En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 12 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 18 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 18 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 21 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 15 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 17 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 18 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 21 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 21 heures
Pays de l'or noir

Libye : non, le pétrole n'a pas été la motivation première de la France

Publié le 02 septembre 2011
Selon Libération, les rebelles libyens ont promis à la France de récupérer l'équivalent de 35% du pétrole brut de leur pays en échange de son soutien. État des lieux d'une reconstruction qui passe aussi par des intérêts commerciaux.
Patrick Haimzadeh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Haimzadeh a travaillé comme coopérant, analyste ou négociateur dans des contextes de crise, pour le compte de la France ou des Nations Unies, en Egypte, en Irak, au Yémen et au sultanat d’Oman.Il a été également membre de la Commission du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Libération, les rebelles libyens ont promis à la France de récupérer l'équivalent de 35% du pétrole brut de leur pays en échange de son soutien. État des lieux d'une reconstruction qui passe aussi par des intérêts commerciaux.

Atlantico : La reconstruction de la Libye s’est-elle jouée ce jeudi à Paris au conseil des « amis de la Libye » ?

Patrick Haimzadeh : Avant de penser à la reconstruction, il faut quand même régler le problème du retour à la sécurité. Pour le moment, le premier enjeu reste le rétablissement de la paix. Avant d’envisager le retour d’entreprises étrangères, il faut d’abord sécuriser le pays, notamment la région de Syrte où se trouvent les puits de pétrole. Il y a encore des combats et la stabilité politique est loin d’être acquise. Le pari n’est pas encore totalement gagné. En 2003, George W. Bush avait crié victoire sur le pont de son porte-avions, trois mois après éclatait la grande bataille de Falloujah et le conflit irakien tournait en guerre civile.

Il est normal que les États essayent tous de se positionner. Si la France a accueilli jeudi la conférence des « amis de la Libye », c’est bien sûr pour être les premiers à prendre date et pouvoir se positionner sur le plan économique. Il n’y a pas d’amitié sur le plan international, il y a que des intérêts.


Quels sont les enjeux importants de la reconstruction libyenne ?

Tout est à reconstruire dans le pays. L’industrie pétrolière doit être remise en état de marche, elle est arrêté depuis maintenant plus de six mois, cela va prendre du temps. Il y a ensuite les infrastructures aéroportuaires où il y a beaucoup de travail dans le domaine. Les aéroports de Tripoli et de Misrata, ont été lourdement touchés.

Le secteur de la santé va être également un grand projet pour la Libye future. Même si le système de santé libyen fonctionnait relativement bien, il ne donnait pas satisfaction à beaucoup de Libyens qui choisissaient plutôt la Tunisie ou l’Europe, pour ceux qui avaient les moyens, de se faire soigner. Le secteur du bâtiment sera bien-sûr au centre du projet de reconstruction, beaucoup de bâtiments ont été détruits, ou au moins endommagés. Il y avait un certain laisser-aller dans certaines villes de Libye, notamment en matière de construction de logement. Cela va être un gros enjeu puisque c’est aussi un des phénomènes qui a accentué le mécontentement de la population. Inévitablement, le business de la sécurité et de la défense entrera aussi dans l’équation. On peut faire confiance aux grandes entreprises internationales d’armement pour proposer leur matériel à la future armée libyenne en reconstruction.

Les nouveaux dirigeants libyens, sous la pression de l’Union européenne, devront également essayer de contrôler les flux de population venant d’Afrique subsaharienne. Mais ce n’est pas évident à mettre en place, il faudra aussi instaurer des aides au développement pour les pays du sud (Mali, Niger). Il est préférable de favoriser les développements de ces régions plutôt que de bloquer par des murs ou des systèmes militaires les malheureux qui cherchent à atteindre la Libye pour améliorer leurs conditions de vie.

 

Au-delà de l'ambition d'instaurer la démocratie en Libye, sommes-nous intervenus en Libye pour le pétrole ?

Je ne pense pas que la France soit uniquement intervenue pour le pétrole. Le pétrole, on l’avait déjà sous Kadahfi. Total était déjà très bien placé. Bien sûr le gouvernement avait cette idée-là à l’esprit, mais ce n’était pas l’enjeu principal.

Selon moi, l’enjeu principal était de faire oublier la politique catastrophique que l’on a eu à l’égard des révoltes en Tunisie et en Égypte. En Tunisie, l’affaire Alliot-Marie avait totalement brouillée le message. En Égypte, on a été guère plus audible, les Américains ont tout dirigé en sous-main. Tout cela n’était quand même pas très bon pour l’image de la France « amie des peuples ». En Libye, la fameuse visite de Bernard Henri-Lévy et son accueil à Élysée ont donné l’occasion inespérée au gouvernement français de présenter la France comme « amie des peuples » et de redorer notre position dans le monde méditerranéen et arabe.

 

Mais la reconstruction libyenne peut-elle constituer un "jackpot" pour la France ?

En France, tout le monde fait déjà « cocorico ». Certes, on est parti les premiers dans cette guerre. Le Président Sarkozy a été depuis le début le moteur de cette intervention et on peut imaginer que, si les gens qui ont été favorisés par Nicolas Sarkozy restent en place, ils soient reconnaissants envers la France.

Toutefois, l'histoire nous enseigne qu'il existe des retournements de situation. Les « affaires » vont reprendre leur droit. Malgré les contrats politiques qui peuvent être actés, la Libye ne pourra pas se passer de relations commerciales avec la Russie ou la Chine même s’ils n’ont pas participé aux opérations. D’autant plus que le CNT a déclaré qu’ils honoreraient les contrats qui ont été passés sous l’ère Kadhafi.

Un schéma capitaliste traditionnel va naturellement se remettre en place, des appels d’offre vont être lancés. Kadhafi avait brisé les règles, on peut imaginer que les futurs dirigeants libyens, qui pour beaucoup ont été formés en Amérique ou en Grande-Bretagne, laisseront plus de place à un libéralisme économique dans le futur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
revizor
- 03/09/2011 - 21:29
C'est maintenant que les difficultés commencent
Nous allons assister mainteant à un processus à l'irakienne.Les insurgés qui n'auraient jamais pu vaincre sans l'intervention décisive de l'aviation et de la marine françaises vont avoir des difficultés à contrôler le pays face à la guérilla de certaines tribus.
Il faudra donc que la France s'engage au sol.
rolly36ify
- 02/09/2011 - 23:04
"Libye: non, le pétrole n'as pas été la motivation..."
Mon oeil !!
lorrain
- 02/09/2011 - 19:36
pétrole
on est intervenu sur mandat de l' onu, si au passage, on peut vendre du matériel, faut pas s' en priver, en 91, j' étais dans le golfe, mais comme c' était un gouvernement de gauche, curieusement, personne n' a fait la remarque du pétrole kowetien à mitterrand... qu' il a été assez con pour laisser au bénéfice des seuls américains