En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
© Reuters
Marine Le Pen s’est prononcée dimanche 23 novembre pour une "grande alliance patriote" qui réunirait le FN et d’autres partis de droite comme de gauche.
© Reuters
Marine Le Pen s’est prononcée dimanche 23 novembre pour une "grande alliance patriote" qui réunirait le FN et d’autres partis de droite comme de gauche.
A l'assaut des symboles

Une alliance des "patriotes" sous l’égide de Marine Le Pen ? Ce qui se cache derrière l’OPA du FN sur le mot

Publié le 25 novembre 2014
Marine Le Pen s’est prononcée dimanche 23 novembre pour une "grande alliance patriote" qui réunirait le FN et d’autres partis de droite comme de gauche. Si cette alliance n'est pas encore prête à voir le jour, le FN réussit toutefois à s’accaparer un terme qui a une charge symbolique très forte, même s'il est déjà passé par tous les camps politiques au fil de l'histoire.
Gil Mihaely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gil Mihaely est historien et journaliste. Il est actuellement éditeur et directeur de Causeur.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Le Pen s’est prononcée dimanche 23 novembre pour une "grande alliance patriote" qui réunirait le FN et d’autres partis de droite comme de gauche. Si cette alliance n'est pas encore prête à voir le jour, le FN réussit toutefois à s’accaparer un terme qui a une charge symbolique très forte, même s'il est déjà passé par tous les camps politiques au fil de l'histoire.

Atlantico : Marine Le Pen s’est prononcée dimanche pour "une grande alliance patriote" qui réunirait le FN et des partis comme "Debout la France" de Nicolas Dupont-Aignan, le MPF de Philippe de Villiers et le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) de Jean Pierre Chevènement. En quoi peut-on parler d’OPA du FN à l’égard du terme "patriotisme" ? Comment expliquer que le parti frontiste utilise ce mot très régulièrement ?

Gil Mihaely : La totalité des partis politiques essaye de s’accaparer des mots-clefs. Par exemple, quand on parle de solidarité, de justice sociale et d’égalité on pense plutôt à la gauche. En revanche quand on parle de nation ou de national on pense plutôt à la droite. Certains partis comme l’UMP et le PS essayent d’utiliser certains termes pour exclure le FN. C’est le cas avec l’adjectif « républicain » - comme dans « front républicain » - prononcé pour se démarquer du FN. 

Aujourd’hui, le FN essaye pour sa part d’accaparer un terme qui a une charge symbolique très forte et qui est déjà passé par tous les camps au fil de l’histoire. Au moment de la Révolution le patriotisme était en effet plutôt un terme utilisé par les républicains et les démocrates. Plus tard, il a été associé avec nationalisme et guerre, devenant alors un terme « de droite ». Aujourd’hui « patriotisme » évoque beaucoup de choses.  Ce mot permet de se positionner sur des questions comme l’Europe, les frontières, la nation, l’Etat nation et la souveraineté.

La notion de patriotisme renvoie à plusieurs thématiques, notamment économiques et celle des frontières.  A ce sujet, un sondage Ifop pour Atlantico publié en février indiquait que 59 % des Français étaient favorables à une restriction des conditions d’installation des Européens dans le cadre des accords de Schengen. Les Français sont-ils attachés au respect des frontières ?

Les règles de Schengen ont été conçues il y a plus des vingt cinq ans pour un espace composé d'Etats à peu près homogènes en ce qui concerne le niveau de vie et la sociologie. A l’évidence, ce n’est plus le cas. A l’instar de leurs économies, les pays européens sont très différents socialement. En conséquence, leurs législations en matière de travail et sécurité sociale sont également très différentes.  On peut le constater à partir de deux exemples. Le premier est le cas des Roms (roumains et bulgares) dont la circulation en Europe pose des problèmes à de nombreux pays. En clair, la Bulgarie et la Roumanie ne font pas leur boulot vis-à-vis de leur population la plus faible et exportent une partie de leurs problèmes à l’extérieur de leurs frontières ce qui exaspère les opinions publiques dans les pays d’accueil.

Le deuxième exemple est celui des travailleurs détachés et du dumping social, phénomène qu’on appelait le plombier polonais il y a quelques années. Quand les différences des prestations sociales du coût du travail sont très importantes, la libre circulation créée une concurrence faussée entre travailleurs à l’intérieur de l’espace Schengen.  

Dans quelle mesure cette thématique du patriotisme structure-t-elle la vie politique ?

Aujourd’hui, le vrai clivage politique n’est pas entre la gauche et la droite, mais entre ceux qui pensent que l’Etat nation a toujours sa place et un rôle à jouer, et ceux qui continuent de penser que l’Etat nation est le principal responsable des malheurs du XXe siècle, un obstacle pour le progrès de l’humanité. Ces derniers estiment qu’il faut continuer les projets de dépassement des nations fusionner les Etats nation dans des ensembles supranationaux comme l’Europe.

C’est une question qui structure les clivages à l’intérieur même des partis. Il y a par exemple des gens étiquetés de gauche comme Jean-Pierre Chevènement et des gens étiquetés plutôt de droite comme Nicolas Dupont-Aignan et Philippe de Villiers qui s’accordent sur ce sujet. Le clivage transcende aussi les écologistes : certains pensent que seul l’Etat nation a les moyens pour faire respecter des règles permettant de sauver la planète tandis que d’autres pensent que par définition l’écologie exige un dépassement des frontières.

Beaucoup de gens sont fiers d’être Français mais un grand nombre d’entre eux ne se sentent pas exclusivement Français. Comment expliquer ce paradoxe ?

Nos identités sont multiples et compliquées. Chacun fait cohabiter plusieurs appartenances : à la nation, à une ville, un quartier, un club de foot ou une région à forte identité. La particularité de l’identité nationale est qu’elle prime sur toutes les autres : c’est pour elle qu’on tuait et qu’on était prêt à mourir. Même si aujourd’hui on se pose la question de l’Etat nation, du rôle des frontières et que l‘identité nationale revient un peu en force, nous ne sommes pas au même niveau d’adhésion à l’idée nationale qu’à la fin du XIXe siècle et du début du XXe entre la guerre franco-prussienne et celle de 14-18.

Mais ce n’est pas uniquement une question de sacrifice suprême. L’identité nationale structure la citoyenneté et la solidarité. Nos impôts servent à aider nos concitoyens, donc les autres membres de la famille nationale, nous consentirons à faire un effort ensemble pour s’en sortir ensemble, nous nous sentons concernés par la politique nationale, et sommes plus touchés par les inondations dans le Midi que des séismes au Japon. Bref, notre appartenance à la nation est la condition sine qua non pour rendre possible le fonctionnement d’un Etat moderne et efficace.

Pourquoi est-il judicieux politiquement pour le FN d’investir le champ politique via cette question ? Ses adversaires politiques se retrouvent-ils piégés par cette nouvelle tactique ?

Le clivage d’aujourd’hui se situe autour de l’Etat nation, donc des frontières et de l’identité nationale. Le FN se positionne sur ce nouveau tableau et en même temps s’éloigne des clivages obsolètes en gauche et droite. De toute façon l’analyse politique du FN qui met le doigt sur la question nationale est pertinente. 

Les adversaires du FN sont piégés. Ils partagent l’analyse du FN concernant les nouveaux vrais clivages politiques mais les partis ont des traditions et des positions anciennes, notamment vis-à-vis de l’Europe. Ils sont presque tous engagés dans un projet européen où la logique même est de dissoudre l’Etat nation dans un ensemble supra national.

Comment expliquer que les autres partis politiques aient délaissé les sujets portant sur la thématique de la nation ?

Ces thèmes ont été délaissés dans les grands projets d’après-guerre avec l’euphorie des années 70 et 80. A l’époque les choses marchaient bien et il y avait un consensus général pour dire que la nation et l’Etat nation étaient des concepts liés au XIXe et XXe, et que le XXIe siècle serait supra national ou ne serait pas. Ce terme connoté négativement était en quelque sorte « contaminé », car lié à la droite et la guerre.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hugues001001
- 25/11/2014 - 23:48
ahahaha
Regroupant des partis de droite comme de gauche ? Tiens donc. On se rend enfin compte du fait que le FN est très, très similaire à la gauche dans son programme et sa conception des choses (étatisme, délires économiques, contrôle du citoyen, rôle accru de la puissance publique, etc.). Le pire, c'est que si des gauchistes cèdent aux sirènes, ce sont les antifas et ces crétins d'étudiants qui font grève qui vont être déroutés...
Deudeuche
- 25/11/2014 - 11:41
Chevènement ?
Intéressant n'est ce pas?
Ganesha
- 25/11/2014 - 09:57
Réaction Infantile
Les questions (... et les réponses !) que Marine Le Pen nous présente sur la situation actuelle de la France, relèvent du simple bon-sens ! Ce qui est étonnant, c'est la réaction infantile des commentateurs qui viennent ici dire : ''Le FN, c'est pas bien''. Êtes-vous seulement capables de penser un peu par vous même, au delà de ce que vous lisez et entendez dans les médias ''du système UMPS'' ?