En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 46 min 9 sec
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 35 sec
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 5 heures 58 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 22 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 6 heures 54 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 25 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 32 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 8 heures 39 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 3 heures 39 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 1 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 15 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 7 heures 46 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 22 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 9 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Pornographie : pourquoi les hommes en consomment plus que les femmes

Publié le 05 janvier 2015
Ce livre vous invite à explorer votre vie érotique et à vous poser les bonnes questions qui amèneront de véritables changements dans votre façon de vivre votre sexualité. Extrait du "Décodeur sexuel", de Yves-Alexandre Thalmann, publié aux éditions First (1/2).
Yves-Alexandre Thalmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Alexandre Thalmann anime des ateliers centrés sur le développement de la communication interpersonnelle, la gestion des émotions et l'affirmation de soi. Auteur d'une douzaine de livres de développement personnel dont Le Décodeur psy (First...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce livre vous invite à explorer votre vie érotique et à vous poser les bonnes questions qui amèneront de véritables changements dans votre façon de vivre votre sexualité. Extrait du "Décodeur sexuel", de Yves-Alexandre Thalmann, publié aux éditions First (1/2).

Que n’a-t-on pas déjà dit sur la pornographie ? Tout et son contraire, dans une solide hypocrisie (masculine en tout cas). Faut-il interdire, ou mettre des limites aux pratiques que l’on peut visionner sur Internet ? Y a-t-il un lien de cause à effet entre la consommation de pornographie et la délinquance sexuelle juvénile ? Etc. Ces questions habituelles n’interviennent pas dans notre réflexion sur le désir.

Ce qui est certain, c’est que les représentations d’actes sexuels excitent l’imagination et les sens des humains depuis la nuit des temps. L’Antiquité nous livre de nombreuses images et sculptures mettant en scène la sexualité, en Orient comme en Occident. Qu’elles soient exposées aux yeux de tous ou confinées dans le secret et échangées sous le manteau (ou la toge) n’y change rien : la pornographie est omniprésente : seuls les canaux de diffusion évoluent au rythme de la technologie.

Ajoutons un deuxième constat : les hommes consomment davantage de pornographie que les femmes.

Une première raison à cette asymétrie a déjà été éclaircie précédemment : l’excitation masculine passe beaucoup par les yeux, ce qui a un sens du point de vue de l’évolution de l’espèce. Le mâle repère d’abord du regard la femelle qui lui plaît. La pornographie est majoritairement produite par des hommes pour les hommes.

Pornographie au féminin

Il existe des auteurs de films pornographiques féminins, dont le but est d’apporter une touche féminine à cet univers, qui corresponde davantage aux fantasmes et à la sensibilité des femmes. Les plans gynécologiques (gros plans sur les organes sexuels) y sont absents, les femmes n’y sont pas retouchées à grands coups de bistouri, l’éjaculation (faciale) n’est pas le point culminant des ébats…

Ovidie est une réalisatrice bien connue en France. On mentionnera aussi Erika Lust2, une réalisatrice dont la production variée en séduira plus d’une, ainsi que Petra Joy3, qui propose une palette de films faits « par des femmes pour des femmes ».

Quelle sensibilité particulière la pornographie véhicule-t- elle pour qu’elle rencontre à ce point l’imaginaire érotique masculin ? Il suffit de regarder quelques films pour découvrir leur point commun : des femmes qui crient « oui, encore ! ». Dans les films pornographiques, les femmes ont envie de sexe. Elles sont le plus souvent demandeuses, toujours prêtes à l’action. Quel contraste avec la routine conjugale où il faut négocier parfois âprement un rapport sexuel, où l’on risque de passer pour un obsédé sexuel si l’on demande trop souvent, un pervers si l’on suggère une pratique un peu moins conventionnelle, un maladroit si l’on ne sait pas s’y prendre pour faire jouir sa partenaire, un impuissant ou un éjaculateur précoce si l’érection n’est pas aussi dure et durable que madame le souhaiterait !

Addiction

La pornographie, notamment par Internet, peut devenir, semble-t-il, le motif d’une dépendance. On repère une dépendance au fait que l’on ne peut plus se passer de cette stimulation, que l’on se sent mal si l’on ne peut pas y avoir accès et que la vie quotidienne se trouve organisée autour de l’objet de dépendance (moment où l’on peut consommer, ressources pour se procurer la stimulation, etc.). Il ne faut pas hésiter à consulter si l’on croit devenir dépendant. Le plus tôt est le mieux, car cela augmente les chances de réussite des traitements. En bref, on se montre vulnérable dans le rapport sexuel. Or, c’est l’inverse dans la pornographie : les sexes masculins bandent à l’envi et sont toujours prêts à l’action. Mais surtout, les sexes féminins sont eux aussi toujours prêts à l’usage, de même que leurs propriétaires sont toujours excitées et désireuses de relations sexuelles. 

« J’adore regarder – certains diront mater – ma femme en train de se masturber. Cela m’excite énormément. En y réfléchissant, je me rends compte que c’est son désir que j’aime voir. Elle pourrait faire l’amour avec moi juste pour me faire plaisir, sans réelle envie. J’ai du mal avec cette idée : je me vivrais alors comme un profiteur, voire un agresseur sexuel. Quand elle s’occupe de son propre plaisir, cela me rassure… » Éloi

Une femme qui a toujours envie, même lorsqu’elle n’a a priori pas vraiment envie : voilà le fantasme masculin qui se cache derrière la pornographie ! Pour étayer ces dires, un autre élément est saillant dans les représentations pornographiques modernes : les femmes y sont la plupart du temps habillées de lingerie fine (et chaussées de hauts talons). Or, ces habits sont clairement destinés à éveiller l’envie masculine en sublimant les formes féminines (en particulier en jouant avec la transparence). 

Désir au masculin

Si la mécanique sexuelle masculine semble simple (à tort, comme on le découvre quand cela ne fonctionne plus comme ça le devrait), le désir masculin n’en reste pas moins complexe et surtout fragile. Exprimer son désir, c’est aussi se rendre vulnérable. À vous, mesdames, de ne pas piétiner cette offrande ! Il est terrible pour un homme désireux d’être déprécié et rabaissé à cause de son désir, d’être rendu :

• sale : « Espèce de cochon ! » ;

• petit (comme un enfant qui fait un caprice) : « Tu peux bien attendre, on a déjà fait l’amour il y a deux jours » ;

• méchant (dans le rôle du prédateur) : « T u fais passer le sexe avant tout ! ».

C’est aussi la raison pour laquelle les hommes sont friands de lingerie fine et qu’ils en offrent autant à leur compagne : une femme qui porte de la lingerie, c’est une femme qui affiche sa beauté et sa séduction, et donc qui suggère qu’elle est prête à la sexualité, qu’elle en a envie. L’homme n’est alors pas rendu méchant ou sale par son désir pour une femme qui n’en voudrait pas…

 Extrait du "Décodeur sexuel", de Yves-Alexandre Thalmann, publié aux éditions First, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 05/01/2015 - 20:42
Sexe
Il en va du sexe comme de l'impro en musique. Il y a des gens avec qui on ne fera jamais rien et d'autres avec qui c'est tout de suite super.
Ce qui est important est de tomber sur la bonne personne. Sauf que pour une relation durable (si c'est ce qu'on souhaite) le sexe ne suffit pas. Et là ça commence à ressembler à un tirage du loto.
Alors comme en musique on peut faire des associations de raison, pas très excitant, mais éventuellement productif.
bjorn borg
- 02/01/2015 - 09:58
Le sexe
en principe sujet tabou dont il est dangereux de jaser. Quoiqu'il en soit, les hommes aiment bien le sexe contrairement aux femmes. Un orgasme par mois leur suffit amplement. Les femmes ont déjà trop avec un homme, alors deux, bonjour les dégâts. Tandis que les hommes prendraient bien 4 femmes pour être satisfait. Il vaut mieux que je m'arrête avant que la censure ne le fasse! Ouf...
vangog
- 21/06/2014 - 21:17
Nous possédons tous un "capital sensualité"
qui ne se dilapide pas au même moment, ni de la même façon...
L'interrogation que le monde futur aura sur le sexe est: quel part de sexe artificiel" (par nature, très peu partagé), puis-je m'autoriser sans empiéter sur mon capital "sexe naturel partagé", et, donc, sans hypothéquer ma capacité et mon envie de procréer. Voilà le challenge et voilà, peut-être l'origine de la différence de natalité entre civilisations qui n'ont pas atteint le même degré de Liberté (certains diront: dépendance...) sexuelle.