En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 7 heures 31 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 8 heures 15 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 10 heures 43 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 11 heures 27 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 13 heures 34 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 13 heures 57 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 14 heures 32 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 14 heures 50 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 7 heures 56 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 9 heures 25 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 10 heures 58 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 11 heures 55 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 14 heures 3 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 14 heures 24 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 14 heures 42 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 14 heures 54 min
© Reuters
Le Dalaï Lama est de moins en moins invité par les chefs d'Etat.
© Reuters
Le Dalaï Lama est de moins en moins invité par les chefs d'Etat.
Pas très zen

Le Dalaï-lama de moins en moins grata chez les chefs d’Etat : un thermomètre de la montée en puissance de la Chine (et des limites du personnage ?)

Publié le 18 septembre 2014
Au début des années 2000, le Dalaï Lama était régulièrement invité par les chefs d'Etat du monde entier. Aujourd'hui, plus du tout. Et pour cause, la Chine devient un tel monstre économique qu'il n'est pas bon de se froisser avec elle.
Loïc Tassé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïc Tassé est chargé de cours au département de Science politique de l’Université de Montréal, spécialiste des questions chinoises.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au début des années 2000, le Dalaï Lama était régulièrement invité par les chefs d'Etat du monde entier. Aujourd'hui, plus du tout. Et pour cause, la Chine devient un tel monstre économique qu'il n'est pas bon de se froisser avec elle.

Atlantico : Depuis les années 2000, le Dalaï Lama est de moins en moins invité par les chefs d'Etat du monde entier. Ainsi il n'a été invité qu'une fois en 2014 contre onze fois en 2001. Pourquoi le Dalaï Lama n'est-il plus invité nulle part ?

Loïc Tassé : Si le Dalaï Lama est désormais persona non grata parmi les chefs politiques, c’est qu'aucun gouvernement ne veut risquer de perdre ses relations commerciales et politiques avec la Chine. Le Tibet, avec ses 6 millions d'habitants, en comptant large, ne fait pas le poids face à une Chine de presque 1,4 milliards de personnes.

D'autre part, le Tibet est en train de subir une colonisation intérieure. Alors qu'auparavant très peu de Chinois Han s'installaient et demeuraient au Tibet, parce qu'il était trop difficile d'y gagner sa vie, aussi bien comme agriculteur que dans les villes, la situation a complètement changé avec l'arrivée du train et l'ouverture de plusieurs aéroports. Le secteur touristique s'est beaucoup développé, et avec lui, toute sorte de commerces liés au tourisme. Or, ce sont des Chinois Hans qui sont pour la plupart propriétaires de ces commerces. Les villes tibétaines comme Lhassa sont maintenant majoritairement peuplées de Chinois Hans. Avec comme résultat que la proportion de population tibétaine au Tibet diminue sans cesse.

Ce sont les Chinois Hans qui contrôlent la vaste majorité des commerces parce que ce sont eux qui détiennent les réseaux de contacts avec le reste de la Chine et parce que les Tibétains parlent mal mandarin. Ajoutons que la population tibétaine est disséminée à travers diverses vallées, ce qui rend plus difficile sa scolarisation.

Quels sont les pays qui l'évitent ? Quelles peuvent être les conséquences économiques pour ceux qui feraient fi des exigences chinoises ?

Les pays totalitaires ou très autoritaires comme la Corée du Nord, l'Arabie Saoudite ou la Birmanie évite totalement d’inviter le chef spirituel tibétain. La plupart des pays latino-américains et africains également. Je pense notamment à l’Afrique du Sud qui a refusé d’accorder un visa au Dalaï Lama par trois fois en cinq ans.

Les pays qui persistent à inviter le Dalaï-lama et qui sont économiquement faibles peuvent s'attendre à recevoir moins d'investissements de la part de la Chine. Pour les autres pays, le gouvernement chinois ne va pas vraiment au-delà de gesticulations diplomatique et d'un ralentissement de diverses négociations qui sont en cours avec les pays concernés.

Concernant le Tibet, qu'est-ce que la non-invitation du Dalaï Lama signifie pour ce pays ? A quel avenir peut-on s'attendre ?

À moins d'événements très inattendus, le Tibet est destiné à recevoir le même destin que la Manchourie, la Mongolie intérieure ou le Xinjiang, c'est-à-dire que le Tibet deviendra une province de Chine comme les autres et ce, d'ici quelques décennies. La culture tibétaine survivra un certain temps, ne serait-ce que parce qu'elle plaît aux touristes, mais elle est menacée de folklorisation à plus long terme.

Le Dalaï-lama est une figure publique aimée et reconnue mondialement, qu'on soit ou non d'accord avec ses positions politiques et religieuses. Il a été un excellent ambassadeur du gouvernement tibétain en exil. Il peut toujours facilement attirer l'attention mondiale des médias. Être moins invité est un problème mineur pour le gouvernement en exil. Le vrai problème sera de lui trouver un remplaçant. Le Dalaï Lama souhaite que ce remplaçant soit un élu. Mais là-dessus, il semble y avoir beaucoup de dissidence parmi les leaders tibétains.

Somme toute, à moins d'événements extraordinaires, la proportion de Tibétains vivants au Tibet va continuer à décroître et le gouvernement tibétain en exil va perdre sa figure de proue lorsque le Dalaï-lama décédera.

Le Dalaï Lama a par ailleurs récemment déclaré qu'il serait le dernier Dalaï Lama. Qu'est-ce que cela signifie ?

A la mort du Dalaï-lama, c'est le Panchen-lama qui prend la relève. C'est aussi lui qui désigne la réincarnation du Dalaï Lama. Or, le Panchen-lama actuel a été éduqué par les autorités de Pékin. Il est donc très pro-chinois. Il est difficilement évitable que le prochain Dalaï-lama soit aussi pro-chinois. C'est la raison pour laquelle le Dalaï-lama a évoqué la possibilité de ne pas se réincarner. C'est la raison pour laquelle le gouvernement chinois a déclaré qu'il ne pouvait pas décider de cela – un comble de la part de dirigeants politiques officiellement athées !

Quoi qu’il en soit, le Dalaï-lama est âgé. Et on peut s’attendre après sa mort à un combat politique pour qu’un jeune enfant soit reconnu comme sa réincarnation. Étant donné le faible niveau de scolarité de la population tibétaine et étant donné la croyance bien enracinée en la réincarnation, il serait surprenant que le Panchen-lama, avec l'aide du gouvernement chinois, ne parvienne pas à faire reconnaître un nouveau Dalaï-lama, qui bien-entendu sera à leur solde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
yeneralobregone
- 18/09/2014 - 11:39
alors qu'elles étaient majoritairement maoiste jusque
dans les années 70, les " élites " occidentales ont largement pris fait et causes pour la cause tibétaine depuis 30 ans, comme elle semble désespèrement tenir aujourd'hui pour un islam qu'elles rèvent tolérant . quelques sympathie que l'on peut avoir pour ce peuple des montagnes, il faut admettre que la société tibétaine que la chine a récupérer au début des années 50, est un système moyenageux et que le peuple tibétain dans sa grande majorité sera au final gagnant par une forte élévation de son niveau de vie.... la chine, comme la russie et probablement les USA, est une nation tellement vaste et peuplée, qu'on ne peut pas la faire capituler, mais la domination du tibet et du xing jiang lui donne encore beaucoup plus de profondeur stratégique. bientot première économie de la planète, elle n'est pas prête de lâcher le morceau...
yeneralobregone
- 18/09/2014 - 11:30
un successeur pour le dalai-lama ?
peut-etre serge lama ? ...
assougoudrel
- 18/09/2014 - 09:33
On ferait mieux d'accueillir un
chef religieux qui prèche l'amour et le compassion, que d'autres qui acceptent la haine comme on voit chez nous en ce moment. Quand au chinois, il préfère mille fois quelqu'un qui leur dit "je suis chez moi et je reçois qui je veux", qu'un autre qui, pour vendre du matériel, s'écrase comme une merde molle devant eux. C'est dans sa nature et il le méprise intérieurement. C'est le cas de Sarkozy et hollande. Merckel fait ce qu'elle veut et elle vend aux chinois beaucoup plus que les autres. Comme quoi...