En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 20 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 21 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 21 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 22 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 1 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 22 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 48 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 18 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 20 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 21 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 22 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 19 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 28 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 49 min
© Reuters
© Reuters
De bon ton

Bernard Pivot à Stockholm : "la grande leçon de littérature de Modiano"

Publié le 13 décembre 2014
Patrick Modiano a prononcé dimanche 7 décembre à Stockholm en Suède un magnifique discours pour la réception de son prix Nobel de littérature.
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Modiano a prononcé dimanche 7 décembre à Stockholm en Suède un magnifique discours pour la réception de son prix Nobel de littérature.

En quoi le Nobel de littérature 2014 fut exceptionnel ? Par la conjonction historique de deux libertés, qui, ensemble, ont fait sensation. Celle de l’académie d’abord, qui a choisi de consacrer un grand romancier, sans qu’aucune arrière-pensée d’aucune sorte ne vienne troubler son jugement. Ainsi, elle a fait preuve de sa très grande maîtrise et de la sûreté de ses goûts. Elle a aussi affirmé sa jeunesse, bien qu’elle soit centenaire. En consacrant Modiano, elle a choisi  la littérature, et rien que la littérature. Un choix qui l’honore. Quant au lauréat, il a stupéfié l’assistance très choisie du "Discours de Suède" en proférant, la gorge un peu serrée, certes qui ne l’aurait eue à sa place, un discours magistral, morceau d’anthologie qui passera à la postérité, et dans lequel une fois encore la littérature et seulement la littérature était à l’honneur. A une époque troublée, inquiète, pressée, stressée, amnésique à force de zapper, une époque superficielle, très atteinte en somme, où règnent l’image et un temps "saccadé", répondent la liberté tranquille et sereine  de l’académie suédoise et la prose du lauréat. Un lauréat qui ne sort pas, ne parle pas, ne tient pas à se faire remarquer.  Un écrivain, quoi. Quelqu’un qui fuit les salons, les courbettes ; que l’on ne voit jamais là où il faut être vu. Un lauréat qui n’a jamais levé le petit doigt pour asseoir sa notoriété. Ni cour ni fans, ni école, ni disciples : rien. Seulement deux heures de travail par jour et tout autour, les rêveries, qui sont autant d’heures supplémentaires. Une solitude inspirée, à l ‘écart de tout, comme les sangliers, sauvageries rares, superbes et menacées, tels que peints par Pascal Quignard.

A un moment d’inquiétude de l’humanité, alors que sombrent les idéologies et que rien n’est sûr, sinon le pire, répondent l’intelligence et le courage du lauréat et de l’académie Nobel. Une leçon à méditer.

A Stockholm, les 18 académiciens du Nobel décernent chaque année depuis cent ans leurs prestigieuses récompenses, comme l’avait souhaité par testament Alfred Nobel, père fondateur de l’académie. Alors que règnent la vitesse et le changement, le prestige du Nobel, non seulement ne faiblit pas, mais voit son aura augmenter. Dans la catégorie "littérature", la France est en quelque sorte championne du monde, remarque Bernard Pivot (voir l’interview), notant au passage que certains pays ainsi que leurs auteurs attendent toujours leur premier Nobel. Après Gide (1947), Mauriac (1952) Camus (1957) , Sartre (1964), le Clézio (2008), Patrick Modiano se trouve à Stockholm en tant que lauréat du Prix Nobel de Littérature 2014. La nouvelle de ce Nobel - annoncée en octobre au Musée du Nobel dans  la capitale suédoise - a pris de cours Patrick Modiano. Il figurait pourtant parmi les cinq favoris retenus parmi des centaines d’auteurs internationaux sélectionnés par les  académiciens du Nobel, mais ne croyait pas un instant à sa nomination. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 6 décembre au Musée Nobel de Stockholm, dans la salle où sont proclamés chaque année par le Comité Nobel les noms des lauréats dans chaque discipline, Patrick Modiano a répondu aux questions des journalistes. Il s’est expliqué sur ce que  représente pour lui ce Nobel, ainsi que sur la manière dont il considère son métier d’écrivain. A cette occasion, lui qui est tellement pudique, silencieux et secret, a bien voulu préciser ce que sont pour lui des notions aussi essentielles que le passé, l’ère "saccadée" du "zapping" contemporain, l’écriture, l’enfance, la mémoire, le livre en cours ou celui que l’on vient de terminer. Il a aussi évoqué pour la première fois la vie et le caractère de son père. Un personnage de roman. Les rôles étaient inversés. On sentait l’affection du créateur pour son personnage. Fascinant.

Faisant preuve pour ce qui est de la forme d’une aisance verbale et d’un calme surprenants, Patrick Modiano a su passionner ses auditeurs. Il a donné le lendemain son très attendu "Discours de Suède" devant un parterre trié sur le volet. A la stupeur générale, car nous connaissons sa réserve, sa pudeur et les difficultés à l’oral de l’écrivain, plus réservé, plus pudique, plus secret encore que la plupart des romanciers, Patrick Modiano fit preuve d’une parfaite maîtrise. Sa voix frémissait parfois, on entendait le crissement des pages qui se tournaient. L’orateur, très pâle, grand, mince, presque autant que sa cravate noire, enchanta son public par sa hauteur de vue et la beauté poignante du texte. Comme il le fait toujours, en somme. Le tout avec une (fausse) simplicité. Un côté bon enfant. Comme s’il était facile d’écrire ainsi. Comme si c’était simple de recevoir le Nobel quand on est tel le sanglier. Quarante minutes de bonheur. Un joyau que vous avez pu découvrir en totalité - ou partiellement - dans la presse en ligne ou sur papier. Seuls ceux qui le connaissent bien, ou qui appartiennent à la confrérie des romanciers, peuvent mesurer ce que devaient lui coûter ces lumières, ces projecteurs, ces micros, ce calme apparent, mais le verbe de Modiano fut si puissant que la salle croula sous les applaudissements. Debout, les yeux embués de larmes, les auditeurs se dressèrent tous en même temps pour saluer l’orateur, après quelques secondes de silence, à la fin du discours, applaudissant à tout rompre celui qui devait être aussi stupéfait qu’eux. Il fallut deux ans à Camus pour se remettre de ce tourbillon. De ces flashes. Des caméras et projecteurs.

Comment l’artiste peut-il parler de son art, surtout s’il est écrivain, donc, par définition "meilleur à l’écrit qu’à l’oral", comme le fit remarquer Bernard Frank sur le plateau "d’Apostrophes"? Ou trouver la force de formuler ce qui appartient aux mystères de la création ? Comment exprimer clairement, pour un public, certes bienveillant et admiratif, mais parfois assez loin de la littérature, quelques secrets de fabrication ? Ou puiser la force de faire passer des vérités intérieures ?  Comment traduire ses rêveries ? A quel moment débusquer, avec une modestie jamais prise en défaut, des pans entiers de soi-même, sans se blesser en les livrant ?

Uu imaginaire aussi puissant peut-il réussir son auto-portrait ? Se photographier ? Le selfie du génie ?

Gageure parfaitement réussie par Patrick Modiano. Mine de rien, son discours nous fit passer dans toutes les salles de son musée. Il nous tendit le fil rouge de son inspiration. Nous comprîmes soudain ce que nos pressentions. L’enfance, la tistesse des joues froides, jamais embrassées du gamin oublié. Les souvenirs retrouvés,  l’écriture qui sauve, l’énigme  des destinées, "ces mots à moitié effacés tels ces icebergs perdus qui dérivent à la surface des océans". Le maître du jeu, c’est le romancier des romanciers. Quelque chose nous dit qu’il est animé d’une force à la mesure de son oeuvre. Il continuera ses promenades rêveuses au Luxembourg, ou ailleurs, dans ce Paris modianesque devenu le nôtre grâce à lui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 10/12/2014 - 12:42
Discours de P. Modiano
Où le lire?