En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 min 1 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 27 min 13 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 2 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 47 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 13 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 7 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 45 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 33 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 40 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 9 min 1 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 50 min 30 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 16 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 39 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 19 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Fabrique à patrons

Quand le gouvernement veut enseigner l’esprit d’entreprise à l’école et montre à quel point il ignore ce que c’est

Publié le 06 février 2015
Renforcer l'esprit d'entreprendre est l'un des grands objectifs fixés par François Hollande. Un but qu'il entend atteindre par l'enseignement de l'esprit d'entreprise à l'école mais aussi par la création d'une agence nationale de développement économique sur les territoires, preuve que le gouvernement n'a toujours rien compris au problème.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renforcer l'esprit d'entreprendre est l'un des grands objectifs fixés par François Hollande. Un but qu'il entend atteindre par l'enseignement de l'esprit d'entreprise à l'école mais aussi par la création d'une agence nationale de développement économique sur les territoires, preuve que le gouvernement n'a toujours rien compris au problème.

Atlantico : Le gouvernement veut enseigner l'"esprit d'entreprise" à l'école et propose dans le même temps la création d'une agence nationale de développement économique sur les territoires. Faut-il y voir une nouvelle preuve de la méconnaissance du gouvernement en matière "d'esprit d'entreprise" justement ?

Éric Verhaeghe : Cela correspond surtout à cette manie française de croire que l'Etat est l'alpha et l'oméga de l'économie. Les gouvernements et les fonctionnaires adorent donner l'illusion que tout problème qui survient en France appelle à une intervention de l'Etat. Comme le recrutement de fonctionnaires dans les services de l'Etat est passé de mode, l'usage veut maintenant qu'on crée une agence spécifique pour traiter les difficultés. A une époque, chaque problème appelait une loi. Maintenant, chaque problème appelle une agence. S'agissant du développement économique des territoires, on peut d'ores et déjà s'en amuser. Le développement économique est en effet une compétence régionale. On voit bien le sujet visé par François Hollande: il s'agit de s'occuper des territoires abandonnés depuis des années par la République et qui sont autant de terreaux favorables à une révolte qui s'appelle aujourd'hui terrorisme ou djihad. Simplement, au lieu de réfléchir à une meilleure mobilisation des moyens régionaux, l'Etat décide de reprendre le dossier en main, ce qui est une garantie d'échec à venir. On est ici dans l'affichage et non dans l'action. Il va de soi qu'aucune agence de l'Etat ne sera jamais capable de développer l'esprit d'entreprise. Au contraire...

Comment un gouvernement qui peine tant à comprendre l'entreprise peut-il transmettre "l'esprit d'entreprise" ? Cela se décrète-t-il ?

Vous posez une question plus insidieuse qu'il n'y paraît. La question est moins de savoir si l'esprit d'entreprise se décrète que de savoir pourquoi l'Etat cherche tant à reprendre la main sur le sujet. Pour que l'esprit d'entreprise existe, il faut modifier fondamentalement le paradigme français. Dès leur plus jeune âge, les Français sont éduqués dans l'obsession de la sécurité et dans le principe de précaution: il faut tout faire pour éviter la moindre prise de risque. Un jeune Français qui commence sa vie professionnelle cotise déjà pour sa retraite, et paie déjà pour rembourser les soins médicaux des plus anciens. Pour promouvoir l'esprit d'entreprise, il faudrait secouer ce cocotier de la sécurité et valoriser la prise de risque. Cela suppose de nombreux dommages collatéraux, comme le droit à l'échec, la dédramatisation de la faillite, la valorisation du tâtonnement et de l'incertitude. Regardez notre école: elle valorise tout le contraire. Le parcours scolaire d'un enfant est balisé dès le plus jeune âge par la mortification permanente face à la différence, face à l'individualité, face à l'audace. Pour réussir, un petit Français s'entend dès le plus jeune âge dire qu'il doit correspondre à une norme sans originalité et sans aspérité. Valorisons l'originalité des individus, et nous aurons fait un grand pas vers l'esprit d'entreprise. Cet éloge de la différence est la seule action positive qu'un gouvernement puisse mener pour promouvoir l'esprit d'entreprise. Mais elle constitue un péril létal pour l'Etat. 

En quoi la création d'une agence nationale de développement économique sur le territoire ne peut être une réponse appropriée aux besoins de financement des entreprises ?

Ah! Nous entrons dans les vastes blagues du développement économique. Sur ce point, permettez-moi de mettre les pieds dans le plat sans attendre. Premier point: il existe aujourd'hui une concurrence entre les territoires qui est féroce et cachée pudiquement. Féroce parce que chaque territoire en France se bat pour attirer des entreprises. Cachée pudiquement, parce que chaque territoire proclame officiellement que cette concurrence n'existe pas. La création d'une agence nationale ne fera qu'ajouter un dispositif de plus à une pléthore impressionnante de dispositifs régionaux. Je prends l'exemple de la région lyonnaise, que je connais bien, j'ai compté au moins 3 dispositifs régionaux différents à destination des entreprises qui s'installent. Une agence nationale viendra en plus et ajoutera de la complexité à la complexité. Quelle est l'efficacité de ces dispositifs? Faible, pour deux raisons. Première raison: les agences s'occupent des opérations antérieures à l'installation de l'entreprise. Mais toutes les questions postérieures à l'installation: le raccordement électrique, le raccordement téléphonique et numérique, sont abandonnés au joyeux bordel des ex-nationalisées qui font n'importe quoi. Un ami me dit par exemple qu'il a voulu créer de l'emploi dans une zone de montagne en achetant un local commercial en juin 2014. Son objectif était de créer un salon de thé. Le raccordement électrique du local n'était toujours pas réalisé six mois plus tard! Du coup, le local n'était pas prêt pour la saison touristique. Les agences seront impuissantes face à cette incompétence d'EDF ou d'Orange. Deuxième raison: ces agences n'ont aucun pouvoir sur un élément clé: la BPI, qui a capté le financement destiné aux petites entreprises, en le mettant au service de quelques copains dans les grandes entreprises. Un entrepreneur innovant qui veut avoir accès à la BPI doit suivre un véritable parcours du combattant. L'enjeu là encore n'est pas de créer des instances nouvelles, mais de mettre au travail celles qui existent déjà. Cette oeuvre de management est évidemment trop vulgaire pour les hauts fonctionnaires qui font les décisions publiques aujourd'hui. 

Qu'est ce qui représenterait une réponse plus adaptée ?

J'apporterais sur ce point deux réponses. Premièrement, il faudrait apporter une réponse technique en garantissant l'efficacité des réseaux existants: électricité, téléphone, Internet, transport. Dans une région où les contrôleurs SNCF sont en grève deux fois par mois, où ERDF n'installe pas facilement l'électricité, où la desserte Internet est mauvaise, il est difficile d'imaginer que les entreprises s'installent facilement. Ces points-là, tus par la propagande officielle sont pourtant essentiels: on ne dira jamais assez le pouvoir de nuisance de l'employé moyen d'ERDF qui explique qu'aucune intervention sur site ne peut avoir lieu avec un délai inférieur à dix jours. Deuxième réponse: au lieu de "solvabiliser" la demande, il vaudrait mieux "solvabiliser" l'offre. Concrètement, au lieu de payer des pour accueillir une entreprise sur un territoire, il vaudrait mieux faire un chèque à une entreprise pour son installation - chèque correspondant à la dépense moyenne consacrée à son installation. Cet apport de cash pourrait venir en substitution de toute autre forme de subvention ou de déduction de charge. Elle constituerait un élément de liberté d'entreprendre extrêmement appréciable. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LA RICHARDIERE
- 07/02/2015 - 00:38
Faut déjà leur apprendre à lire et écrire pauvres pommes!
Après faudrait peut-être leur inculquer le respect, la discipline, le travail, l'effort... C'est pile poil ce vous, les gauchos-socialos, se sont employés à détruire depuis 50 ans. L'état d'esprit serait donc administrable et donc décrètables selon ces abrutis qui gouvernent??!! A vomir.Oup's, scusez -moi, j'ai vomi!!! Scusez!
jmpbea
- 06/02/2015 - 17:34
Quand on voit que des chômeurs sont amenés à creer leur propre
banque d'emploi pour pallier la nullité de l'ANPE, PÔLE EMPLOI....peu importe la couleur de l'uniforme, mes soldats fuiront toujours devant l'ennemi disait un prince italien....on comprend aisément que le tartinage de structures que nous vivons journellement, où chaque petit chef ralentit la machine pour prouver qu'il est indispensable, ne peut que freiner les initiatives créatrices d'emploi...voilà pourquoi Hollande se précité sur autre chose et pourquoi le chômage ne baissera pas...l'administration créée par le pouvoir se charge du problème....
superliberal
- 06/02/2015 - 16:19
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.
Pour faire compliqué il faut quelques fonctionnaires payés à mettre des bâtons dans les roues, sinon à quoi bon...ça fait toujours quelques voix de plus pour le PS (et sa filiale UMP à moins que ça ne soit l'inverse)