En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

02.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

06.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

07.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 42 min 22 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 4 heures 49 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 5 heures 21 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 7 heures 17 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 9 heures 34 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 10 heures 5 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 10 heures 39 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 4 heures 35 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 5 heures 3 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 5 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 8 heures 22 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Politique
VGE

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 10 heures 44 min
Atlantico Games

Le sacrifice d'Abraham adapté en jeu vidéo

Publié le 14 novembre 2014
Un jeu d'action d'influence rétro, pour une réécriture contemporaine et suintante de cynisme du sacrifice d'Abraham ? Et vous pensiez avoir tout vu... bienvenue dans The Binding of Isaac : Rebirth !
Greg Jacomet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Greg Jacomet, 24 ans, est éditeur du magazine Parisian Gentleman, éditorialiste pour le magazine "The Rake" et un expert aujourd’hui très réputé en matière de parfumerie, notamment masculine.  Il est également un grand spécialiste du monde des jeux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un jeu d'action d'influence rétro, pour une réécriture contemporaine et suintante de cynisme du sacrifice d'Abraham ? Et vous pensiez avoir tout vu... bienvenue dans The Binding of Isaac : Rebirth !

La Bible, étant, et de loin, LE best-seller de l'humanité – c'est à se demander pourquoi il n'y a pas plus d'adaptations en jeux vidéo de l’ouvrage. Des livres bien moins populaires et moins universels ont lancé des franchises qui tournent encore aujourd'hui, et qui vendent toujours des millions.

Plaisanteries mises à part – il existe bel et bien des jeux vidéos basés directement sur La Bible. Les plus connus remontent à l'époque de la première Nintendo. Produits, développés, et distribués pratiquement exclusivement aux USA (étonnant non ?), ces "Bible Games" sont aujourd'hui célébrés sur l’internet (comprendre : moqués), autant pour leur évidente médiocrité que pour l'épatante naïveté qu'ils partagent avec pratiquement tous les jeux à visée ludo-éducative; quel que soit l'emballage, une leçon de catéchisme restera toujours une leçon de catéchisme, à savoir, pas franchement l'idée que se fait un gamin de son mercredi après-midi.

Mais la Bible reste un livre fascinant : une splendide collection de littérature ancienne et de chouettes histoires, ainsi que d'autres plus volontiers... violentes, comme l'épisode de la Ligature d'Isaac, aussi connu sous le nom de Sacrifice d'Isaac ou Sacrifice d'Abraham – où Dieu demande à Abraham de lui sacrifier son unique fils aimé, Isaac, ce qu'Abraham s'apprête à faire quand un ange arrête sa main au dernier moment, révélant que Dieu n'a souhaité que tester la foi d'Abraham en Sa parole.

Difficile d'imaginer une telle histoire adaptée en jeu vidéo, et pourtant...

The Binding of Isaac : Rebirth est la réédition améliorée de The Binding of Isaac, un jeu sorti en 2011 sur PC / Mac / Linux. Le scénario du jeu remet au goût du jour l'épisode biblique, non sans omettre une certaine attaque contre l'Amérique "télévangéliste" puritaine.

L'histoire débute alors qu'Isaac joue tranquillement dans son salon, tandis que sa mère regarde une émission de TV chrétienne. Elle entend alors une voix, qui s'apparente à un message de Dieu, lui disant que son fils est corrompu, et lui demandant de le préserver du mal de ce monde. La mère d'Isaac s'exécute, et retire à son fils toutes ses affaires, y compris ses jouets, ses dessins et même ses vêtements, avant de l'enfermer dans sa chambre.

Puis la mère entend la même voix à nouveau, mettant cette fois sa dévotion en question. La voix lui demande de sacrifier Isaac pour lui prouver sa foi. La mère va alors dans la cuisine chercher un long couteau, tandis qu'Isaac, ayant observé sa mère par une fissure sur la porte, commence à paniquer, quand il trouve une trappe sous un tapis, menant à la cave. Il s'échappe alors, et se retrouve perdu dans un univers issu de ses pires cauchemars.

Le jeu se présente donc sous la forme d'un jeu d'action vu du dessus, inspiré de l'esthétique de l'époque 16 bits : tout y est donc d'apparence très rétro, avec un aspect pixelisé du  meilleur goût. Le principe est simple : Isaac doit échapper à sa mère, en s'enfonçant toujours plus bas, dans les profondeurs de sa cave qui, d’ailleurs, s'ouvre sur des catacombes, puis vers le ventre de sa mère, puis vers l'enfer, puis vers... des profondeurs plus insondables encore.

Chaque partie est générée aléatoirement, du plan des niveaux que le joueur traverse, aux objets et aux ennemis qui apparaissent ; avec plus de 4 milliards de possibilité, cela garantit plus ou moins de ne jamais jouer deux fois exactement au même jeu.

De plus, chaque objet ramassé par Isaac lui donne de nouvelles aptitudes (comme le pouvoir de voler, ou d'invoquer le pouvoir de la Gameboy pour se transformer en Pac-Man...), et change son apparence physique pour un résultat souvent parfaitement grotesque.

Il n'est pas rare en effet de se retrouver avec un Isaac cyclope, obèse, vert, portant une perruque et du rouge à lèvres et pleurant des larmes de feu pour abattre ses ennemis. Une partie dure entre 20 et 45 minutes en moyenne, en faisant un excellent choix pour tuer le temps – car le jeu est diablement (sans mauvais jeu de mot) addictif.

La difficulté est relevée mais progressive, et les contrôles sont d'une incroyable simplicité à prendre en main. ZQSD pour bouger, les flèches directionnelles pour attaquer, E pour poser des bombes (car oui, le jeu a des bombes), A et la barre d'espace pour utiliser des objets.

Le jeu est en outre très complet, bourré de secrets et de subtilités qui ne se révèlent qu'au fil des parties : pléthore de personnage secrets et de niveaux bonus sont à débloquer, apportant tous leur lot de nouveaux objets et de nouvelles situations qui contribuent à faire de chaque partie une expérience nouvelle.

Un avertissement cependant – même pris au second degré, The Binding of Isaac ne fait pas dans la dentelle, et certains choix esthétiques peuvent (et ont très certainement déjà) choqué bien des personnes.

Bien évidemment, prendre un tel jeu au sérieux serait une erreur. Après, il s’agit de diriger un gamin qui se bat avec ses larmes, en pleurant sur ses ennemis jusqu'à ce qu'ils meurent. Et le jeu n'est en définitive pas plus violent qu'un chapitre de La Bible, à la différence qu'il s'agit ici d'une parodie, clairement doublée d'un exercice qui vise autant à choquer par son manque indéniable de pudeur et de respect, que par l'absurdité totale qui en imprègne le moindre pixel.

De la à considérer The Binding of Isaac comme un jeu militant, pointant du doigt de manière extrême les absurdités et les dérives de l'Amérique évangéliste, il n'y a qu'un pas – que je ne franchirai pas, mais qui n'est sans doute pas dénué d'une certaine part de vérité. Et ce, même si le jeu sème le doute, entre l'humour scatologique et le franc dégoût que peuvent provoquer certaines créatures peuplant les sous-sols de la maison d'Isaac.

A recommander aux téméraires et à ceux qui ne se choquent pas facilement. Gardez l'esprit ouvert, et sous l'épaisse couche de fange, vous trouverez une petite pépite du jeu indépendant.

Genre : Action rétro, exploration de donjon, roguelike

Plate-forme : PC / Mac / Linux, Playstation 4, Playstation Vita (bientôt ?) Nintendo 3DS

Développeur : Nicalis

Prix : Environ 12€

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JonSnow
- 14/11/2014 - 16:49
A propos du sacrifice d'Abraham.
L'affaire du sacrifice d'Abraham, que le trois religions du Livre revendiquent, m'a toujours paru un insondable abîme de cruauté, quelque chose d'absurde! Qu'un jeu video souligne ce côté aussi cruel qu'absurde, n'est pas pour me déplaire. Peut-être que cela peut faire réfléchir les gens qui croient à cette fable et la prennent au premier degré.
zouk
- 14/11/2014 - 11:50
Jeu vidéo Abraham/Isaac
Simplement idiot, au moins dans la structure présentée.