En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 28 min 20 sec
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 1 heure 7 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 1 heure 32 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 5 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 2 heures 31 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 2 heures 47 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 3 heures 34 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 2 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 21 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 53 min 47 sec
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 1 heure 8 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 2 heures 16 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 2 heures 36 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 4 heures 20 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 20 heures 27 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 21 heures 36 min
© Reuters
Les tracasseries administratives asphyxient les chefs d'entreprise.
© Reuters
Les tracasseries administratives asphyxient les chefs d'entreprise.
Risque rien, droit à tout

Évaluation des risques en entreprise : énième exemple de tracasserie administrative asphyxiante

Publié le 15 septembre 2014
L'accumulation de petites contraintes est pire qu'une grosse contrainte ! Petits ruisseaux font les grandes rivières, et là elles débordent... Petit exemple de tracasserie administrative inutile et qui culpabilise, entraîne à la négligence, transforme en coupable des chefs d'entreprises non-coupables etc. Jugez un peu.
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Janin Audas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Janin Audas est expert-comptable, commissaire aux comptes, vice-président d’ETHIC, et président de la Compagnie des Experts indépendants en clôture amiable d’entreprise (CEICA).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'accumulation de petites contraintes est pire qu'une grosse contrainte ! Petits ruisseaux font les grandes rivières, et là elles débordent... Petit exemple de tracasserie administrative inutile et qui culpabilise, entraîne à la négligence, transforme en coupable des chefs d'entreprises non-coupables etc. Jugez un peu.

"Tout employeur a l’obligation d’évaluer les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs et de transcrire les résultats de cette évaluation dans un document unique".
 
Soit, au moment où l'on s'interroge sur la pénibilité, on peut considérer que c'est un premier pas ; mais le problème, c'est que cette obligation est valable quelle que soit la taille de l’entreprise et son activité (articles L. 4121-3 et R.4121-1 du code du travail). En l'occurrence pour une assistante, une vendeuse, l'hôtesse d'accueil etc. emplois qui, a priori, n'encourent aucun autre danger que ceux de la vie ordinaire.
 
Cependant, cette obligation d’établir ce "document unique d’évaluation des risques" n’est absolument pas subordonnée à l’existence d’un risque particulier pour l’entreprise. La cerise sur le gâteau est que les salariés sont fondés à demander une indemnisation au titre du "non-respect" de cette obligation par l’employeur. Rien à dire : nul n'est censé ignorer le code du travail, la loi, les règlements, les décrets, les accords conventionnels et autres obligations légales... Voilà donc la perspective d'une "prime" pour tout employé qui a du mal à payer ses impôts, car la majorité des PME qui n'ont jamais imaginé le risque spécifique que couraient leurs employés occupant un emploi sans risque, peuvent certainement être pris en défaut !
Même en cas d’absence de risques, l’employeur risque donc une amende, plus une indemnité à verser à tous les salariés présentant une réclamation !
 
Cette réaction n'est pas le fait d’un esprit chagrin, puisqu’une affaire a été jugée le 8 juillet dernier en ce sens par la chambre sociale de la Cour de Cassation.
 
Dans cette affaire, la Cour de Cassation a cassé la décision de la Cour d’Appel qui avait considéré qu’en l’absence de risque identifié par l’employeur, les salariés ne pouvaient prétendre à des dommages et intérêts du seul fait que le "document unique sur le résultat de l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs" n’avait pas été tenu par l’employeur. Dans les faits, il est indiqué que certains salariés ont pu être exposés ponctuellement (à des substances dangereuses) à l’occasion des travaux réalisés sur les débris de la toiture tombés au sol lors de la tempête de janvier 2009. A noter que ce grief était accessoire à des griefs plus importants, et notamment des licenciements économiques à la suite de la fermeture d’un site.  Le montant des indemnités à verser aux salariés, devra être fixé par la nouvelle Cour d’Appel qui aura à statuer sur ce litige.

Il convient de retenir de cette affaire que tous les petits griefs dont les salariés ont pu s’accommoder pendant plusieurs années peuvent ressortir à l’occasion d’un litige, individuel ou collectif, et que le non-respect des très (et trop) nombreuses obligations faites aux employeurs peut se retourner contre eux en cas de litige avec un salarié.

Résultat : Devant tous ces risques de mise en cause, beaucoup d’entrepreneurs préfèrent, aujourd’hui, travailler seuls, ce qui est contreproductif pour l’emploi. Le 2 octobre prochain, ils célèbreront la fête des entreprises  "J’aime ma boîte"…  mais sans salariés !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 16/09/2014 - 12:59
Stylos
Les capuchons de stylo comme objets d' études de risques des comités d' hygiène et sécurité , objets de contrôles de l' inspection du Travail , objets de grèves pour les partenaires sociaux : La France face aux défis du XXI ° Siècle .