En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

06.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

07.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 10 min 48 sec
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 2 heures 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 6 heures 26 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 6 heures 58 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 8 heures 54 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 11 heures 10 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 11 heures 41 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 12 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 1 heure 2 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 6 heures 11 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 6 heures 40 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 7 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 9 heures 59 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 12 heures 8 min
© Pixabay
Photo d'illustation // Un tombeau égyptien ; les réformes allemandes ont fini par se transformer en tombeau de la croissance européenne.
© Pixabay
Photo d'illustation // Un tombeau égyptien ; les réformes allemandes ont fini par se transformer en tombeau de la croissance européenne.
Effet boomerang

Comment les (bonnes) réformes allemandes ont fini par se transformer en tombeau de la croissance européenne (y compris germanique)

Publié le 03 octobre 2014
Régulièrement prise comme l'exemple à suivre, l'Allemagne semble bénéficier du succès de ses réformes de compétitivité du début des années 2000. Mais derrière les chiffres d'une balance commerciale excédentaire se cache une chute brutale des salaires et des investissements. Une stratégie qui a profondément déstabilisé la zone euro.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Régulièrement prise comme l'exemple à suivre, l'Allemagne semble bénéficier du succès de ses réformes de compétitivité du début des années 2000. Mais derrière les chiffres d'une balance commerciale excédentaire se cache une chute brutale des salaires et des investissements. Une stratégie qui a profondément déstabilisé la zone euro.

Le mythe du miracle économique allemand a la vie dure. Afin de se faire une idée précise de ce qui a pu se produire au cours des 15 dernières années au sein de la plus grande économie européenne, il suffit de décomposer les chiffres de la comptabilité nationale (L’ensemble des chiffres présentés ici proviennent de l’Institut officiel des statistiques allemandes, Destatis et de l’institut DIW).

Nous sommes en l’an 2000. L’Allemagne va mal, le poids des salaires dans les revenus est trop important et les marges des entreprises sont faibles. Le gouvernement, les entreprises et les syndicats s’accordent alors sur la nécessité de réduire la progression des salaires. Et cette tactique va produire des résultats inespérés. A partir de l’année 2000, les salaires ne progressent plus :

Salaires nominaux Allemagne. En milliards d’euros (et tendance précédente en noir).

Grâce à cet effort consenti par les salariés allemands, les profits des entreprises vont reprendre des couleurs. Si les salaires progressent en tout de 2.38% sur la période comprise entre 2000 et 2005, de leur côté, les profits vont augmenter de 34%. Par un jeu de vases communiquants du PIB, les revenus des uns vont devenir les revenus des autres.

Jusqu’ici tout va bien. Les marges sont à nouveau dans le bon tempo, même chose pour les revenus salariés. Cependant, le coût social est très lourd. En 2005, 4.5 millions d’actifs allemands sont au chômage. Afin de montrer à la population que les efforts ont été payants, le gouvernement allemand va alors montrer fièrement un autre chiffre, l’évolution de la balance commerciale du pays. En effet, au cours de ces années, le surplus de compte courant allemand passe de 0% de PIB à 7% en 2007.

Et voilà, tout le monde est content. Pourtant, un léger point de détail semble échapper à la population. Comment la stagnation des revenus salariés et la hausse des profits des entreprises ont-t-elles pu provoquer une telle "réussite" commerciale allemande ? Il suffit de plonger dans le détail de la comptabilité nationale pour le comprendre.

En effet, si le PIB correspond à la somme de la consommation, des dépenses publiques, de l’investissement et de la balance commerciale, il est tout à fait logique de considérer qu’une balance commerciale élevée permet de faire progresser la croissance. En fait non. Car la composante "Investissement" présente une petite subtilité dans son détail : l’investissement est la somme de l’épargne publique et privée à laquelle est ajoutée l’épargne étrangère investie dans le pays. C’est-à-dire le montant inverse de la balance commerciale. Au final, ce que la balance commerciale ajoute au PIB d’un pays est retranché dans la colonne investissement. Ce qui se vérifie totalement dans les chiffres de la comptabilité nationale :

Reste à comprendre la logique en revenant un peu en arrière. Comme cela a été évoqué plus haut, les entreprises allemandes ont bénéficié d’une forte hausse de leurs profits. Il s’agit de déterminer ce qui en a été fait. Si ces profits avaient été réinvestis dans l’économie allemande, cela aurait induit la nécessité d’importer un peu plus, des machines coréennes, des robots japonais etc. Mais surtout si ces profits avaient été réinvestis au sein de l’économie allemande, les pays étrangers auraient été privés de financement. Et c’est l’inverse qui s’est passé. L’intégralité des nouveaux profits faits par les entreprises allemandes ont été réinvestis à l’étranger, ce qui a permis de financer les exportations allemandes vers d’autres pays, et de limiter les importations en Allemagne. En clair, les profits réalisés ont financé des investissements à l’étranger et des emplois à l’étranger, pas en Allemagne. Si ces profits avaient été réinvestis en Allemagne, la balance commerciale aurait été identique à celle qu’elle était en l’an 2000 : 0%. S’il arrive régulièrement que l’on applaudisse la bouche ouverte et la larme à l’œil une balance commerciale largement positive, il serait peut être utile de comprendre ce que cela veut dire : une baisse proportionnelle des investissements sur le territoire. Et cela n’est qu’une identité comptable.

Les réformes allemandes ne sont pas en cause. Elles ont permis ce qui était nécessaire ; le rétablissement des marges des entreprises. A partir de là, ces dernières avaient ainsi une nouvelle opportunité d’investir. Le problème est ailleurs : les entreprises n’ont jamais réinvesti ces profits dans l’économie allemande, ce qui aurait permis de forts gains de productivité, et des hausses de revenus pour les salariés allemands. Eux qui avaient contribué aux efforts. Ils n’en ont jamais vu la couleur.

Et c’est le dernier point à signaler. En 2010, un nouvel acronyme naissait : les PIGS (Portugal, Irlande, Grèce et Espagne). Ces Etats étaient alors traités d’irresponsables en raison de leurs déficits de compte courants : 10% de PIB pour l’Espagne, 10% de PIB pour le Portugal, 3.5% pour l’Irlande, et 15% pour la Grèce. En se finançant grâce à des fonds étrangers, ces Etats connaissaient une "trop" forte croissance… trop d’investissements. Totalement irresponsable ? Le problème est que pour ces 4 pays, le total des déficits de compte courant correspond à 165 milliards d’euros pour l’année 2007. C’est-à-dire le montant exact que l’Allemagne investissait hors de son pays lors de cette année. Il n’est pas certain que les salariés allemands se soient doutés de ce que deviendraient leurs efforts.

Pour quel résultat ? Depuis 1992, les salariés allemands n’ont pas vu leurs salaires progresser au même rythme que la productivité. Même si l’on tient compte de la baisse du nombre d’heures travaillées (de 10%), ce qui est principalement la conséquence du développement des emplois à temps partiel, la réalité est que le salaire horaire allemand a progressé bien moins rapidement que la productivité horaire. Une différence de 15%.

 

De son côté, le taux de pauvreté (à 60% du salaire médian) du pays n’a cessé de progresser (selon le Think tank DIW) :

Taux de pauvreté à 60% du salaire médian. Allemagne. Source DIW.

Et ce malgré le fait que l’Allemagne est actuellement en situation de plein emploi. Car 20% de la population active travaille avec un salaire inférieur à celui du smic Français. 7.5 millions de mini jobs sont actuellement occupés, pour un salaire 450 euros par mois. Pour 2.7 millions d’entre eux, il s’agit d’un deuxième emploi.  Une situation qui explique la curieuse corrélation allemande, entre baisse du taux de chômage et hausse de la pauvreté, depuis la mise en place des fameuses lois Hartz IV.

Reste à déterminer si le modèle allemand doit véritablement être un modèle pour l’ensemble de la zone euro.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

 

Et n'oubliez pas : le A-book de Nicolas Goetzmann, Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, est désormais disponible à la vente sur Atlantico éditions :

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/10/2014 - 12:46
Comptablement, ces mini-jobs payés la moitié d'un
salaire correspondent à des allocations-chômage, non? Donc, ces mini-j'observe, qui sont la hantise de nos syndicats néo-marxistes, ne font qu'une seule différence avec les pays sudistes: le travail! Et la productivité inhérente à ce travail créé de la rechasse et de l'émulation, contrairement à notre chômage socialiste, qui ne crée que du désespoir et de l'abandon de richesse par les cotisations de ceux qui travaillent encore. Ce modèle-là est, à l'évidence,totalement préférable à notre société post-marxiste!
Benvoyons
- 03/10/2014 - 10:19
Idée fixe:
" Idée qui s'impose avec persistance, au point de parasiter les contenus de la pensée du sujet et de capter son attention.

Elle peut prendre part à l'élaboration psychique d'un deuil, d'un psychotraumatisme, d'un échec, ainsi qu'à une activité créatrice, un projet ou une relation amoureuse.
Au sens proprement pathologique, contrairement aux obsessions idéatives, l'idée fixe ne s'accompagne pas de critique, ni de lutte anxieuse (egosyntonie). On la rencontre dans le monoidéisme triste du mélancolique, l'idée fixe postonirique (amorce possible, après l'expérience onirique, d'un délire chronique, notamment chez les alcooliques) et dans certains engagements passionnels." "Psychologie.com"=======
"Un inconscient traumatisé par la réussite de l'Allemagne engendrant une compulsion de répétition accréditant le mal absolut "