En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 11 min 39 sec
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 1 heure 35 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 2 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 7 heures 47 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 7 heures 47 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 7 heures 50 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 23 min 25 sec
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 1 heure 49 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 4 heures 5 sec
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 7 heures 47 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Santé
Stratégie contre le virus

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

il y a 7 heures 51 min
© Reuters
La consommation mondiale de charbon atteint des records.
© Reuters
La consommation mondiale de charbon atteint des records.
Dérèglement climatique

5 graphiques pour comprendre à quel point le monde échoue à maîtriser sa consommation d'énergies

Publié le 23 juin 2014
Malgré les efforts pour imposer de nouvelles sources d'énergies et réduire les émissions de carbone, le bilan est maigre. Et les chiffres ne sont pas optimistes, les énergies fossiles opposant une résistance qui semble incontournable.
Christian Gollier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré les efforts pour imposer de nouvelles sources d'énergies et réduire les émissions de carbone, le bilan est maigre. Et les chiffres ne sont pas optimistes, les énergies fossiles opposant une résistance qui semble incontournable.

Malgré l'optimisme affiché par les défenseurs des énergies renouvelables, c'est à un constat d'échec qu'ils doivent faire face. Malgré la hausse continue des sources d'approvisionnement respectueuses de l'environnement, l'expansion de l'Asie, et l'important potentiel minier dont elle dispose encore, empêche les énergies propres de s'imposer. Pire, elles régressent en proportion de la consommation totale, faisant craindre un quelconquze retournement de tendance sur la question du changement climatique. Bilan d'un avenir sombre avec les graphiques ci-dessous.

1 - La consommation d'énergies propres est en augmentation... mais moins que celle des énergies fossiles

Cliquez pour agrandir

2 - L'intensité de la consommation en carbone n'a pas diminué depuis 1999

Cliquez pour agrandir

3 - La consommation mondiale de charbon atteint des records

Cliquez pour agrandir

4 - Les énergies propres sont en pleine expansion... mais ne représentent qu'une petite partie de la consommation

Cliquez pour agrandir

5 - Conclusion : les émissions de dioxyde de carbone sont toujours en expansion

Cliquez pour agrandir

Christian Gollier : Vingt-deux ans après la Conférence de Rio et cinq rapports du GIEC plus tard, la planète est-t-elle en ordre de marche pour contrer les pires effets du changement climatique que nos descendants auront à supporter ? Un rapport récent de British Petroleum offre à cette question quelques éléments de réponses peu encourageantes. Ces deux dernières décennies, la part des énergies fossiles dans la consommation d’énergie dans le monde est restée stable autour de 87%. La consommation de charbon a cru en moyenne de 4% par an durant les 10 dernières années, sans signe apparent de fatigue. Et même si les pays de l’OECD réduisent lentement leur dépendance au pétrole, la consommation de cette ressource a continué à croitre au niveau mondial de 1,4% l’an dernier, au même rythme que durant le siècle écoulé, comme de si rien n’était ! Pire, il ne faut pas espérer nos problèmes grâce à la raréfaction des énergies fossiles : les réserves prouvées de pétrole et de gaz ont augmenté de plus de 60% depuis 20 ans, tandis que celles du charbon ont tout simplement doublé. Si tout cela devait être brulé, la concentration de CO2 dans l’atmosphère dépasserait largement les 1000 ppm, alors que nous étions à 280 ppm avant la révolution industrielle, et que nous venons de franchir les 400 ppm.

Selon le cinquième rapport du GIEC publié cette année, il faudra éviter de dépasser 450 ppm si on ne veut pas que la température moyenne de la terre dépasse 2°C.  Selon les modèles, un tel objectif ne peut être atteint qu’en éliminant totalement nos émissions dans le monde d’ici 50 ans, pour ensuite commencer à inverser le cycle.  Mais en fait, les émissions de gaz à effet de serre n’ont jamais été aussi élevées qu’aujourd’hui, augmentant maintenant la concentration de CO² de 2 ppm chaque année. Au lieu de freiner, nous accélérons !

Certes, certains pays riches ont tenté d’infléchir leur course dans le mur climatique, mais l’entrée de milliards d’individus dans le club des consommateurs riches et émetteurs a empêché que ces efforts ne se matérialisent au niveau global. L’Europe, suivi de plusieurs autres régions (Californie, Australie…), ont mis en place des systèmes de permis d’émission visant à inciter les industriels à limiter leurs émissions. L’indigence de la gouvernance de ce système en Europe et la crise économique ont transformé cette louable tentative en un fiasco retentissant, avec un prix d’équilibre autour de 5 euros par tonne de CO², alors qu’il faudrait un prix environ 10 fois supérieur dès aujourd’hui si on voulait obtenir un résultat compatible avec l’objectif politiquement affiché de 2°C. On se rappelle aussi le funeste destin de la taxe carbone du gouvernement précédent, pourtant limitée à 17 euros la tonne de CO² !

Aujourd’hui, la tentative de transition énergétique prend des allures encore plus inquiétantes. En Allemagne, en France, aux Etats-Unis, les gouvernements cherchent à commander par secteur des objectifs quantitatifs de réduction d’émissions, comme au bon vieux temps de  la planification économique. Obama semble aujourd’hui partisan d’une réduction d’autorité du charbon dans le mix énergétique américain, en lui souhaitant bonne chance face aux puissants lobbies charbonniers. En France, le plan Royal de transition énergétique est ambitieux, mais a toutes les chances d’être inefficace, comme on le voit avec l’Energiewende en Allemagne, et mal financé. Dans un monde volatile et en concurrence, fixer par la loi le mix énergétique de la France n’a pas de sens économique, en particulier avec une administration publique traditionnellement mal outillée pour évaluer les coûts et les bénéfices socioéconomiques des décisions politiques. Il vaudrait beaucoup mieux que le pouvoir politique impose un prix du carbone élevé qui s’impose à tous, et que chacun, EDF et GDF-Suez compris, fasse ses propres arbitrages en faveur des différentes actions vertes.  Voici une belle occasion manquée de taxer le "vice" (le CO²) pour réduire la pression fiscale sur la "vertu" (le travail et l’épargne).

Finalement, les meilleurs espoirs dans ce domaine viennent du monde de la recherche. En trois décennies, le coût du kW photovoltaïque a été divisé par 20, grâce à d’incroyables progrès scientifiques et technologiques. Sur les seules 4 dernières années, ce coût a même été divisé par deux ! Alors que le soutien de la filière nécessitait encore récemment un prix astronomique de rachat de 50 centimes le kWh (alors que le kWh nucléaire ne coûte qu’environ  6 centimes), on peut espérer que l’énergie solaire devienne compétitive sans subvention étatique par rapport au gaz dans très peu de temps. Beaucoup de pays se sont lancés il y a dix ans dans une politique de soutien à leur industrie photovoltaïque extrêmement coûteuse en fond public, pour installer une capacité photovoltaïque déjà obsolète, conduisant à créer une filière française d’installateurs plutôt que d’innovateurs. Il eut bien mieux valu inciter à la recherche et au développement technologique.

Malgré les statistiques décourageantes de BP dans le domaine de l’exploitation et de la consommation des énergies fossiles, l’espoir se trouve dans celles des taux de croissance annuels mondiaux à deux chiffres des énergies vertes : éolien, solaire, biomasse. Même si l’ensemble ne pèse que 2.7% de la production mondiale d’énergie aujourd’hui, cette part a triplé en dix ans. La maturité d’une filière technologique ne se décrète pas. Elle se construit dans un processus long et complexe, que l’on peut soutenir, mais pas commander. Rappelons-nous qu’entre l’invention de la machine de Watt et le plein épanouissement de la révolution industrielle dans le monde, un siècle s’est écoulé !

Finalement, les pays riches en énergie fossile n’ont pas dit leur dernier mot. Ils sont possesseurs de richesses minérales évaluées en centaines de trillions d’euros, qu’ils comptent bien transformer en monnaie sonnante et trébuchante dans les décennies à venir ! Notre seul espoir est de développer ces technologies vertes de telle manière que leur coût devienne inférieur au coût d’extraction du pétrole additionné de la taxe carbone que les autres pays réussiraient à imposer. Le succès n’est   possible que si le concert des Nations s’accorde sur un prix du carbone élevé, ce qui n’est pas sûr. Malgré tout, la révolution verte est finalement peut-être à notre porte. Ce qui est sûr, c’est que les pays pétroliers n’y croient pas, car sinon ils auraient déjà cherché à brader leur stock !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 23/06/2014 - 09:36
LA TAXE POUR AVOIR RAISON!
En clair puisque les énergies vertueuses ne seront jamais (ou si tard qu'on ne peut le prévoir à l'échelle humaine) économiquement viables, il s'agit d'infliger aux autres énergies une taxation suffisamment punitive pour qu'elles finissent par coûter plus cher à l'utilisateur que les énergies traditionnelles; En plus, ces dernières ne cessent d'afficher de nouvelles réserves qui éloignent sans cesse le point d'équilibre.

On vient de voir avec l'Allemagne à quelles dérives et à quelles aberrations conduit ce moralisme énergétique, où finalement on va sereinement polluer la planète deux ou trois fois plus que les petits copains pour la bonne cause...

Ah, oui, une dernière chose: il vaudrait mieux que les alarmistes du GIEC ne se soient pas trompés dans leurs calculs et qu'on ne découvre pas d'ici une vingtaine d'années que ce que peut l'homme face à la puissance des variations solaires ou autres est tout simplement insignifiant. N'oublions pas que toute l'élite scientifique bien-pensante ne s'est toujours pas expliquée clairement sur le réchauffement climatique à la fin du premier millénaire et au début du second, époque quasiment sans moteurs et sans industries polluantes!