En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 10 heures 54 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 11 heures 38 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 14 heures 6 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 14 heures 50 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 15 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 16 heures 57 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 17 heures 20 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 17 heures 55 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 18 heures 13 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 11 heures 19 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 12 heures 49 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 14 heures 21 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 15 heures 18 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 17 heures 26 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 17 heures 47 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 18 heures 17 min
© Reuters
Des heurts ont eu lieu ce week-end à Barbès et Sarcelles
© Reuters
Des heurts ont eu lieu ce week-end à Barbès et Sarcelles
Ça dégénère !

Manifestations de Barbès et Sarcelles : quelles défaillances des pouvoirs publics ?

Publié le 21 juillet 2014
En dépit de leur interdiction, deux manifestations pro-palestiniennes ont eu lieu ce week-end. La présence des forces de l'ordre n'a cependant pas empêché des débordements, ayant engendré de nombreux dégâts matériels.
Christophe Soullez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Soullez est criminologue et dirige le département de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) à l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Il est l'auteur de "Histoires...
Voir la bio
Fabrice Robert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Robert est un haut fonctionnaire du corps préfectoral et s'exprime sous couvert d'anonymat.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dépit de leur interdiction, deux manifestations pro-palestiniennes ont eu lieu ce week-end. La présence des forces de l'ordre n'a cependant pas empêché des débordements, ayant engendré de nombreux dégâts matériels.
  • Consciente des risques de débordements, la Préfecture de Police parisienne avait interdit une manifestation pro-gaza ce week-end à Paris. 
  • Malgré l'interdiction, des rassemblements ont dégénéré samedi 19 juillet dans le quartier de Barbès et dimanche 20 juillet à Sarcelles.
  • Ces débordements ne sont pas sans précédents et rappellent les problèmes de gestion des rassemblements de supporters du paris-Saint-Germain au Trocadéro au mois de mai 2013. 
  • Sous couvert d'anonymat, des membres du corps préfoctoral remmettent en cause la gestion des événements et évoquent une mauvaise coordination avec la garde des Sceaux qui aurait pu envoyer des messages plus fermes quant aux risques de sanctions. Par ailleurs, d'aucuns se posent des questions quant aux consignes d'interpellations données aux forces de l'ordre présentes. 

 

Atlantico : Magasins et voitures brûlés, dégradation de biens publics, jets de pierre et cocktails molotov, etc. Les deux manifestations pro-palestiniennes de ce week-end, en dépit de leur interdiction, ont largement dégénéré. Pourtant, les forces de l'ordre étaient présentes sur place dans les deux cas. Comment expliquer alors que de tels évènements aient eu lieu ? Ces débordements étaient-ils inévitables ? A quel niveau de la chaîne se situe la défaillance ? 

Fabrice Robert : Lorsque l'on interdit une manifestation, faut-il encore s'en donner les moyens. D'autant plus que ce n'est pas la première fois que nous assistons à ce type de débordements. On se souvient notamment des débordements du Trocadéro au mois de mai 2013, lors des célébration du troisième titre de Chapion de France du Paris-Saint-Germain. Ou encore d'une manifestation salafiste en 2012.

Christophe Soullez : Le maintien de l’ordre n’est pas une science exacte. Lors de manifestations de voie publique de grande ampleur ou d’événements importants il y a toujours des risques de débordements. Ils sont inhérents à toute situation de ce type. Ceux-ci peuvent être le fait d’individus participant à la manifestation ou, le plus souvent, d’éléments extérieurs qui vont profiter d’un tel événement pour commettre d’autres types d’infractions.

Dans le deuxième cas nous sommes confrontés à des individus qui ne partagent en rien les motivations ou la cause des manifestants mais qui qui vont profiter de la foule, de l’anonymat qu’elle procure, des difficultés d’intervention des forces de l’ordre pour se livrer à des déprédations et à des vols dans les commerces ou visant des manifestants. La manifestation sert de donc prétexte à des délinquants traditionnels. Ils profitent d’une opportunité.

En France la plupart des manifestations de voie publique se déroulent sans heurts car, justement, de par notre histoire émaillée de très nombreuses manifestations, révoltes et émeutes, nous avons su adapter nos tactiques et stratégies. Par ailleurs la France est un des pays au monde qui connaît le plus de manifestations de ce type d’où une expérience de nos forces de maintien de l’ordre reconnue internationalement.   

Toutefois le risque zéro n’existe pas. Il serait malhonnête de faire croire à la population que l’Etat peut tout anticiper et tout gérer sans incidents. S’il appartient bien entendu aux autorités de tout mettre en œuvre pour limiter les débordements et les incidents il  a toujours une part d’incertitudes car il est impossible de connaître le niveau de mobilisation exacte (surtout, aujourd’hui, avec les capacités de mobilisation offertes par les réseaux sociaux) ou encore l’état d’esprit dans lequel vont se trouver les manifestants.

Le ministère de l'Intérieur et la préfecture de Police ont-ils sous-estimé les risques que présentait la situation ? Ces débordements ne sont-ils pas révélateurs d'un manque d'anticipation du risque des forces de l'ordre ? Comment ces débordements auraient-ils pu être anticipés au mieux ?

Fabrice Robert : On aurait pu imaginer une meilleure coordination avec le pouvoir judiciaire par exemple. La garde des Sceaux aurait pu rappeler les sanctions auxquelles s'exposaient ceux qui se rassembleraient malgré l'interdiction de la manifestation. La justice a un rôle à jouer dans la prévention qui passe par la menace de la sanction. Par ailleurs, je me demande quelles ont été les consignes transmises aux forces de l'ordre ? Car seule une quarantaine de personnes ont été interpellées. Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, s'est félicité d'avoir mieux maitriser les manifestations pro-palestiniennes qu'en 2009, mais à l'époque les manifestants étaient plus nombreux (entre 30 000 et 100 000 personnes) et 180 interpellations avaient eu lieu. 

Christophe Soullez : Je ne crois pas que le ministère de l’Intérieur ait sous-estimé les risques puisque, justement, en interdisant la manifestation parisienne, la Préfecture de Police avait bien conscience des débordements que pourraient occasionner de tels rassemblements dans un contexte international tendu. Par ailleurs les autorités avaient aussi fortement mobilisé les effectifs. Mais, là encore, il n’est pas possible de tout anticiper. Et même si vous anticipez vous ne pouvez pas empêcher préventivement des personnes de se rassembler en les interpellant de façon massive. Vous êtes donc bien obligés de gérer au mieux les individus qui se rassemblent en évitant notamment une trop forte dispersion de ceux-ci.

Mais, aujourd’hui, les forces de maintien de l’ordre sont confrontées à deux nouvelles difficultés : la rapidité des mobilisations à travers l’usage des réseaux sociaux ou des téléphones mobiles et des individus de plus en plus déterminés dans leur motivation prédatrice ou contestataire par rapport à l’autorité.

L’anticipation et l’adaptation de la réponse policière passe bien entendu par le renseignement et la capacité, pour les services de l’Etat, à mieux surveiller les réseaux sociaux, les individus/groupes à risque et les leaders susceptibles de mobiliser. Il est clair qu’au-delà du renseignement en matière de terrorisme nous devons accroitre nos moyens en matière de renseignement de proximité et de surveillance des bandes.

La réponse adoptée par les forces de l'ordre était-elle adaptée ? Peut-on encore faire confiance à nos forces de l'ordre dans leur capacité et efficacité à encadrer les débordements ?

Christophe Soullez : Les techniques de maintien de l’ordre sont adaptées à chaque situation même si les tactiques peuvent évoluer en fonction de l’événement. Elles répondent à des logiques et à des stratégies qui ont largement fait leur preuve depuis des dizaines d’année et qui fait que, malgré les milliers de manifestations que nous connaissons, il n’y a jamais de morts et quasiment pas de blessés.

Un des principes qui régit l’intervention des forces de maintien de l’ordre, et qui fait la réputation, c’est la proportionnalité. On demande aux policiers et aux gendarmes de n’avoir recours à la force que lorsque c’est vraiment nécessaire et que cet usage soit proportionné à la menace et au type de "public". C’est d’autant plus le cas lorsque les manifestations regroupent des publics très différents et notamment des personnes qui ne sont pas habituées à manifester. Cela accroît aussi les difficultés pour les forces de l’ordre car très souvent les casseurs ou les perturbateurs se cachent parmi les manifestants "normaux".

Ensuite leur objectif est de canaliser au plus près les manifestants et de faire en sorte que la manifestation suive un circuit bien défini et adapté à la gestion des foules. L’idée est aussi de les contenir dans des endroits les plus hermétiques possibles afin, progressivement, de les encercler de plus en plus près. On entre alors dans une phase, non plus de maintien de l’ordre, mais de rétablissement de l’ordre public. Depuis maintenant 2002, et alors qu’antérieurement seuls des objectifs d’ordre public prévalaient, les stratégies d'endiguement s’accompagnent également d’actions de police judiciaire. C’est ce qu’on a appelé la judiciarisation de l’ordre public. L’idée c’est de repérer les principaux fauteurs de troubles et de les interpeller afin de les déférer devant la justice.

Les consignes visent également à ce que l’action des forces de l’ordre ne les mette pas en danger. Ainsi la sécurité des fonctionnaires de police ou des militaires de la gendarmerie est aussi un paramètre qui est pris en compte lorsqu’il s’agit d’intervenir.

En matière de gestion de troubles à l’ordre public, car en l’espèce il s’agit plus de cela que de manifestations de voie publique, les autorités doivent prendre en compte de nombreux paramètres parmi lesquels la sécurité des effectifs et de la population, la détermination des protagonistes (et leur niveau de violence), leurs caractéristiques (âge), la configuration des lieux, etc. Ce sont ces différents éléments qui seront analysés pour élaborer les stratégies de riposte.

Les scènes auxquelles on a pu assister ce week-end pouvaient s'apparenter à des scènes de guérilla urbaine. Les forces de l'ordre sont-elles suffisamment préparées à ce type de configuration ? Quelles difficultés posent en particulier le cadre urbain aux forces de l'ordre ? 

Christophe Soullez : Depuis maintenant près de 30 ans, et avec l’émergence puis le développement des violences dites urbaines, les forces de maintien de l’ordre ont très largement adapté leurs tactiques au milieu urbain. Les effectifs n’interviennent plus nécessairement en unités constituées de gros bataillon mais se déploient en petites unités plus mobiles. Par ailleurs des stratégies ont également été mises en place en vue d’augmenter les capacités d’interpellation et de judiciarisation. Les tactiques ont très largement évolué et sont d’ailleurs régulièrement mises à jour au regard de l’expérience.

Mais il est vrai que la cadre urbain n’est pas le plus facile pour les forces de maintien de l’ordre : rues parfois étroites, nombreux commerces, possibilité de fuites dans de nombreuses rues ou immeubles, mobilier urbain susceptible d’être utilisé par les protagonistes, nécessité de protéger la population non partie prenante (les passants et habitants), etc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 22/07/2014 - 11:33
Sorry
inélébiles - gueule
l'enclume
- 22/07/2014 - 11:32
A bon entendeur salut
Pourquoi la police n'utilise-t-elle pas des canons à eau, 200 bars de pression, eau additionnée avec des produits indéléviles, les mecs qui prendraient ça dans la guelle, seraient reconnaissables durant des mois.
winnie
- 22/07/2014 - 08:11
entendu sur BFM à 08h00
3 manifestants en comparution immédiate : un informaticien ,un ingénieur un cadre tous bien blancs et la peine est de ? ...... 3mois de prison avec sursis .
Je n'ai pas vu beaucoup de gaulois qui cassaient les voitures de police (qui ne répliquaient pas ) ou les poubelles et autre mobilier urbain.
On voit bien là le degré de désinformation de la presse complice de ce gouvernement de traitres