En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

03.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

04.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

05.

Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde

06.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

07.

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 9 heures 7 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 11 heures 26 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 13 heures 47 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 14 heures 16 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 16 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 17 heures 18 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 17 heures 36 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 10 heures 58 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 13 heures 25 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 14 heures 5 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 14 heures 49 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 15 heures 54 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 16 heures 34 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 17 heures 3 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 18 heures 2 min
© Reuters
 Benyamin Netanyahou, Primier ministre israelien.
© Reuters
 Benyamin Netanyahou, Primier ministre israelien.
Analyse

Les étapes qui ont conduit le conflit israélo-palestinien à l’impasse politique totale

Publié le 25 juillet 2014
Il y a 64 ans, l’État d'Israël était créé suivant une résolution de l'Onu. Immédiatement après sa création et jusqu'à aujourd'hui, le pays et ses voisins ont connu le conflit. Pourtant, les occasions d'espérer une stabilisation, voire la paix se sont déjà présentées. Mais dans les années 2000, une radicalisation des belligérants, et le défaut d'interlocuteur crédible à Gaza n'ont pas favorisé la moindre négociation.
Khattar Abou Diab
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Khattar Abou Diab est consultant, auteur de rapport stratégiques et politiques pour des organismes français et européens. Il a été enseignant aux Universités de Paris III, VII et XI. Spécialiste de l’Islam et du Moyen Orient, il écrit notamment pour les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 64 ans, l’État d'Israël était créé suivant une résolution de l'Onu. Immédiatement après sa création et jusqu'à aujourd'hui, le pays et ses voisins ont connu le conflit. Pourtant, les occasions d'espérer une stabilisation, voire la paix se sont déjà présentées. Mais dans les années 2000, une radicalisation des belligérants, et le défaut d'interlocuteur crédible à Gaza n'ont pas favorisé la moindre négociation.

Atlantico : Les opérations menées actuellement par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza laissent l'impression de n'être qu'un épisode de plus dans une longue histoire d'opposition qui ne connaîtra jamais d'issue. A partir de quand la situation s'est-elle définitivement enlisée entre les deux parties ? Distingue-t-on un événement déterminant ?

Khattar Abou Diab : En mai 2007, la guerre civile au sein de la bande de Gaza, où le mouvement Hamas a battu en brèche le Fatah, a marqué un changement radical. C'est à la suite de cela que fin 2008, début 2009, les affrontements israélo-palestiniens ont commencé à la frontière de Gaza. Ce sont véritablement les dates butoirs qui permettent de comprendre les événements actuels.

Les guerres israélo-arabes de 1948, 1956, 1973, et même 1982 étaient des conflits plutôt classiques. Il y a aussi eu les affrontements avec le Hezbollah en 1993 et en 1996. Ensuite la guerre avec le Hezbollah en juillet 2006 a correspondu de peu avec la prise de Gaza par le Hamas. C'est dans cette période que la guerre asymétrique s'est imposée. Lors des guerres classiques la suprématie des Israéliens était assurée, tandis que dans les affrontements asymétriques avec le Hezbollah et le Hamas, la victoire est beaucoup plus difficilement atteignable. Dans ce type de conflit, la compassion internationale joue énormément, et accentue l'ampleur du défi pour Israël. De plus, Barack Obama ne joue pas son rôle d'allié indéfectible, à la différence de ses prédécesseurs, ce qui donne au Hamas l'impression d'avoir les mains un peu plus libres pour poursuivre le combat.

Tant que l'on se situait dans une logique de guerre  dite "classique", il existait donc encore des possibilités de conciliation ? Pourquoi n'ont-elles pas été saisies ?

En 1977, le président égyptien Anouar el-Sadate a signé un accord de paix séparé avec Israël. Il a encouragé les Palestiniens à en faire de même, mais ces derniers n'ont pas accepté. Puis en 1993 furent signés les accords d'Oslo, entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin. Trois années d'état de grâce ont suivi, et à partir de 1996 les forces radicales sont entrées en jeu et ont empêché de concrétiser ces accords. En 2005 les Israélien ont fait le calcul de se retirer de la bande de Gaza pour opérer une séparation définitive entre Gaza et la Cisjordanie, et aussi mettre à l'épreuve la crédibilité des autorités palestiniennes. Mais ce calcul s'est révélé mauvais, car la prise de pouvoir du Hamas en 2007, combinée avec le soutien massif de l'Iran, a transformé la bande de Gaza en "tête de pont" d'un conflit durci avec Israël.

Notons que la montée des radicalismes s'est faite de part et d'autre : la montée en puissance du Hamas après les accords d'Oslo, et l'assassinat par un juif israélien en 1995 du Premier ministre Rabin, fervent défenseur de la paix. C'est ainsi que la paix a été tuée dans l'œuf. Aujourd'hui le conflit menace d'embraser la Cisjordanie, Israël doit donc faire très attention. Le Hamas, en poussant des compagnies étrangères à éviter l'aéroport Ben Gourion, réussit à exister en tant que mouvement. Mais de fait, c'est sa seule motivation. La solution militaire n'étant pas certaine, il faut aller vers une solution politique. Ce qui a manqué à Israël à plusieurs reprises, c'est de ne pas permettre à l'autorité palestinienne de se renforcer en tant qu'interlocuteur valable. Il faudrait tout simplement continuer d'appliquer les accords d'Oslo.

Qu'est ce qui a fait défaut à Israël et aux défenseurs de la cause palestinienne pour éviter d'en arriver à une telle impasse ? Les grands hommes ont-ils manqué ?

Le camp palestinien a péché par ses divisions, la non-crédibilité de ses autorités, et l'absence de figure depuis la disparition de Yasser Arafat. Les accords d'Oslo ont été handicapés par beaucoup de non-dits, ce qui a compliqué la tâche de pacification : on a pensé que le provisoire pourrait devenir définitif, mais le problème de Jérusalem se pose toujours, tout comme celui des colonies, des frontières définitives et des réfugiés. Il eût été plus intelligent de penser en termes de faisabilité : les problèmes religieux, d'hommes et de territoires sont imbriqués certes, mais il est possible de parvenir à une situation de paix. Mais comment le Fatah pourrait-il dialoguer avec le Hamas, qui refuse l'existence d'Israël et reste lié à un agenda islamiste à portée internationale ? Il faut que le Hamas devienne un acteur raisonnable, et que le Fatah tranche certaines questions. Sans cela, la réunification des Palestiniens ne sera pas possible, et ceux-ci ne pourront pas procéder à une prise de décision convenable.

Côté israélien, on remarque que la gauche s'efface, et qu'il est difficile d'encourager l'opinion publique à se prononcer en faveur de la paix. Même si Netanyahou a été la victime des surenchères de personnes plus radicales que lui, comme le ministre des affaires étrangères Avigdor Lieberman, Israël devrait réfléchir sur le plan global à son avenir avec les Palestiniens. Ces derniers représentent une question de politique intérieure pour Israël : même si celle-ci gagne dans la course stratégique contre l'Iran, voire le Pakistan, et s'impose comme une superpuissance régionale, mais sans régler ses problèmes avec la Palestine, alors l'avenir restera compromis. Les dirigeants israéliens doivent donc exposer leur vision, l'expliquer. Etant en position de force, leur responsabilité est d'aider les Palestiniens à retrouver le chemin de la paix. Malgré la haine et les litiges, ces deux peuples sont condamnés à vivre ensemble.

Les Etats-Unis ont tenté à de multiples reprises d'apporter des solutions aux différents conflits israélo-palestiniens. Finalement, leur rôle a-t-il été positif, ou au contraire, n'ont-ils fait qu'envenimer la situation ?

Les Etats-Unis, au lieu de s'investir dans des projets hasardeux en Irak dont on voit le résultat aujourd'hui avec les chrétiens de Mossoul, auraient pu orienter leurs efforts dans une œuvre toute autre, en essayant de donner des garanties à Israël pour que celle-ci accepte une paix des braves avec les Palestiniens. Nous nous trouvons dans une course contre la montre dont l'enjeu est de ne pas perdre définitivement tous les partisans de la paix. D'autant plus que ce qui se passe actuellement en Irak est extrêmement dangereux : la présence des Chrétiens garantissait la pluralité et l'ouverture du pays, mais maintenant la formation d'un Orient unilatérale et obscurantiste fait craindre le pire. Face à ce danger réel, la réponse d'Israël réside dans la résolution du conflit avec les Palestiniens.

Le rôle des Etats-Unis a le plus souvent été contre-productif ; les seuls accords valables ont été passés entre Arabes et Israéliens. Un homme exceptionnel, que l'histoire reconnaîtra un jour comme tel, et qui s'appelle Anouar el-Sadate, ainsi que Yitzhak Rabin, ont tous deux payé de leur vie le pari de la paix (Anouar el-Sadate a été assassiné le 6 octobre 1981 par des membres de l'armée appartenant à l'organisation du Jihad islamique égyptien, ndlr). Les Etats-Unis avaient donné des garanties à Sadate, mais c'était surtout son initiative à lui que de trouver une issue pacifique. Et en 1993, ce sont les Norvégiens qui ont précédé les Etats-Unis dans la résolution du conflit. Lorsque la France a eu le courage de reconnaître l'OLP et de recevoir Arafat, ce n'était pas pour faire plaisir aux Palestiniens, mais pour donner aux Israéliens un interlocuteur valable. Jusqu'à maintenant les Etats-Unis ont empêché les Européens, les Russes et les autres d'être de véritables arbitres des négociations. Israël commet certainement une faute en ne s'en remettant qu'au "parrain" américain, et devrait certainement reconnaître qu'elle a des intérêts communs avec l'Europe. Car sans cette paix, les radicalismes montent et alimentent l'instabilité.

Au vu de cette incapacité historique de la Palestine et d'Israël à trouver une porte de sortie, cette situation de quasi-guerre permanente est-elle appelée à durer éternellement ? On a le sentiment que certains pays voisins pourraient progresser malgré leurs difficultés internes actuelles, mais qu'entre Israël et la Palestine, jamais rien ne changera…

Beaucoup d'arabes ont voulu jeter les juifs à la mer, et dans les années 60-70 beaucoup d'Israéliens ne voulaient même pas entendre parler de "Palestiniens".  Mais ni le projet d'une grande Israël, ni celui d'une Palestine historique ne sont viables. La guerre permanente n'est pas une possibilité. Un pari doit être fait, sur la base d'une bonne volonté. Mais sur le plan international, on ne sent pas Barack Obama très investi. Le monde ressemble à un navire sans pilote, et le Moyen-Orient n'échappe pas à cette règle. Il est de l'intérêt des Arabes de prendre leur destin en main, et de ne pas perpétuer ce cycle infernal de la violence. Il fut une époque où la vie entre juifs et musulmans se faisait d'une manière intelligente. L'exemple de l'Apartheid, ou des conflits irlandais,  permet de dire que la fatalité n'existe pas. Il est temps que ce conflit régional trouve une solution au travers d'une reprise des négociations et, pourquoi pas, d'une volonté internationale d'imposer une solution valable aux deux parties.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hugues001001
- 26/07/2014 - 05:24
Intéressant mais...2/2
Pour s'en convaincre, il n'y a qu'à voir la réaction puérile et grotesque des grandes gueules de la gauche du PS qui se sont offusquées cette semaine du pseudo soutien de Hollande à Israël, lui reprochant d'avoir péché et trahi la politique "juste" menée par Chirac sur le sujet. Quand des "responsables" politiques en arrivent à un tel délire et qu'au surplus, l'Europe, et la France en particulier, est traversée par des manifestations de soi-disant soutien "à la paix" mais qui font bien attention à ne jamais dénoncer, caricaturer, ou brocarder le Hamas - manifestation dans lesquelles s'affichent des élus et des membres de partis aux positions très douteuses sur l'antisémitisme - pour quelle raison les politiciens israéliens considéreraient-ils les Européens, donc, comme une option sérieuse et véritable ?
Hugues001001
- 26/07/2014 - 05:20
Intéressant mais...1/2
Vous dîtes, très justement, que "jusqu'à maintenant les États-Unis ont empêché les Européens, les Russes et les autres d'être de véritables arbitres des négociations. Israël commet certainement une faute en ne s'en remettant qu'au "parrain" américain, et devrait certainement reconnaître qu'elle a des intérêts communs avec l'Europe."
J'aurai juste une remarque: pourquoi croyez-vous qu'Israël ne s'en remet qu'au parrain américain ? À mon avis, une des explications tient dans l'opinion profonde que se fait une grande partie des responsables politiques européens sur le sujet: quand vous avez un nombre assez conséquent de parlementaires et de partis politiques, pour ne parler que de la France mais j'imagine que c'est assez similaire en Italie, en Russie, en Belgique et peut-être dans une moindre mesure en Allemagne, qui prennent fait et cause en dépit de toute objectivité pour un seul bord, en l'occurrence les Palestiniens, est congénitalement incapable de reconnaître le moindre tort à cette partie au conflit, et flirte parfois, sous couvert d'être "anti-politique menée par Israël", très borderline avec l'antisémitisme, pourquoi croyez-vous qu'Israël ferait confiance aux Européens ?