En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

03.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

04.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression

07.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 8 heures 4 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 13 heures 50 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 14 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 15 heures 53 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 17 heures 24 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 17 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 17 heures 27 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 10 heures 32 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 12 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 14 heures 30 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 15 heures 11 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 16 heures 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 17 heures 25 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 17 heures 29 min
© Reuters
© Reuters
Apprentis Sorciers

Les Britanniques votent en faveur de la fécondation in vitro à trois en oubliant un peu vite les nombreux risques scientifiques

Publié le 05 février 2015
Un bébé, trois "parents". C'est à peu près la nouvelle règle que viennent d'éditer les députés britanniques après s'être prononcés en faveur d'une fécondation in vitro à partir de trois ADN différents. Une technique qui devrait permettre d'éviter la transmission de certaines maladies génétiques, mais qui comporte, elle-même, de nombreux risques.
Alexandra Henrion-Caude
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dr Alexandra Caude est directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker. Généticienne, elle explore les nouveaux mécanismes de  maladie, en y intégrant l’environnement. Elle enseigne, donne des conférences, est membre de conseils scientifiques...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un bébé, trois "parents". C'est à peu près la nouvelle règle que viennent d'éditer les députés britanniques après s'être prononcés en faveur d'une fécondation in vitro à partir de trois ADN différents. Une technique qui devrait permettre d'éviter la transmission de certaines maladies génétiques, mais qui comporte, elle-même, de nombreux risques.

Atlantico : L'exécutif britannique s'est positionné en faveur de la légalisation de la naissance des bébés à trois parents, suivant une méthode destinée à prévenir la transmission d'une mutation génétique d'ordre maternelle. La communauté scientifique a vigoureusement protesté contre ce vote, rappelant les études révélant les conséquences néfastes sur la santé. Qu'est-ce qui pose problème concrètement aux scientifiques ?

Alexandra Henrion-Caude : Le principe de cette technique est de transmettre un ensemble de plusieurs génomes (celui des mitochondries) chez un enfant à naître. Précisons que le Royaume-Uni est le seul pays au monde à autoriser cette technique sans être beaucoup plus avancé que les autres pays dans ce domaine. Il y aurait certes les intérêts financiers d’un gros laboratoire anglais et de ses cliniques associées, qui devraient être avantagés à ce que l’on banalise à outrance le transfert de mitochondries jusqu’à l’assimiler à un vulgaire remplacement de piles à un embryon … Mais est-ce suffisant pour que les parlementaires aient pu passer outre les réticences de plusieurs groupes de scientifiques qui s’étaient pourtant exprimés sur le sujet, outre les recommandations les plus récentes de la part d’équipes pionnières américaines et australiennes quant à la nécessité d’étudier la sûreté et l’efficacité de ces méthodes avant de passer à l’homme, outre l’avertissement du risque d’"erreur historique" de la part d’experts reconnus?

Cette légalisation pose plusieurs problèmes aux scientifiques qui convergent tous vers un souci éthique, reconnu même par Doug Turnbull, qui dirige pourtant l’une des équipes anglaises en faveur de la légalisation … Le souci majeur est que cette méthode entraine des changements génétiques héritables, transmissibles aux générations futures. Plutôt que de traiter une maladie, cette technique va créer des personnes avec un corpus inconnu de régulations.

Un autre aspect est que chez les animaux, la chance (ou plutôt la malchance) de remplacer les mitochondries maternelles affectées par un autre lot de mitochondries défectueuses était presque de 50%. Ce qui devrait logiquement imposer de suivre la survenue de cancers ou d’un vieillissement prématuré chez les enfants issus de ces techniques toute leur vie.

Notre connaissance sur les niveaux de communications entre le patrimoine génétique du noyau et celui des mitochondries est encore très en retrait par rapport à cette mise en œuvre chez l’homme, sans même aborder les aspects psychologiques des dits trois parents. Cela tranche étrangement avec le niveau de précautions et de recommandations dont la femme enceinte fait l’objet dans nos sociétés. Comme je l’avais déjà dit dans vos colonnes, l’homme est encore une fois en train de jouer à l’apprenti sorcier sur le dos d’enfants à naître. La précaution éthique étant alors assimilée à l’éventuel bénéfice que pourraient en retirer les familles porteuses de ces anomalies mitochondriales.

De quoi s'agit-il exactement, quelles problèmes cette technique est-elle censée résoudre ?

Cette technique est censée prendre en charge les maladies mitochondriales, qui comme le nom l'indique touchent la mitochondrie. Les mitochondries contiennent leur propre information génétique, qui est transmis par la mère. Il se trouve que parfois cet ADN peut être muté, et être transmis à l'enfant, qui peut à son tour être porteur de maladie. Chaque maman transmet donc son ADN mitochondrial à sa descendance.

Depuis 1996, on est parvenu par fécondation in vitro à introduire des mitochondries qui ne provenaient pas de la mère, mais d'une tierce origine. C’est donc assez naturellement que la question de la pertinence d’une indication en cas de mère porteuse de mutations mitochondriales a surgi.

Le problème étant que les conséquences de ces mutations mitochondriales ne peuvent pas être prédites. Dans chaque cellule, vous avez de nombreuses mitochondries qui n’ont pas toutes le même ADN. C'est d'une gigantesque complexité, et nous sommes bien loin d'en comprendre la totalité. Du coup, on parle de charge de mutations mais il reste toujours difficile de prédire les conséquences et leur sévérité sur la descendance.

Les connaissances sont donc à la fois inquiétantes et trop fragmentaires pour prévoir les conséquences sur les enfants à naître. Lorsque cette technique a été employée chez différents animaux, un profond remaniement de l’expression des gènes nucléaires s’en est suivi modifiant le développement, le comportement cognitif et d’autres éléments clés de la santé. De plus, les études sur primates n’ont pas porté sur la santé et la fertilité résultant de telles techniques.

En quoi les études menées jusqu'alors ont-elles été lacunaires ?

Suite à cette première expérience de 1996, les autres essais avaient très vite conduits à deux syndromes de Turner –habituellement extrêmement rares-, et l'on a donc assez rapidement anticipé que la technique n'était pas au point, et que le taux d'échec serait trop élevé. Depuis, aucun recensement systématique n’a véritablement permis de progresser sur notre compréhension de ce que provoquait un tel transfert.  

Existe-t-il des motifs d'espérance dans cette voie de recherche ?

Certaines équipes françaises, comme celle de ma collègue Marisol Corral-Debrinski, combattent ces maladies mitochondriales en travaillant sur la mise au point de thérapies géniques de remplacement du gène défectueux qui ne posent aucun problème éthique. Avec mon équipe, nous avons mis en évidence de nouveaux modes de communication avec les mitochondries, et qui mettent en jeu des molécules appelées "microARN". Typiquement, on pourrait espérer qu'en synthétisant ces molécules très petites, on puisse restaurer les conséquences de certaines dysfonctions mitochondriales. Nous sommes donc là vraiment dans une fonction thérapeutique, sans jouer avec la programmation de toute la vie d'un être.

Les mitochondries sont dotées de caractéristiques assez remarquables. Elles peuvent être assimilées à des petits disques durs, et c'est aussi pour en savoir plus sur l’origine des premiers hommes et leur mouvement sur terre qu’on les étudie. On a ainsi pu trouver la première "Eve", qui a vécu il y a 200 000 ans en Afrique et on s’est rendu compte que la répartition de cet ADN mitochondrial se faisait en fonction des conditions de vie, suggérant une capacité d’évolution pour s’adapter à son environnement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires