En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 11 min 42 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 56 min 57 sec
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 1 heure 22 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 16 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 15 heures 55 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 18 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 19 heures 43 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 20 heures 49 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 21 heures 54 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 22 heures 47 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 50 min 4 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 1 heure 25 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 14 heures 48 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 20 heures 29 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 5 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 22 heures 34 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 23 heures 1 min
© Pixabay
Le dictionnaire version 2015
© Pixabay
Le dictionnaire version 2015
Vapotage sémantique

Pourquoi nous avons désespérément besoin de mots nouveaux pour décrire notre futur

Publié le 07 janvier 2015
Que ce soit avec l'apparition du mot "vapoter" avec le succès des cigarettes électroniques, les MOOC pour désigner l'utilisation grandissantes des formations en ligne, ou encore "lanceur d'alerte", de nombreux mots ont émergé en 2014. Et si le processus est normal pour une langue vivante, il n'a aucune raison de s'arrêter en 2015. La technologie, internet, la chimie et l'aéronautique seront les principaux champs de renouvellement du langage en 2015.
Thomas Godard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Godard est chercheur en histoire des idées linguistiques à l’Université de Cambridge.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que ce soit avec l'apparition du mot "vapoter" avec le succès des cigarettes électroniques, les MOOC pour désigner l'utilisation grandissantes des formations en ligne, ou encore "lanceur d'alerte", de nombreux mots ont émergé en 2014. Et si le processus est normal pour une langue vivante, il n'a aucune raison de s'arrêter en 2015. La technologie, internet, la chimie et l'aéronautique seront les principaux champs de renouvellement du langage en 2015.

Atlantico : Les mots qui verront le jour en 2015 appartiendront-ils aux mêmes domaines sémantiques que 2014 ? A quelles inventions peut-on s'attendre ?

Thomas Godard : Evidemment les nouvelles technologies seront en pointe sur ce sujet, comme toujours. On observe néanmoins que les domaines dans lesquels les commissions terminologiques sont les plus prolifiques pour traduire les termes anglais sont la chimie, l’aéronautique, etc. dans lesquels les collaborations scientifiques sont très internationales. Mais ces domaines sont moins accessibles au grand public que les nouvelles technologies. L’utilisation de plus en plus répandue des smartphones va aussi contribuer à généraliser un certain nombre de termes. Je pense par exemple à gamifier qu’on croise ici ou là sur les sites spécialisés et qui traduit l’anglais gamify : c'est rendre ludique comme un jeu (game) un programme, et en particulier les applications pour smartphones, avec parcours par étapes, compétition entre participants, récompenses, etc.

Dans une société où l'innovation va souvent plus vite que l'invention des termes, de nombreux abus de langage apparaissent. Ainsi, le terme de "hacker" est aujourd'hui utilisé pour parler de pirates informatiques alors que son sens premier évoque simplement un passionné de technologie, doté d'une appétence pour démonter et remonter des objets. Sommes-nous dans une société particulièrement encline aux glissements du sens des mots ?

D’abord, il n’est pas certain que l’innovation aille plus vite que le langage, et encore moins que ce soit davantage le cas de nos jours que ce ne le fut par le passé. Tout inventeur dénomme son invention : avec l’invention vient le nom. D’ailleurs, certaines inventions –  celles qui relèvent de la pensée, des idées, en particulier – consistent précisément à dénommer ce qui existe déjà. Prenons le cas du storytelling: cela n’a rien d’une invention à proprement parler. Notre histoire depuis l’antiquité est remplie d’exemples de "grands hommes" s’inscrivant dans un récit pour donner du sens ou une légitimité à leur action ou leur fonction. Le meilleur exemple de storytelling n’est-il pas la Bible, qui nous raconte la vie glorifiée de Jésus de Nazareth ? Donc les inventeurs du storytelling n’ont rien inventé, ils ont mis des mots sur des choses.

Ensuite, il n’y a pas vraiment d’abus de langage dans l’utilisation à connotation négative du terme hacker. C’est un glissement sémantique comme il en existe beaucoup dans toutes les langues. Le terme s’est spécialisé et on en a oublié son origine. Les exemples de ce genre sont légion dans la langue française et ne datent pas des emprunts à l’anglais : le mot rien vient du latin REM qui signifie quelque chose, le mot école vient du grec σχολη ́ qui signifie le temps du repos, du loisir, par opposition au temps du travail ! On retrouve la même restriction à un sens négatif avec lobby, voire marketing. Et même en dehors des emprunts, le terme même de communication – tout ce qu’il y a de plus neutre – se trouve de plus en plus réduit au sens qu’on donne à l’abbréviation com’.

Par conséquent, oui cette dynamique continuera en 2015 parce qu’elle existe depuis toujours.

Existe-t-il une manière de quantifier cette apparition de nouvelles choses à désigner ? Comment en prendre la mesure ?

On peut mesurer les emprunts à l’anglais, car il faut bien admettre que ces innovations viennent le plus souvent du monde anglo-saxon. Il y a sans doute de plus en plus d’emprunts, mais en règle générale les études qui ont été faites sur le sujet montrent que le lexique français compte moins de 5% d’emprunts à l’anglais, certains disent même entre 1 et 3% seulement.

Mais il est bien difficile de quantifier ce qui peut être désigné. L’émergence de certains mots relève aussi parfois plus du marketing que de l’innovation. Prenons phablet (phablette en français) : un mot valise qui fusionne phone et tablet. L’usage du terme n’a pas vraiment décollé parce que sa pertinence est contestable au regard de sa faible différence conceptuelle et matérielle avec le smartphone.

Où en est la compétition entre les nouveaux mots anglais et français dans notre langue ?

En matière de précision, il me vient à l’esprit le destin du terme software. Pendant longtemps on a cité le mot logiciel comme un exemple de réussite totale pour les commissions terminologiques françaises. Ce mot inventé de toute pièce pour traduire software avait été complètement adopté par les francophones et avait éclipsé le terme anglais.

Or depuis quelques années on voit software refaire surface, pour la bonne et simple raison que le terme hardware a depuis été emprunté par le français. En effet, le sens des mots est relationnel: le champ sémantique d’un mot se définit par rapport à celui d’autres mots. Or, pour les distributeurs et le grand public qui devient de plus en plus connaisseur, l’opposition software/hardware est nécessaire, mais elle n’apparaît pas dans le terme logiciel, qui fonctionne en autonomie en français. Il en va de même pour desktop (ordinateur de bureau) qui est apparu au lancement des ordinateurs portables : les laptops, parce que l’opposition, la divison conceptuelle, est plus claire en anglais.

Quel est l'enjeu de ce processus ? 

Je ne sais pas si en matière de langage il y a des conséquences non désirées, car la langue est la propriété de ses utilisateurs. Elle est le reflet de ce qu’en font les locuteurs et si le besoin se fait sentir de créer de nouveaux mots pour être plus précis, cela se fait naturellement.

Le véritable enjeu des innovations linguistiques, c’est leur dissémination. Lorsqu’elles restent confinées à un cercle de spécialistes, elles apparaissent rapidement comme un jargon obscur et aliénant. Si le grand public se les accapare, en revanche, elles peuvent enrichir la langue et donc la vie commune.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires