En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 3 heures 28 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 5 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 6 heures 53 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 7 heures 22 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 9 heures 21 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 12 heures 20 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 3 heures 16 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 3 heures 55 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 6 heures 29 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 7 heures 11 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 7 heures 41 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 10 heures 29 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 11 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 12 heures 45 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 13 heures 32 sec
© Reuters
Le nombre de cas d'Ebola peut être multiplié par trois – soit 20 000 contaminations – d'ici novembre.
© Reuters
Le nombre de cas d'Ebola peut être multiplié par trois – soit 20 000 contaminations – d'ici novembre.
Inexorable

Ebola, l’emballement : comment chaque semaine passée sans maîtriser l’épidémie nous rapproche d’une catastrophe monumentale

Publié le 26 septembre 2014
Selon l'Organisation mondiale pour la santé (OMS), il existe un risque sérieux que le nombre de cas d'Ebola soit multiplié par trois – soit 20 000 contaminations – d'ici novembre. Un scénario qui serait une catastrophe pour des pays déjà durement touchés.
François Bricaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bricaire est un médecin. Il est chef du service Maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris. Il est professeur à l'Université Paris VI-Pierre et Marie Curie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'Organisation mondiale pour la santé (OMS), il existe un risque sérieux que le nombre de cas d'Ebola soit multiplié par trois – soit 20 000 contaminations – d'ici novembre. Un scénario qui serait une catastrophe pour des pays déjà durement touchés.

Atlantico : Selon les projections de l'OMS, le nombre de cas d'Ebola pourrait tripler d'ici la fin de l'année, passant à 20 000 contaminations. Pourquoi rien ne semble pour l'instant enrayer le virus ?

François Bricaire : Il risque d'y avoir une forte augmentation du phénomène épidémique car malgré les quelques mesures qui sont prises, le contrôle n'est pas suffisant dans les pays concernés, ce qui entraîne nécessairement une augmentation du nombre de cas. Depuis le début du mois de septembre, on assiste même à une hausse exponentielle du nombre de personnes malades. Si on arrivait à mettre en place des mesures soutenues et efficace, on pourrait pourtant casser la spirale de l'épidémie. Mais les questions d'organisation ne sont pas simples dans les pays concernés. Est-ce que ce qui a été décidé par les Américains va améliorer les choses ?  En tous les cas, dans le cadre de la collaboration entre la France et la Guinée, un renforcement de la détection et de la prise en charge se développent avec pour objectif de stopper la transmission du virus. Mais les attitudes ancestrales de la population gênent énormément les choses, et l'information délivrée ne suffit pas à convaincre les gens de ne pas s'occuper des cadavres, ou du moins pas de la manière dont ils le font.

L'OMS indique en outre que le taux de mortalité est plus proche des 70% que des 50% annoncés. La zone africaine concernée doit-elle s'attendre à une catastrophe sanitaire ? Quels nouveaux enjeux vont apparaître si on monte à 20 000 contaminations ?

A partir du moment où il y a un nombre plus élevé de cas, il est évident que le risque de transmission ne fait qu'augmenter. On risque surtout de voir une expansion géographique de la maladie – et donc des risques de contamination – via des déplacements de malades d'un pays à un autre, les populations de cette région du monde étant très mobiles. C'est ainsi qu'on a vu des cas apparaître au Nigéria ou au Sénégal. Dans les hypothèses les plus catastrophistes, la zone touchée par le virus va s'agrandir. Elle est surtout limitée pour l'instant à trois pays – le Sierra Leone, le Libéria et la Guinée – mais des personnes malades pourraient gagner la Côte d'Ivoire ou le Mali. Le cas d'humanitaires se contaminant sur place et revenant ensuite en France existe aussi mais il est cependant, lui, très limité.

Le Nigéria, mieux équipé (et moins touché à la base), a annoncé n'avoir plus de cas d'Ebola sur son territoire, tandis que les autres pays (Sierra Leone, Liberia, Guinée) n'arrive pas à freiner le virus, et à inciter les gens à ne plus avoir de comportements à risques. Comment inverser la tendance dans ces trois Etats ?

Les structures de santé son mal organisées, on a donc du mal à repérer les personnes contaminées, et à les surveiller. Il y a aussi une mauvaise acceptation par les populations des mesures de sécurité à adopter. Il faut éviter certains contacts entre individus ou avec des sujets décédés. Or, on voit parfois des mouvements hostiles contre ceux qui s'occupent de gérer l'épidémie : des structures de santé en zone forestière en Guinée se sont fait attaquer, des véhicules de la Croix-Rouge guinéenne ont été caillasses… Ce virus est même considéré par certains comme venant des pays occidentaux. Et comme les centres d'accueil prennent en charge des malades dont les familles constatent qu'un sur deux finit par mourir, il y a un vrai mécontentement.    

Seule l'aide des locaux – qui expliqueront à leurs homologues les enjeux et l'importance du phénomène – pourra modifier certaines habitudes. Ce ne sera qu'ainsi que l'on pourra pousser certaines populations à prendre les mesures d'hygiène adéquates.

Outre le drame sanitaire, ces pays sont durement touchés par les conséquences économiques et sociales du virus. Si la situation empire, quels autres problèmes ces pays vont-ils devoir traverser ? Quel peut-être l'impact d'une épidémie de cette ampleur dans cette région du monde ?

Il y a d'ores et déjà des conséquences graves… Quand le nombre de cas s'élève, il y a une crainte d'aller dans une ville où des personnes infectées sont soignées, ou vivent. Il y a surtout des conséquences en termes de santé : actuellement, à Conakry, des personnes n'osent pas aller à l'hôpital pour ne pas fréquenter des malades d'Ebola, et meurent donc d'autres maladies, comme le paludisme, faute d'aller se faire soigner. Côté économique, certains aliments voient leurs prix augmenter, l'activité économique se réduit car les étrangers ne veulent pas venir faire des affaires dans le pays. On voit d'ailleurs que les compagnies aériennes renoncent de plus en plus à atterrir dans les capitales des pays concernés, ce qui est une catastrophe absolue pour ces derniers. Il y a par exemple pour la Guinée une importance capitale à ce que son vol Paris-Conakry soit maintenu, d'autant que le risque pour le personnel navigant est extrêmement faible. Tous ces problèmes existent déjà : ils ne feront que prendre de plus en plus d'ampleur avec la hausse du nombre de contamination.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires