En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 15 min 18 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 1 heure 20 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 2 heures 16 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 3 heures 12 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 7 heures 28 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 49 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 1 heure 9 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 54 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 37 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 7 heures 20 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 55 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Nouveau départ

La Croatie a-t-elle raison d'effacer les dettes de ses pauvres ?

Publié le 04 février 2015
Alors que la Croatie connaît une récession économique depuis six ans, le gouvernement a adopté une mesure visant à supprimer les dettes de 60 000 personnes pauvres, interdites bancaires en raison de leurs crédits impayés. Une première pour un pays de l'Union Européenne. Mais cette décision palliative ne remplacera pas la relance.
Sandrine Levasseur
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sandrine Levasseur est économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) de Sciences Po. Ses travaux portent sur l'élargissement de l'Union européenne, l'intégration économique, les Investissements directs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la Croatie connaît une récession économique depuis six ans, le gouvernement a adopté une mesure visant à supprimer les dettes de 60 000 personnes pauvres, interdites bancaires en raison de leurs crédits impayés. Une première pour un pays de l'Union Européenne. Mais cette décision palliative ne remplacera pas la relance.

Atlantico : Est-ce la première fois qu'un pays de l'Union européenne efface une partie des dettes de ses citoyens?

Sandrine Levasseur : C'est en tout cas la première fois qu'un gouvernement démarche des créanciers (entreprises publiques et privées, banques) pour qu'ils abandonnent leurs créances. D'ordinaire, ce sont des commissions (par exemple, en France, la commission de sur-endettement de la Banque de France) qui décident au cas par cas de l'abandon partiel ou total  des créances, en concertation avec les créanciers. Lors de ces commissions, l'emprunteur est mis en face de ses responsabilités.

Dans quel but un Etat en vient-il à décider d'effacer la dette de ses citoyens les plus pauvres ? L'endettement privé atteint-il des proportions inquiétantes en Croatie ?

Certes, le niveau d'endettement des ménages est élevé. Mais c'est surtout le fait que 70 % de la dette soit libellée en monnaie étrangère qui pose problème. La dépréciation de la kuna par rapport à l'euro mais surtout par rapport au franc suisse alourdit la charge de la dette des ménages endettés en monnaie étrangère. Il faudra vraisemblablement en venir à une solution à la hongroise où l'on a permis aux ménages de changer la monnaie de libellé de leur emprunt, c'est-à-dire de renoncer aux emprunts en euro ou en franc suisse pour des emprunts en forint (la monnaie nationale).

La mesure porte sur un effort financier de 46 millions d'euros, soit 0,1% du PIB de la Croatie. Quels bénéfices économiques en attend-on ?

C'est une goutte d'eau pour l'économie croate mais une grande bouffée d'oxygène pour les ménages endettés qui vont bénéficier de l'effacement de dette. Un ménage dont la dette est de 4 500 euros et dont le revenu mensuel est de 160 euros par personne (et donc aux seuils d'éligibilité d'effacement de la dette) bénéficiera d'un effacement de dette équivalent à 28 mois de revenus. C'est donc important pour les ménages bénéficiaires. Evidemment, il en faudra bien plus pour relancer l'économie croate ... 

Cela peut-il faire reculer la pauvreté ? Selon quels mécanismes ?

Cette mesure en tant que telle ne peut pas faire reculer la pauvreté. Elle ne résoudra pas le problème de fond dont souffrent les ménages surendettés : celui du chômage ou celui de l'emploi peu rémunéré. C'est la croissance économique et non l'effacement de dette qui permet de lutter contre la pauvreté.

Qu'espère le gouvernement par ce geste social ?

De prime abord, on ne peut s'empêcher de penser aux intentions électoralistes du gouvernement dont la cote de popularité a baissé alors que les croates devront élire un nouveau Parlement cette année. Pour autant, par ce geste, le gouvernement montre qu'il prend clairement en main la question du surendettement des ménages, surendettement qui se traduit par 317 000 personnes en interdit bancaire. Dans un pays qui compte 4,4 millions d'habitants, cela signifie qu'une personne sur quatorze est en interdit bancaire.

Pour bénéficier de cette mesure, le foyer doit avoir des revenus mensuels inférieurs à 165 euros par personne, et être endetté pour moins de 4500 euros. Ces seuils ne sont-ils pas arbitraires pour les personnes pauvres qui se situent juste au-dessus de cette limite ?

Les seuils sont clairement arbitraires. Mais cela n'aurait fait aucun sens pour le gouvernement de négocier un effacement des dettes pour toute personne en interdit bancaire. Les personnes concernées par l'effacement de dette sont clairement parmi les plus pauvres, elles perçoivent des allocations sociales, sont non propriétaires de leur logement et ne disposent pas d'épargne, trois conditions à remplir pour bénéficier de l'effacement de dette. Certes, la mesure prise par le gouvernement ne concerne "que" 20 % des personnes en interdits bancaires. Mais c'est un bon début pour envisager de résoudre ce problème de surendettement des ménages.

Quelles seront les conséquences pour les organismes qui vont devoir éponger les dettes ? Est-ce que cela ne va pas nuire à la confiance des créanciers, et renforcer leur vigilance vis-à-vis des demandes de crédit venant de personnes aux revenus faibles ?

Ce type de mesure est à double tranchant. D'un côté, on soulage les personnes surendettées. D'un autre côté, on peut développer la suspicion des créanciers vis-à-vis des personnes à faibles revenus. Pire, les créanciers peuvent choisir de leur prêter mais à un taux d'intérêt élevé ... L'effacement de dette ne peut fonctionner que s'il y engagement des créanciers à ne pas discriminer les emprunteurs dans le futur. De la même façon que les créanciers ont accepté d'abandonner leurs créances vis à vis des plus pauvres, ils peuvent accepter de ne pas les discriminer dès lors que le dossier de crédit apparaîtra crédible dans sa capacité à être remboursé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 05/02/2015 - 04:09
Pas de soucis
quand on veut on peut. Les banques peuvent rayer les écritures pour effacer la dette et faire supporter le coût par les contribuables européens. N'oubliez pas que les bankters ne perdent jamais!!! Voilà comment ça peut se passer et c'est vous qui payeraient pour les fabuleux Grecs. Elle n'est pas belle la vie???
Anouman
- 04/02/2015 - 23:13
Effacement
Il n'y a pas que les dettes qu'il faudrait effacer, mais il faudrait une grosse gomme.
cpamoi
- 04/02/2015 - 20:15
Une dette ne s'efface pas !
Il va falloir que vous compreniez une bonne fois pour toute qu'une dette ne s'efface pas : quelqu'un doit accepter de perdre de l'argent. Mis à par les intérêts, dont on devrait accepter la remise intégrale, le principal, lui, vient de poches qui devront se délester d'une partie de leur prêt.