En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 7 heures 28 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 9 heures 6 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 11 heures 59 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 14 heures 20 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 14 heures 47 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 16 heures 2 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 16 heures 10 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 16 heures 35 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 8 heures 7 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 13 heures 25 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 13 heures 57 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 15 heures 45 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 16 heures 10 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 16 heures 36 min
© Reuters
Depuis le 5 octobre des drones survolent régulièrement des centrales nucléaires un peu partout en France.
© Reuters
Depuis le 5 octobre des drones survolent régulièrement des centrales nucléaires un peu partout en France.
A qui la faute ?

Pourquoi le gouvernement n'a pas le début d'une piste sur les drones qui survolent impunément nos centrales nucléaires

Publié le 03 novembre 2014
Les survols de centrales nucléaires un peu partout en France par des drones sont devenus légion tout au long du mois d'octobre, et rien ne dit qu'ils s'arrêteront. L'identité de leurs pilotes à distance reste une énigme pour les autorités.
Michel Nesterenko
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les survols de centrales nucléaires un peu partout en France par des drones sont devenus légion tout au long du mois d'octobre, et rien ne dit qu'ils s'arrêteront. L'identité de leurs pilotes à distance reste une énigme pour les autorités.

Atlantico : Depuis le 5 octobre des drones survolent régulièrement des centrales nucléaires un peu partout en France.  Dernières en date, celles de Golfech et Penly dans la nuit du jeudi 30 au vendredi 31 octobre. Concrètement, qu’est-il possible de faire avec ces drones, et a-t-on raison de s’en inquiéter ?

Michel Nesterenko : Bien sur qu'il faille s'inquiéter de tout comportement faisant courir un risque aux biens ou aux personnes. De même que si nous voyions un enfant de 7 ans au volant d'une grosse voiture. De quel risque parlon- nous vraiment dans le cas présent ? Le drone est un objet qui le plus souvent ne pèse que quelques kilos, sauf certains drones militaires, ce qui n'est pas le cas ici. Ce drone ne peut emporter que des petites charges d'un kilo ou deux tout au plus, souvent bien moins. Il s'agit ni plus ni moins d'un avion modèle réduit dont il en existe des centaines en France, téléguidés la plupart du temps par de jeunes ados, et achetés dans une grande surface.

Lire également : Vous ne le savez peut-être pas encore mais les drones font d’ores et déjà partie de nos vies et voilà (tout) ce que ça change

Le drone lui même ne fera aucun dommage au Bunker en béton qui protège les installations sensibles de la centrale. Suite aux attentats du 11 septembre 2001 à New York, des études très poussées ont été menées pour évaluer le risque d'un avion s'écrasant sur une centrale nucléaire. Pour avoir un effet perceptible il faudrait un Boeing B747 lourdement modifié pour être rempli de plusieurs tonnes d'explosifs et de carburant et tombant en piqué sur la zone la plus sensible. Nous n'en sommes pas là avec les drones. Le risque d'explosion d'une centrale nucléaire est donc quasi inexistant, n'en déplaise à certains experts qui cherchent à faire peur au peuple; peut-être pour détourner l'attention sur d'autres évènements d'actualité ? Les Centrales nucléaires, ont de multiples systèmes de sécurité industrielle et de sureté redondants des plus efficaces. 

Ces faits se sont répétés à divers endroits en France sur tout le mois d’octobre, ce qui laisse à penser que c’est le résultat d’une action concertée entre personnes éloignées géographiquement. Comment se fait-il que le gouvernement n’ait aucune piste sur ces survols, pas le début d’un indice ?

Le gouvernement français dispose de services de renseignements de la plus grande efficacité, même si la coordination des forces de Police et de Gendarmerie sur le terrain laisse parfois à désirer eu égard aux libertés constitutionnelles du citoyen, comme ce fut le cas pour Mohamed Merah.  Si il n'existe pas d'information relatives aux drones, comme indiqué par le Ministère de l'Intérieur, c'est que vraisemblablement il ne s'agit pas d'une menace terroriste crédible. Les professionnels du terrorisme savent bien, qu'avec un drone, il ne peut pas s'agir d'une menace suivie d'effets crédibles. 

Il peut donc s'agir tout simplement d'un groupe d'ados se coordonnant via les réseaux sociaux. Au départ il ce devait être le jeune voisin d'une centrale qui a trouvé excitant de survoler un lieu interdit avec son petit drone téléguidé. Puis le battage médiatique auquel s'additionne l'incapacité des pouvoirs publics à réagir a transformé le petit jeu en exploit national. C'est Fantastique, "on parle de nous" se disent les jeunes pilotes.D’après la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), il serait formellement interdit de tirer sur tout objet volant à plus d’un mètre du sol, que celui-ci soit manœuvré par un pilote ou non (voir ici). Face à ces drones et à leurs éventuelles améliorations, la loi est-elle devenue obsolète ? Comment la faire évoluer ?

Les Chasseurs en période d'ouverture s'adonnent régulièrement au plaisir de tirer sur des objets volants (tir aux pigeons d'argile) à plus d'un mètre du sol. Et pourtant la Chasse n'est pas interdite. Bien sûr il ne faudrait pas que tous les chasseurs de France et de Navarre se mettent, demain, a tirer sur tous les avions de modélisme et autres drones des ados. 

La solution, simple, immédiate et bon marché, contre les drones est d'habiliter les gardes des centrales nucléaires à abattre, dans le périmètre de la centrale, tout objet volant, sans être humain à bord, avec un fusil ou une carabine de chasse, achetée chez l'armurier du coin. Peut être leur serat-il nécessaire d'obtenir, préalablement, un permis de chasse ? Le petit jeu, si jeux il y à, cessera vite car un avion de modélisme ou drone télécommandé coûte cher pour un ado, qui devra expliquer à son père comment il a perdu son avion. Les experts de la Gendarmerie et de la Police auront alors tout loisir d'analyser les preuves et de trouver les coupables.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
quesako
- 02/11/2014 - 21:09
kamarads à l'extrême-gauche et kamaraden à l'extrême droite !
Pas étonnant que leurs programmes soient interchangeables !
ELLENEUQ
- 02/11/2014 - 18:13
Pourquoi ?
Parce qu'ils savent très bien de qui il s'agit mais ne veulent pas le dire car ce sont leurs "alliés" !
vangog
- 02/11/2014 - 17:27
Très bonne idée!...
Mais c'est sans compter les syndicats ultra-gauchistes qui vont monter au créneau pour défendre ces drones, probablement envoyés par leurs kamarads de l'une ou l'autre des associations écolo-régressives que nous subventionnons. Ils diront que le "tir au pigeon" ne fait pas partie du travail des employés du site nucléaire, ou toute autre niaiserie bien gauchiste, puis rajouteront une page à notre bible du non-travail...