En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 2 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 6 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 7 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 8 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 9 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 9 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 10 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 10 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 11 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 11 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 5 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 7 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 8 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 8 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 9 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 9 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 10 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 11 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 11 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 11 heures
Popularité de la citrouille

Halloween à la française : 2014 sera-t-elle une année avec ou une année sans ?

Publié le 29 octobre 2014
Après avoir connu un pic d'intérêt en 2006, la popularité pour les fêtes d'Halloween en France a décliné puis est remontée à partir de 2011. Petit tour des ressorts commerciaux de cette fête définitivement pas française mais qui est en train de le devenir.
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir connu un pic d'intérêt en 2006, la popularité pour les fêtes d'Halloween en France a décliné puis est remontée à partir de 2011. Petit tour des ressorts commerciaux de cette fête définitivement pas française mais qui est en train de le devenir.

Atlantico : C'est Halloween le 31 octobre prochain. Sur le plan commercial, de quelle manière les acteurs économiques cherchent-ils à profiter de l'événement, et celui-ci est-il vraiment rentable ?

Christophe Benavent : La vie commerciale est essentiellement liée aux fêtes et rituels qui scandent l'année, d'autant plus qu'ils correspondent souvent à des périodes de vacances. Inutile de parler de noël, pâques qui restent des moments essentiels pour la vente de chocolats et de quelques autres aliments, ou encore les fêtes musicales et culturelles de l'été. Ces rites sont importants pour le commerce d'abord parce qu'ils prescrivent certaines consommation, ensuite car instaurant une ambiance particulièrement ils rendent saillant certains besoins, certaine préférences, des sujets d'intérêts. Pour Halloween on voit l'intérêt immédiat des confiseurs, celui des restaurants et lieux de sorties. Il est moins direct pour la plupart des autres secteurs, sauf à participer à l'atmosphère et à être dans le ton. Cela favorise l'efficacité des campagnes de communication. Est-ce rentable? Dans la mesure où le rituel s'institue de lui-même il n'y a pas de dépense. La question est de savoir si jouer cette carte est intéressant. C'est en fait très variables, et vrai que pour un petit nombre de secteurs - ceux qu'on vient d'évoquer. Le problème est que ce n'est pas un rituel qui emporte l'adhésion des masses, mais d'étroits segments : les jeunes étudiants, les enfants.

En quoi le fait que cette fête vienne de la culture anglo-saxonne empêche-t-il qu'elle s'inscrive dans nos mœurs ? Est-ce notre culture latine qui nous empêche d'y adhérer ?

Il y a sans doute plusieurs facteurs. La culture latine peut-être, le rapport à la mort surement, et l'on notera qu'en Europe la mort appartient de plus en plus à la sphère privée. Culture religieuse aussi. On notera ainsi des différences régionales : Halloween semble plus populaire dans le nord-est de la France. Le fait qu'un rituel plus légitime est ancré : celui de la Toussaint qui génère aussi ses consommations : chrysanthèmes et visites familiales... Son mode d'importation aussi qui passe essentiellement par le biais des séries et dont le motif d'adoption est l'imitation. Une étude de Renaud Zeebroek sur le cas de la Belgique, montre ainsi comment halloween se fond dans des pratiques culturelles antérieures, dans ce cas carnavalesque. Ces fêtes rituelles ne peuvent se transmettre telles qu'elles, sauf si la transmission est le fait d'une population de migrant - et il y a eu d'américains en Belgique.  Elles sont appropriés, transformées adaptées. Et il est possible que cela ne marche pas. Des considérations plus économiques peuvent être aussi évoquées : entre les dépenses de l'été et le gaspillage de Noel, il n'y a peut-être pas de fête à la consommation!

Le manque de succès peut-il aussi s'expliquer par le moment de l'année où Halloween tombe ? Pourquoi ?

Le premier argument est économique, nous venons de l'évoquer. Le second réside peut-être dans la nature des rituels de la Toussaint. Honorer les mort, s'occuper des familles, et plus largement les chassés croisés de grands parents et de petits-enfants qui seuls sont en vacances, tissent une toile de fond dont les valeurs (la mise en ordre des rapports familiaux et le resserrement des liens dans une société où les deux tiers des foyers se composent de moins de deux personnes) ne correspondent pas toute à fait à cette sorte de carnaval où l'on se défait de la peur de la mort. La nature du lien social sollicité par Halloween (des groupes de pairs) n'est pas celui qui s'est construit pour la toussaint. 

Observe-t-on des fluctuations en termes de succès commercial au fil des années ? A certains moments a-t-on pu penser que le concept était en train "de prendre" ?

En recherchant la fréquence relative de l'utilisation des mots clés dans google (par un service Google Trends) on s'aperçoit qu'il existe des fluctuations. Halloween suscitait le plus d'intérêt en 2006,  depuis 2011 une remontée légère semble s'observer. Ceci dit d'un point de vue commercial, disons que des accroissements de pouvoirs d'achats pourrait stimuler fortement l’intérêt pour Halloween. Pour l'instant ce n'est pas le cas.

A quoi peut-on s'attendre cette année ?

Une année normale, équivalente à l'année dernière. Sans doute en hausse. Ce à quoi on n'a plus besoin de s'attendre est l'apparition d'un nouveau personnage dans le zoo imaginaire d'Halloween : après les zombies, les sorcières, les vampires, les clowns maléfiques ont fait leur entrée !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
quesako
- 29/10/2014 - 15:42
Une fête sympathique torpillée par le clergé catholique
Au début des années 2000 ça devenait sympathique, bien sûr commercial (pas autant que Noël ! ) mais ça permettait aux enfants de s'amuser, de se déguiser. Et il y a eu les "bonnes âmes" : le clergé catho qui nous faisait le coup du paganisme tels les pharisiens brandissant leurs franges en allant se mettre au 1er rang, suivi par les bien-pensants toujours prompts à fustiger la globalisation (dite mondialisation) et la main mise des US sur "la Culture" (dire la culture française étant un pléonasme !)
cloette
- 29/10/2014 - 09:59
fête de supermachés
Elle est plutôt vulgaire, manque de classe !