En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Reuters
Une jeune victime du Ebola.
© Reuters
Une jeune victime du Ebola.
La faucheuse

Ebola et la psychologie collective : la peur qu’il suscite n’est pas la même en Afrique qu’en Europe

Publié le 06 août 2014
Le virus Ebola extrêmement contagieux suscite des peurs similaires à celles qu'a connues l'humanité au moment de la peste. Et ce même si en Europe les explications scientifiques ont pris le pas sur les connotations religieuses et morales.
François Lebigot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lebigot est psychiatre des armées et professeur agrégé à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce.Membre de l'association Otages du monde, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le traumatisme psychique (Fabert, 2011).
Voir la bio
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le virus Ebola extrêmement contagieux suscite des peurs similaires à celles qu'a connues l'humanité au moment de la peste. Et ce même si en Europe les explications scientifiques ont pris le pas sur les connotations religieuses et morales.

Le virus est nouveau mais la peur qu'il suscite chez nous est millénaire. Si Ebola fut identifié pour la première fois en 1976 dans l'ancien Zaïre, il renvoie l'humanité à des peurs bien plus anciennes. Les angoisses qui traversaient nos ancêtres lorsque la peste décimait l'Europe animent aujourd'hui les médecins, les habitants de l'ouest africain en proie à ce virus meurtrier, les Américains et les Européens qui craignent une propagation. 

 

>>> A lire également : Sylvie, médecin sur le front Ebola : "Pour la première fois, faire mon travail m’a brisé le cœur"

 

Pendant longtemps la peste fut associée à des connotations morales et religieuses en Europe. Aujourd'hui nous comprenons mieux le mythe des dix plaies d'Egypte comme une tribulation permettant de rationaliser et donner un semblant de logique à une pandémie. Mais la littérature ou encore le cinéma ont repris ces thèmes, leur ont insufflé tantôt un caractère romantique, tantôt un caractère dramatique. Et la culture populaire est empreinte de morbide : il fallait pouvoir représenter cette maladie qui décimait. Lui donner un visage. Mais à mesure que la science a découvert la vraie nature de la peste, son visage fut moins littéral. "En occident cette facette qui relève des croyances est en grande partie oubliée, on ne parle plus de fléau en termes bibliques", confirme François Lebigot, psychiatre spécialiste des traumatismes. Et de poursuivre : "En Afrique, la situation est différente et le virus peut encore être associé à un mauvais sort". 

La peur des Européens est suscitée par d'autres facteurs et malgré les explications de la science, son intensité n'a pas évolué. Il faut dire que la justification de la pandémie est aussi perturbante que l'explication religieuse qui était faite de la peste. "Invisibles, des insectes de la jungle pénètrent nos corps à travers tous ses orifices dans le but de nous nuire, l'explication scientifique est toute aussi horrible que les mythes religieux contés lors des épidémies de peste", nous explique Scott Bixby dans un article publié par le Daily Beast.

L'idée est d'autant plus terrifiante que ce sont les interactions sociales elles-mêmes qui seraient la cause de la propagation de nos ennemis mortels.  En somme, la nature même de l'être humain deviendrait son propre ennemi. Ne pas pouvoir serrer la main des gens, ne pas pouvoir embrasser celui que l'on aime lorsque l'on rentre chez soi le soir. La peur de quelque chose d'invisible et d'inconnu. Sa facilité de contagion. "C'est une maladie mortelle sans traitement ni protection. Il est normal que cela crée des vents de panique dans les pays touchés. Ebola est extrêmement contagieux ce qui s'ajoute encore à cette peur", explique François Lebigot. "Par ailleurs, le virus est tout nouveau, ce n'est pas comme la peste ou le choléra où la peur est transmise de génération en génération. Ce qui parle à l'inconscient des gens, c'est plus largement la question de la vie ou de la mort, " conlut ce médecin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires