En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

03.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

05.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

06.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

ça vient d'être publié
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 13 min 14 sec
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 1 heure 59 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 2 heures 35 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 4 heures 22 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 7 heures 2 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 19 heures 53 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 22 heures 29 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 38 min 50 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 2 heures 21 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 3 heures 38 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 4 heures 37 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 5 heures 5 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 6 heures 38 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 18 heures 41 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 22 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 1 jour 28 min
© Pixabay
La "taxe d'aménagement" - couramment appelée taxe "cabane de jardin" - doit être payée lorsqu'un particulier construit un espace de plus de 5m2 et dépasse 1,80 mètre de hauteur.
© Pixabay
La "taxe d'aménagement" - couramment appelée taxe "cabane de jardin" - doit être payée lorsqu'un particulier construit un espace de plus de 5m2 et dépasse 1,80 mètre de hauteur.
Quelle imagination !

Devinette : et le prix du concours Lépine fiscal 2014 est attribué à la taxe sur votre…

Publié le 04 décembre 2014
En matière de taxes, Bercy n'est jamais avare de trouvailles originales. Celle-ci a été discrètement introduite en 2012, mais les Français sont nombreux à en avoir récemment fait les frais.
Thomas Carbonnier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Carbonnier est avocat associé au sein du Cabinet Equity Avocats. Il intervient en droit des affaires et fiscalité pour une clientèle composée de chefs d’entreprises et de PME. Il enseigne la fiscalité en DSCG à l’INTEC (CNAM) et le droit de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En matière de taxes, Bercy n'est jamais avare de trouvailles originales. Celle-ci a été discrètement introduite en 2012, mais les Français sont nombreux à en avoir récemment fait les frais.

Atlantico : C'est une information qui surprendra plus d'un propriétaire de jardin : entrée en vigueur en 2012, la "taxe d'aménagement" - couramment appelée taxe "cabane de jardin" - doit être payée lorsqu'un particulier construit un espace de plus de 5m2 et dépasse 1,80 mètre de hauteur. Concrètement, comment cet impôt local fonctionne-t-il ? Jusqu'à quelles sommes peut-il monter ?

Thomas Carbonnier : Depuis 2012, la taxe d'aménagement remplace :

  • la taxe locale d'équipement (TLE),
  • la taxe départementale des espaces naturels sensibles (TDENS),
  • la taxe pour le financement des conseils d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (TDCAUE),
  • la taxe complémentaire à la TLE en Île-de-France (TC-TLE)
  • et la taxe spéciale d'équipement de la Savoie.

Selon l'article L. 331-6 du Code de l'urbanisme, les opérations d'aménagement et les opérations de construction, de reconstruction et d'agrandissement des bâtiments, installations ou aménagements de toute nature soumises à un régime d'autorisation donnent lieu au paiement d'une taxe d'aménagement.

Comme l’a reconnu le ministre délégué auprès du ministre de l'économie et des finances récemment, l’application de cette taxe s'est révélée problématique pour l'installation de petites surfaces non-habitables telles que des abris de jardin de plus de 5 m2 (JOAN Question N° 47942).

En effet, la taxation de ces installations avec la valeur forfaitaire maximum lorsque la construction existante à laquelle elles se rattachent est supérieure à 100 m2 de surface taxable, a parfois occasionné une imposition supérieure à la valeur de l'abri de jardin en lui-même !

La tentation de ne pas déclarer l’abri de jardin en mairie afin d'échapper à la taxation est donc grande.

C'est pourquoi, l'article 90 de la loi de finances pour 2014 a introduit la possibilité pour les collectivités qui le souhaitent d'exonérer les abris de jardin soumis à déclaration préalable.

Il s'agit de permettre aux collectivités d'apprécier en opportunité s'il est nécessaire ou non d'exonérer les abris de jardins.

Pour calculer le montant de la taxe, la formule applicable est la suivante : Surface taxable créée x Valeur forfaitaire en euros x Taux

La valeur forfaitaire par m² de surface de construction est fixée annuellement par arrêté ministériel. Elle est de 712 euros pour 2014 au niveau national. Toutefois, il existe un abattement forfaitaire de 50% sur les cent premiers mètres carrés…  Une fois ce calcul réalisé, la commune et le département appliquent des taux, qui peuvent varier de 1 à 5% pour la commune et de 1 à 2,5% pour le département. Certains contribuables annoncent avoir payé 500 euros de taxe pour une modeste cabane de 10 m².

Certaines communes ont toutefois décidé de ne pas la mettre en œuvre. Dans ce cas, seule la part de la taxe revenant au département devra être acquittée.

D'autres communes, ont préféré n’exonérer que les abris de jardin, à partir du 1er janvier 2015. Ces situations restent rares. Selon le journal Ouest-France, la majeure partie des communes n'ont pas revu leurs taux à la baisse pour l'année prochaine.

Les témoignages de particuliers surpris de devoir verser sur plusieurs années des sommes de plusieurs milliers d'euros parce qu'ils n'ont pas déclaré la construction en question se multiplient. Comment les services publics peuvent-ils être au courant, et jusqu'à quels niveaux les sanctions peuvent-elles s'élever en fonction de la nature de la construction ?

Lorsque le montant de la taxe est inférieur ou égale à 1500 euros, elle est recouvrable en une fois à l'expiration d'un délai de 12 mois. En cas de complément de taxe, le délai de règlement est de 12 mois en une seule échéance.

Si le projet de construction, après avoir obtenu une autorisation d'urbanisme, est abandonné, le contribuable a intérêt à en informer la mairie pour annuler la procédure de recouvrement des taxes.

Quelle est la justification de cette taxe ? Est-elle vraiment adaptée à la réalité ?

C'est un peu comme la taxe sur les terrains constructibles qui va être majorée de 5 euros par mètre carré. Si vous avez un hectare de terrain – soit 10 000 mètres carrés – cela représente 50 000 euros par an de taxe foncière. Progressivement et d’une manière fourbe, on veut libérer le foncier en empêchant l'existence de petits propriétaires immobilier.

Les collectivités et l’Etat ont un vrai besoin de ressources financières. L'immobilier étant un secteur que l'on ne peut pas délocaliser, il est facile de taxer le petit propriétaire. Il n’y a pas d’échappatoire possible.

La fiscalité immobilière est frappée par un matraquage permanent : le contribuable propriétaire de son bien immobilier sera bientôt une espèce en voie de disparition !

Les particuliers qui auraient récemment construit une cabane ou une remise au fond de leur jardin et qui ne l'auraient pas déclarée doivent-ils pour autant s'inquiéter de se retrouver sanctionnés ? Pourquoi ?

Notre système fiscal étant déclaratif, pour que le contribuable soit inquiété, il devra faire l’objet d’un contrôle ciblé.

Les délais et les modalités de contrôle sont ceux applicables en matière de fiscalité en général.  Le droit de reprise s’exerce jusqu’au 31 décembre de la troisième année qui suit celle de la délivrance de l’autorisation et jusqu’au 31 décembre de la sixième année qui suit celle de l’achèvement des constructions en l’absence d’autorisation.

La sanction fiscale applicable est une pénalité de 80% en cas de construction sans autorisation ou en infraction à l’autorisation. Les contribuables disposent de garanties et peuvent faire valoir leurs observations avant l’application de cette pénalité.

Cette pénalité peut faire l’objet d’une remise, totale ou partielle, accordée ultérieurement pour tenir compte des régularisations intervenues ou des circonstances particulières propres à chaque dossier.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 06/12/2014 - 04:00
Délocaliser
Tunisie : c'était l'eldorado... certain "printemps" est passé par là. Retour au bercail par le premier "express"... ...... .........................................................................................................
Australie : Conversation avec une dame dont l'une de ses filles travaille chez les kangourous. "Je peux y obtenir la nationalité si plus de 50% de mes enfants y travaillent. J'en ai trois. Alors, on me le permet aussi, à condition d'investir 500 000 €. Je ne peux pas." ...........................................................................................................................
Retraité... qui paye ? Il me semble qu'il y a là source d'une certaine fragilité à prendre en considération... Et puis, s'éloigner sans y avoir jamais vécu, cela peut réserver des surprises, à un âge plus que canonique...
Le gorille
- 06/12/2014 - 03:46
Délocaliser
C'est une rengaine que j'entends souvent... Quelques petits inconvénients. Un couple d'amis a voulu choisir les USA. Il a acheté une maison près d'un lac, jolie vue... sauf que depuis des années, il ne peut y rester plus de 3 mois d'affilée. Il n'arrive pas obtenir la nationalité américaine qui lui permettrait de "résider",
crobard007
- 05/12/2014 - 20:33
Comme au bon temps du bolchévisme..
on se dirige inéluctablement vers l'interdiction de la propriété privée, surtout pour le Français des classes moyennes dans le privé en tant qu'entrepreneur ou salarié. Cette typologie sociale est destinée à travailler pour l'état afin de combler ses gabegies mais aussi pour enrichir ses élites qu'elles soient dirigeantes ou faisant partie des catégories récompensées par le biais de subventions, d'allégements fiscaux, de régimes dérogatoires.
Non les Français ne sont plus égaux.