vite et a un plus grand nombre de personnes que d'autres, et en premier lieu la colère et la peur. Maîtriser ces éléments donne une force considérable à qui veut le pouvoir.
Stéphane Rusinek
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
STEPHANE RUSINEK  est professeur de psychologie cognitive et comportementale à l'université Lille 3 et président de l'AFTCC. Il est l'auteur de l'ouvrahe Les émotions: du normal au pathologique (Dunod, 2014).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que plus personne ne peut prétendre ignorer l'influence grandissante de Twitter, de Facebook ou même de Whatsapp dans la diffusion des informations, nous observons que certaines expressions se partagent mieux, plus vite et a un plus grand nombre de personnes que d'autres, et en premier lieu la colère et la peur. Maîtriser ces éléments donne une force considérable à qui veut le pouvoir.

Atlantico : Une récente étude montre que certaines émotions se partagent mieux que d'autres: alors que la joie se diffuse plus que la tristesse, on sait aussi que la colère est le sentiment qui se transmet le mieux et le plus rapidement. Comment expliquer cette disparité?

Stéphane Rusinek: Alors que la colère est un sentiment de partage, qu'on expose à un interlocuteur, qui appelle une réaction et une action, on constate que la tristesse est une émotion de la sphère privée, qui va chercher le réconfort de personnes proches et qui touche l'intime. On voit très bien alors la disparité de ces émotions quant à leur possibilité de diffusion: alors que certaines émotions dépendent de la sphère personnelle comme l'amour, la tristesse ou la honte, certaines sont au contraires tournées vers l'extérieur, telles la peur, la colère ou le rire. Ainsi, bien qu'on ne puisse pas "chiffrer" ces disparités, il faut bien distinguer les émotions de groupe, qui s'affirment lorsqu'elles sont portées par un grand nombre, et celles dont la pudeur n'admet pas la diffusion. 

Il y a aussi des émotions plus "dignes" à porter que les autres: la colère peut être le fruit de la lutte contre l'injustice, alors que l'abattement est l'expression d'une faiblesse de caractère. Elles ne portent pas en leur sein la même acceptation sociale.

Connaissant aujourd'hui le rôle des réseaux sociaux en tant que vecteurs d'émotion, observe-t-on des phénomènes de joie ou de rage partagés mondialement ?

Les réseaux sociaux nous apprennent quelque chose de très important dans la différence entre le ressenti des émotions et leur expression: lorsque l'on voit par exemple le grand mouvement noble de colère après les attentats de Charlie Hebdo, il est légitime de se demander combien de personne se sont outragées tout en mangeant un sandwich devant une série télé. Il ne faut bien sûr pas nier la réaction sincère et réelle de la majorité des Français, mais pour beaucoup, il s'agissait d'une règle de bienséance plutôt que d'un vrai ressenti. Aujourd'hui il importe plus de dire, et il convient de dire ce que la majorité dit, car on est toujours potentiellement écouté et regardé: l'expression d'une émotion de groupe a un effet incluant et ne pas réagir pourrait être excluant. Ainsi, alors que beaucoup d'internautes ont pris position sur les révélations de Snowden, peut d'entre eux ont réellement réagi en arrêtant d'envoyer des e-mails par exemple. Ce qui comptait était d'être du bon côté au bon moment.

Est-ce qu'aujourd'hui certains médias (journaux, publicités, films) utilisent ce mécanisme de propagation pour augmenter leur visibilité ?

Les médias ont toujours utilisé la gestion des émotions pour se vendre: le principe de la publicité est de donner une aura positive à un produit. L'acheteur, en possédant le produit, aura l'impression de posséder un peu de cette lumière. D'autres ressorts fonctionnent bien comme la culpabilité: si vous n'utilisez pas ce produit, votre enfant sera malade et vous serez une mauvaise mère!  C'est le "conditionnement évaluatif". De même, les médias utilisent souvent la peur pour vendre: identifier une menace sera pour le lecteur la justification de toutes ses peurs naturelles, et trouvera un écho à ce qu'il ressent. Le journal sera ainsi un outil de miroir qui légitimera les pensées intimes de celui qui le lit. Donc bien sûr, les émotions sont monnayables et tous les médias, politiques, cinéastes les utilisent.

Peut-on craindre une récupération politique de ces effets de propagation d'émotions ?

Les politiques ont toujours joué sur les émotions de l'électorat pour cristalliser leur message politique. La peur est le principal allié des politiciens, bien qu'ils ne jouent pas sur les mêmes: ainsi les partis de droite libérale sont dans le registre de la peur de l'avenir alors que les partis d'extrême droite sont dans la peur de l'autre, de l'étranger. Mais ce qui aujourd'hui prend une ampleur qu'on ne connaissait pas auparavant, c'est la diffusion massive de ces émotions auprès de gens auparavant épargnés. Avant l'ère internet, les politiques avaient du mal à parler aux jeunes, ou aux personnes isolées; mais aujourd'hui grâce à internet et au réseau sociaux, toute la population est touchée, même dans les régions les plus reculées. Paradoxalement, on assiste à l'aboutissement du processus de démocratisation du peuple, puisque tout le monde peut s'informer, rêve cher aux fondateurs de la République, mais dans le même temps on assiste à une mise en danger de cette dernière, car les citoyens ne reçoivent pas d'informations raisonnées mais un condensé d'émotions qui amène des réactions de peur.

Donc bien sûr, aujourd'hui la manipulation des masses est beaucoup plus facile et rapide qu'auparavant et on pourrait voir monter tous les partis extrêmistes tant est qu'ils savent gérer les réseaux sociaux! Plus les réactions provoquées seront fortes, plus l'électorat sera incité à voter.

Enfin quelle émotion se partage le moins bien et pourquoi ?

Les émotions du privé se partagent mal: l'amour par exemple se communique à la personne aimée mais pas nécessairement au reste du monde! Les sentiments liés à l'amour, comme la tendresse ou l'attention n'ont pas la côte dans une société masculine, donc on n'en parle pas, mais on regarde chez soi des comédies romantiques.

La honte et la culpabilité sont aussi des émotions que l'on garde pour soi, et dont il est même mal-aisé de parler: les personnalités publiques prises sur le fait d'actions peu louables préfèrent disparaître des médias que de s'exprimer publiquement sur le sujet. Et afin de rester en vie publiquement, il faut pouvoir effacer le souvenir de ces émotions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires