En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

04.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

05.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 9 min 5 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 4 heures 31 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 5 heures 14 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 6 heures 46 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 9 heures 39 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 10 heures 59 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 11 heures 23 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 12 heures 31 sec
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 12 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 4 heures 12 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 4 heures 47 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 5 heures 43 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 7 heures 59 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 12 heures 24 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 14 heures 1 min
© REUTERS/Tommy Trenchard
L'actuelle épidémie d'Ebola est la plus meurtrière que l'on ait connu
© REUTERS/Tommy Trenchard
L'actuelle épidémie d'Ebola est la plus meurtrière que l'on ait connu
En première ligne

Sylvie, médecin sur le front Ebola : "Pour la première fois, faire mon travail m’a brisé le cœur"

Publié le 08 août 2014
L'actuelle épidémie d'Ebola est la plus meurtrière que l'on ait connu. En quelques mois, près de 730 personnes en ont été victimes. Pour les médecins, le fait d'être aussi vulnérables que leurs patients les obligent à reconsidérer la manière de prodiguer des soins, mais également à vivre tout simplement sur place.
Sylvie Jonckheere
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Jonckheere est médecin. Elle travaille actuellement avec les équipes de Médecins sans frontières pour porter assistance aux personnes infectées par le virus Ebola, et lutter contre la propagation de l'épidémie. Elle est située à Guéckédou en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'actuelle épidémie d'Ebola est la plus meurtrière que l'on ait connu. En quelques mois, près de 730 personnes en ont été victimes. Pour les médecins, le fait d'être aussi vulnérables que leurs patients les obligent à reconsidérer la manière de prodiguer des soins, mais également à vivre tout simplement sur place.

Atlantico : Docteur Jonckheere, vous êtes actuellement en Guinée avec l'équipe de Médecins sans frontières pour lutter contre l'épidémie d'Ebola qui y a fait plus de 1 200 victimes. Le virus n'a pas uniquement fait de victime parmi la population, mais également du côté des médecins. En quoi le fait de pouvoir être infecté modifie-t-il votre travail par rapport à d'autres missions humanitaires ? A quel point cela participe-t-il à une atmosphère anxiogène dans votre travail ?

Sylvie Jonckheere : Médecins sans frontière a énormément d'expérience quant à la prise en charge des patients infectés. Leurs équipes  luttent contre le virus Ebola depuis longtemps, et sans avoir aucun personnel infecté jusqu'ici. Nous avons les équipements nécessaires, mais surtout des procédures qui nous permettent de travailler au contact des malades en sécurité. Personnellement, c'est comme ça que je le vis, je me repose énormément sur l'expérience de MSF.

Malgré tout cela, il y a effectivement une part de risque imprévisible, et il demeure important d'en avoir conscience. On ne peut pas se dire que les consignes sont acquises, il faut les garder à l'esprit. Les procédures sont une chose, mais elles ne tiennent plus sans le ciment de la vigilance et la rigueur dans leur application. Et c'est ce qu'il y a de plus usant justement, c'est le moment où la vigilance devient une routine de chaque instant.

Comment le rapport médecin-patient s’en trouve-t-il modifié ?

Le fait qu'il y ait un risque alourdit bien entendu les choses. Par rapport au patient, nous ne pouvons pas nous contenter de notre présence, il faut utiliser à bon escient notre regard et notre toucher (même avec des gants). On maîtrise très bien l'environnement dans les centres de traitement, en revanche dans les villages, si l'on voit quelqu'un qui titube, il ne faut pas céder au réflexe naturel qui est de lui porter secours. Ce serait vraiment la chose à ne pas faire, et c'est contre-intuitif pour un médecin.

Il faut savoir qu'il est difficile de conserver un lien avec les patients de zones reculées si l'on porte nos combinaisons. Cela pourrait effrayer les villageois, ou, ce qui est tout aussi dommageable, diminuer la confiance qu'ils ont en nous. Quand on rend visite aux malades potentiels, on ne porte qu'une paire de bottes. On ne se vêtira de la combinaison que lorsque ce sera absolument nécessaire, comme pour transporter un malade sur un brancard par exemple, ou bien si on doit examiner un patient au plus près.

Il est important de rester en dehors de la zone limite de danger. Par exemple, nous ne sortons que par groupe pour que chacun puisse vérifier ce que les autres font, et leur rappeler les consignes si besoin. Par exemple, si j'avais un malheureux mouvement, que je m'approchais trop près d'un patient sans combinaison, mon binôme me ferait remarquer qu'il ne faut pas s'approcher d'un mètre. En anglais, on dit "we watch out for the others" (faire attention aux autres en anglais ndlr).

Dans les villages, pour ne pas rompre cette relation entre les équipes et les patients, nous prenons énormément de temps. C'est une partie qu'on pourrait qualifier de travail d'approche. Il nous arrive de prendre deux heures avant que le port de la combinaison soit envisageable pour accéder au patient.  Toujours dans cette même idée, si on décide de mettre la combinaison ou un autre type de protection, un promoteur de la santé (analyste des pratiques à risque ndlr) se chargera d'expliquer ce que l'on fait. Cela permet une certaine transparence, d'où découle une confiance et qui nous permet de prendre soin des patients.

Au-delà d'une forme de reconnaissance, êtes-vous perçue de la même manière par tous les habitants ?

Nous n'avons pas énormément de technologie quand nous nous déplaçons au fin fond de la guinée forestière. C'est vrai que nos vêtements peuvent impressionner. Mais c'est tout l'enjeu du travail de sensibilisation mené par nos équipes, ou même celles des autres organisations. Clairement, il y a eu des réactions de peur. Mais aujourd'hui, les populations sont de plus au plus au courant de notre action. Mais au-delà de ça, il y a une chose auquel rien ne pourra adoucir, c'est que notre arrivée est synonyme de mauvais augure. Quand une jeep MSF passe quelque part, les villages se disent qu'il y a un cas pas très loin et c'est stigmatisant. Ils ont tous compris que la période d'incubation était entre 2 et 21 jours, et que s'il y a un cas dans un village, tout ce village se trouve discriminé et va perdre le contact avec ceux alentours.

Comment cette vigilance se traduit-elle dans les zones urbaines où vous êtes basés avec votre équipe, éloignées à priori des foyers de contagion, mais également menacées ?

Il y a des bons et des mauvais côtés à ne pas avoir beaucoup de temps libre, mais c'est sûr que de temps en temps, on peut se promener dans les marchés et faire des achats locaux pour se changer les idées, mais de nouveau on doit maintenir une vigilance, et donc une distance avec les habitants. A chaque nouveau contact, on se posera la question de savoir si la personne a l'air malade ou pas. Personnellement, je ne me prive pas de goûter aux spécialités locales, en faisant attention à ce que la viande soit bien cuite par exemple, mais en gardant toujours à l'esprit qu'il faut rester vigilant. Même si Ebola ne pourrait se transmettre de cette manière, je préfère rester vigilante à tous les niveaux.

De quoi avez-vous besoin aujourd'hui ?

Nous avons besoin d'aide. Le moment le plus frustrant, c’est quand on comprend que l'on ne pourra pas faire notre travail comme il devrait l'être, et c'est désespérant. On voit les ravages dans les familles, et on ne voit pas de limite à cela, rien qui ne semble pouvoir freiner la contagion. Et on se sent démuni, surtout au niveau local, malgré les moyens déployés par l'association. On arrive à gérer le fait de soigner des patients dont on sait par avance que la grande majorité d'entre eux va mourir.  Par contre, voir que jour après jour l'épidémie augmente et que rien n’enraye sa progression, c'est ce qui est le plus désespérant. Constater que nous n'avons pas suffisamment de personnes pour sensibiliser, prévenir les habitants est aussi terrible que de les voir mourir.

J'ai dû faire face à quelque chose de nouveau, c'est que pour la première fois, faire mon travail correctement m'a brisé le cœur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 02/08/2014 - 15:50
Essais Cliniques
Cet article nous fait bien comprendre la problématique d'Ebola : pendant la période d'incubation, le malade n'est pas contagieux, mais dès que les symptômes commencent, il va inévitablement contaminer ses proches. Il faut alors absolument résister à la tentation de s'approcher d'un cas suspect sans avoir revêtu une combinaison protectrice. En pratique donc : mise en quarantaine de la famille et des contacts de tout cas déclaré. Le pr. Piot suggère d'accélérer les essais de vaccins et de traitements. Mais que dira-t-on si des effets secondaires inattendus apparaissent ? Les essayer en urgence en Afrique, avant d'en avoir besoin en Europe ?