En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Reuters
© Reuters
Vous prendrez bien un vaccin ?

Plutôt que de se faire peur sur Ebola, les Français feraient mieux de se préoccuper de la mise à jour de leurs vaccinations

Publié le 10 octobre 2014
Alors que le virus Ebola est source d'inquiétude, voire de panique, d'autres maladies moins exotiques courent pourtant toujours. La négligence des patients sur leurs vaccinations, voire un rejet de la médecine moderne en seraient les raisons. A vos carnets de santé.
François Bricaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bricaire est un médecin. Il est chef du service Maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris. Il est professeur à l'Université Paris VI-Pierre et Marie Curie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le virus Ebola est source d'inquiétude, voire de panique, d'autres maladies moins exotiques courent pourtant toujours. La négligence des patients sur leurs vaccinations, voire un rejet de la médecine moderne en seraient les raisons. A vos carnets de santé.

Atlantico : Première contamination sur le sol européen, une suspicion dans une école de Boulogne, le virus Ebola fait parler de lui sur le continent européen. Parallèlement, le baromètre de santé de l’Inpes de 2010 révèle que près d'un Français sur 5 estimait ne pas être à jour sur ses vaccins. Comment expliquer ce paradoxe? 

François Bricaire : En l'occurence, on peut remarquer que les gens aiment beaucoup avoir peur, et les maladies infectieuses sont un très bon élément anxiogène. Mais la peur ne traduit pas systématiquement l'envie de se protéger.

C'est difficile de répondre pour les français en particulier, mais des études ont été menées dans plusieurs pays sur les profils de vaccination. Ils existent aujourd'hui des gens profondément opposés a la vaccination, cela ferait parti de leur principe. Selon eux, il faut mieux laisser faire la nature et obéir à ses règles sans créer artificiellement une protection contre les maladies infectieuse.

Nous sommes confrontés aux deux types de cas. Il y a des gens dont ce n'est pas la préoccupation première, c'est à dire qu'ils n'y pensent pas, et il y a une petite catégorie de citoyens virulents, qui luttent activement contre la vaccination. Leurs campagnes anti-vaccins sont particulièrement agressive, voire parfois même mensongère.

 

D'autre sont simplement réticentes, car elles doutent de l'efficacité des vaccins. Le travail en tant que praticien est alors d'informer et de rassurer. Il y a donc sur cette frange de la population un potentiel d'action, nous pouvons tenter de leur donner des explications, et par là de les convaincre de la nécessité de la vaccination.

Dans quelle mesure s'agit-il d'une bombe de santé publique ? Se trouve-t-elle sous-estimée ?

Effectivement. On tente de lutter par des vaccinations contre problèmes de santé sérieux avec pour objectif d'améliorer des situations et d'éviter des problèmes grave et donc de coûter potentiellement moins cher. Même si la vaccination a un coût, le calcul bénéfice risque est nettement à l'avantage de la vaccination.

On constate notamment des maladies anciennes qui reviennent. Nous en avons eu la preuve avec la diphtérie ou encore la coqueluche. La corrélation a été clairement démontrée.

La psychose peut elle inciter nos concitoyens à avoir recours à la vaccination?

La peur dirigée contre un agent infectieux fait souvent réclamer un vaccin. Une fois qu'il y a le vaccin, il y a souvent des réserves à l'encontre de ce vaccin. Par exemple lors de la pandémie de grippe, le vaccin a connu un fort engouement. Mais le jour où il est arrivé sur le marché, il a suscité des méfiances à la fois sur sa qualité et son efficacité. Comme la grippe est une maladie qui n'est pas toujours grave, ce-dernier a été délaissé.

Des solutions émergent, comme le carnet de santé électronique (1 français sur 2 estime avoir égaré son carnet bleu) ou des campagnes de vaccinations massives à l'école primaire pour les plus jeunes notamment. L'information est-elle selon vous un bon levier pour inciter la population à se vacciner ?

En effet ces mesures incitatives sont de très bonnes choses. Cela répond a la nécessité de former et d'informer. Et la puissance amenée par les technologies informatiques est vraiment un atout. Ce carnet de santé électronique est une façon très positive d'encourager à la vaccination et de surveiller les rappels. Mais il ne faut pas pour autant négliger l'information délivrée aux prescripteurs, les médecins, afin qu'ils accompagnent leurs patients, et leurs donnent confiance en ces traitements.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MB21
- 09/10/2014 - 15:19
TRES BEAU TITRE
qui ravirait plus d'un médecin de santé publique.
il faut effectivement informer tout le monde sur les enjeux de la vaccination comme moyen efficace de prévention d'infections graves mais dans le cadre de la balance bénéfice-risque il faut aussi savoir qu'il existe un fond d'indemnisation des accidents vaccinatoires.
L'erreur qui est couramment commise est de confondre ce qui est bon à l'échelon individuel et collectif or les vaccinations de la petite enfance sont nécessaire.
Bien entendu cela ne dispense pas d'élever le niveau de sécurité des vaccins.