En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 5 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 8 heures 45 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 9 heures 40 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 10 heures 26 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 11 heures 24 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 13 heures 39 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 14 heures 26 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 5 heures 7 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 5 heures 43 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 9 heures 7 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 10 heures 1 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 10 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 11 heures 46 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 14 heures 52 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 16 heures 46 min
© Reuters
L'Assemblée nationale se prononce le 2 décembre sur la reconnaissance d'un Etat palestinien.
© Reuters
L'Assemblée nationale se prononce le 2 décembre sur la reconnaissance d'un Etat palestinien.
Résolution

Pourquoi il ne faut pas un mais deux Etats palestiniens

Publié le 29 novembre 2014
L'Assemblée nationale se prononce le 2 décembre sur la reconnaissance d'un Etat palestinien. Pourtant, au regard de l'Histoire et de la configuration géographique de la région, cette création n'a que peu de chances de jouer un rôle de stabilisateur. Pour cela, deux Etats seraient nécessaires.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Assemblée nationale se prononce le 2 décembre sur la reconnaissance d'un Etat palestinien. Pourtant, au regard de l'Histoire et de la configuration géographique de la région, cette création n'a que peu de chances de jouer un rôle de stabilisateur. Pour cela, deux Etats seraient nécessaires.

La création d'un Etat palestinien se trouve à nouveau à l'ordre du jour. C'est, on le sait, la retombée politique de la guerre qui a opposé au cours de l'été, l'Etat d'Israël et les Palestiniens de Gaza. Seules, jusqu'ici, les crises ont permis d'avancer dans la solution des problèmes du Proche-Orient. 

Il est aujourd'hui très peu de gens qui ne reconnaissent que la paix sur l'ancien territoire du mandat britannique de Palestine passe par la création d'un Etat palestinien, pendant, même en plus petit, de l'actuel Etat israélien, cet Etat devant trouver son assise territoriale en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

L'Etat palestinien unique : une solution dépassée   

Pourtant, il faut bien le dire, cette solution apparait aujourd'hui de plus en plus dépassée. Non seulement parce que les forces politique dominantes en Israël, Benjamin Netanyahou en tête n'en veulent manifestement pas- pas plus que la partie des Palestiniens qui revendique un seul Etat multiconfessionnel-, mais aussi parce que, sur le terrain, elle semble de plus en plus irréelle.

Laissons de côté le problème considérable posé par l'accroissement du nombre de colonies en Cisjordanie. Heureusement la décision audacieuse d'Ariel Sharon d'évacuer en 2005 celles de Gaza y simplifie la question.

Mais il n'existe aucun cas à l'époque moderne d'un Etat coupé en deux qui se soit avéré durable. L'exemple du Pakistan est le plus manifeste : destiné lors de sa création en 1947 à regrouper tous les Indiens musulmans, ses parties est et ouest (devenue Bengladesh) durent se séparer dès 1971. En remontant dans le temps, on se souvient de l'Allemagne où l'instauration en 1919 d'une Prusse orientale sans continuité territoriale fut, au travers de la question de Dantzig, la pomme de discorde qui déclencha la 2e guerre mondiale. Après la guerre Berlin posa un problème analogue. La solution d'un Etat unique tient d'autant moins que les Israéliens n'ont sans doute pas l'intention de couper leur propre territoire par une autoroute reliant les deux parties de la Palestine.

Il faut donc deux Etats palestiniens : une sorte de cité-état à la manière de Singapour à Gaza et un Etat cisjordanien dont l'imbrication avec Israël et la présence à Jérusalem restent  à négocier.

L'autre raison de créer deux Etats palestiniens est qu'on n'imagine pas le Fatah et le Hamas travaillant  ensemble : que chacun s'organise de son côté comme c'est déjà le cas en pratique, est logique. Leur rapprochement récent, pourtant tactique, aurait, selon certaines sources, déterminé Israël à bombarder Gaza. Raison de plus pour que ce dernier envisage l'idée de deux Etats palestiniens. 

Israël aurait tout à gagner à une telle solution : la perspective d'un face à face avec un Etat palestinien unique sur le même territoire est difficile à admettre pour une partie de ses ressortissants. Avec deux Etats, cette perspective s'en trouverait en partie diluée.

On objectera qu'aucun de ces Etats ne serait "viable". Mais des 193 membres des Nations unies, combien sont "viables" ?

Une telle solution impose non seulement de régler la question des colonies juives de Cisjordanie mais aussi  celle du décloisonnement et du développement de Gaza, inséparables d'un rétablissement de la sécurité d'Israël côté Sud. Deux questions immenses mais qui seront sans doute mieux résolues, si elles doivent  l'être, séparément qu'ensemble.

Vers une confédération ?

Une telle solution permettrait même d'envisager à terme une sorte  de confédération à quatre comprenant Israël et la Jordanie laquelle revendique toujours sa qualité d'Etat palestinien. Israël aurait naturellement une influence privilégiée dans une telle confédération mais les partisans d'un Etat unique pourront aussi bien la considérer comme un pas dans leur sens.

L'idée de donner à Gaza le statut  d'Etat effrayera, dans le contexte actuel, bien des Israéliens : mais préfèrent-ils que les activistes du Hamas passent leur temps à ruminer des projets d'action armée ou qu'ils se répandent à travers le monde dans les ambassades du nouvel Etat, que la communauté internationale sera, n'en doutons pas, prête à financer  ?

Le perfectionnement prévisible du mur électronique autour de Gaza devrait un jour permettre de relâcher le blocus, ouvrant ainsi la porte au nécessaire développement de l'économie de ce territoire, à la fois impératif humanitaire et moyen de ralentir sa progression démographique. Un tel développement, irrigué par l'argent du golfe ou de l'Union européenne, serait à même de rendre un jour les habitants de ce territoire à leur vocation commerciale séculaire.

Nous mesurons tous les problèmes de principe que pose aux Palestiniens un tel scénario. Mais au moins faudrait-il qu'il commence par paraître acceptable à Israël. Comme il est probable qu'on ne résoudra pas les questions de principe (droit au retour, caractère confessionnel de l'Etat d'Israël, statut de Jérusalem), peut-être vaudrait-il mieux parler dans une première phase de ne  fonder sur ces bases qu'un arrangement provisoire.

Utopie ? Sans doute,  mais moins que l'idée d'un Etat palestinien unique. Si une ouverture doit émerger de la crise actuelle, c'est dans cette direction qu'il faut à présent la chercher.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 01/12/2014 - 12:42
Plus simple :
Ariel Sharon prétendait que les Palestiniens possédaient ddéjà un pays , la Jordanie . 1. Restituer la Cisjordanie à la Jordanie . 2 . Donner la Bande de Gaza à l' Egypte .
Marie Esther
- 29/11/2014 - 15:00
suite (2)
et surtout le caractère terroriste du Hamas, du djihad islamique, du FPLP,...et autres petites organisations qui font des adeptes dans touts les territoires de l'Autorité palestinienne compte tenu de la proximité et du soutien manifesté à l'EI. La paix oui mais avec un état arrêtant de féliciter les assassins, en acceptant des juifs puisque Israël a bien 20% de ses citoyens qui ne sont pas juifs (donc réciprocité) et puisque les musulmans ont le droit d'aller sur l'Esplanade des Mosquées, droit réciproque pour les juifs (et autres dont les chrétiens) d'aller sur le Mont du Temple, d'aller à Béthléem (Tombeau de Rachel) à Sichem (Naplouse Tombeau de Josef) et évidemment toujours Hébron (Tombeau des Patriarches). Jérusalem pour moi ne peut pas être divisée mais doit rester libre d'accès pour toutes les religions (ce qui n'était pas le cas pour les juifs ni les autres avant 1967 avec les Jordaniens). Le droit de retour se fera dans la Palestine future (aucune raison que ce soit en Israël) Voilà mon opinion qui est évolutive (les discussions sont possibles et il peut y avoir d'autre solution que je n'envisage ps) mais franchement en ce moment cela ne donne pas envie de discuter
Marie Esther
- 29/11/2014 - 14:52
suite (désolée de la fausse manip)
accords de San Rémo créait la Transjordanie à l'est du Jourdain (Jordanie actuelle) et promettait un état au peuple juif (pas question de religion) sur le reste de la Palestine (à l'ouest du Jourdain). On sait que le plan de partage enlevait une partie de ce qui était promis aux juifs en créant en même temps qu'un état juif (relisez et les déclarations de l'ONU et celle de l'indépendance d'Israël) un énième état arabe. Refus des arabes, guerres.... Occupation par l'Egypte de Gaza et par al Jordanie de la Judée Samarie (appelée à tort par les médias français Cisjordanie avec Jérusalem Est après en avoir chassé les populations juives qui y vivaient depuis longtemps) En 1967 nouvelle guerre, à la surprise générale victoire encore d'Israël qui a conquis les territoires sur la Jordanie et l'Egypte mais qui n'a pas pu en négocier la restitution, la Jordanie et l'Egypte ayant abandonné tous leurs droits sur ces territoires. Aujourd'hui il y a un peuple palestinien (depuis 1967) et il existe et en tant que peuple a droit a un état (viable ce serait mieux) Pour moi ce ne peut être que la Judée Samarie avec Ramallah; il ne peut y avoir 2 états enserrant Israël vu l'exiguité des pays