En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Reuters
© Reuters
Fille 1 - Père 1

Comment le FN est devenu le seul parti à pouvoir se permettre de nager en pleine incohérence idéologique

Publié le 12 juin 2014
Avec Luc Rouban
La polémique de la "fournée" suite aux propos de Jean-Marie Le Pen et la réaction de sa fille génère son lot de commentaires politiques. Une "fracture" personnelle qui révèle en creux des divergences d'opinion au Front national sur plusieurs sujets à caractère polémique.
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La polémique de la "fournée" suite aux propos de Jean-Marie Le Pen et la réaction de sa fille génère son lot de commentaires politiques. Une "fracture" personnelle qui révèle en creux des divergences d'opinion au Front national sur plusieurs sujets à caractère polémique.
Avec Luc Rouban

Atlantico : La polémique de la "fournée" suite aux propos de Jean-Marie Le Pen génère son lot de commentaires politiques. Cette "dispute" entre l'actuelle présidente du parti et son fondateur est-elle révélatrice de réelles divergences idéologiques plus large au FN ?

Luc Rouban : Cet épisode est effectivement le révélateur de divergences, mais c'est aussi et surtout l'indice d'une réelle évolution politique amenée par la prise de pouvoir de Marine le Pen en 2011. Loin de se limiter désormais à une simple dimension protestataire, au parti né de la guerre d'Algérie et du poujadisme, celle-ci développe désormais un projet nationaliste. On peut voir là une volonté de mettre fin à ce que l'on pourrait somme toute appeler la "préhistoire" du Front national. Les motivations antigaullistes et pro-coloniales du passé sont loin derrière aujourd'hui.

Le FN est le seul parti a avoir enregistré une forte progression lors des élections municipales et européennes. Comment expliquer que la formation des Le Pen ne paye finalement pas le prix des contradictions idéologiques de son électorat ?

Quitte à prendre une métaphore culinaire, on peut affirmer que toute base du succès politique réside dans les moyens de réussir à faire prendre la mayonnaise en utilisant savamment les différents "ingrédients" à sa disposition. L'histoire nous apprend que les succès politiques importants sont presque systématiquement le fruit d'alliances en apparence peu naturelles. Le gaullisme en est un parfait exemple puisque sa sphère d'influence couvrait un arc allant de la droite libérale à certaines franges du parti communiste.

Marine Le Pen, sans faire de comparaisons hasardeuses, procède d'une méthode similaire en parvenant à récupérer des électorats différents, et même des électeurs qui jusqu'ici ne s'intéressaient plus à la politique. Ce dernier point est d'autant plus important à prendre en compte qu'il offre encore de conséquentes réserves de voix au FN.

 

Comment expliquer à l'inverse que les contradictions électorales du PS et de l'UMP leur aient coûté si cher lors des derniers scrutins ?

Au-delà du fait de savoir si son programme est le bon ou le mauvais, on peut affirmer que le projet porté spécifiquement par Marine Le Pen est aujourd'hui pratiquement le seul qui soit cohérent dans son articulation des grands thèmes politiques et économiques, au-delà des diverses idéologies qui peuvent effectivement traverser sa base. A l'inverse, les campagnes menées par les grands partis parlementaires se retrouvent souvent prises au piège des différentes mouvances qui ont eu bien du mal à s'accorder ces derniers temps, et tout particulièrement aux dernières européennes. Il n'est pas toujours facile d'accorder la ligne protectionniste d'un Montebourg et les ambitions radicales-socialistes du centre-gauche, tandis que les divisions à droite sur les questions culturelles et économiques.

Le Front national a surtout réussi à s'imposer au fil du temps comme le parti des exclus en cumulant le vote des fonctionnaires modeste (catégorie C), des ouvriers et d'une partie croissante d'employés. A cela s'ajoute un vote jeune toujours plus important qui démontre que le parti réussit à présenter un discours qui apparaît politiquement efficace sur l'avenir. On constate toutefois néanmoins un "point faible" qui n'est pas mineur, à savoir l'absence d'une réelle réserve de cadres supérieurs et de hauts-fonctionnaires. Le FN n'a pas pu pour l'instant rallier des élites qui lui seront nécessaires dans une stratégie de conquête du pouvoir.

Quels sont aujourd'hui dans le détail les différents ressorts de ce vote frontiste ?

Dans le cas du FN, on trouve en premier lieu un noyau d'électeurs "fidélisés" qui représente près de 50% du total des votes à chaque scrutin. Viennent ensuite deux franges minoritaires, la première étant issue de la droite parlementaire (20 à 30%) et la seconde de la gauche (13-14% lors de la présidentielle de 2012). Le reste est formé par ce que l'on appelle le vote "BNA" (Blanc-Nul-Abstention) et oscille entre 7 et 15% en fonction des différents types d'élections. Sur le plan plus directement idéologique, cela peut mener au rassemblement de lignes parfois contradictoires, entre des libéraux plutôt proches de la ligne économique de l'UMP et des souverainistes attachés aux questions socio-économiques. On peut toutefois trouver un dénominateur commun à tous ces électorats disparates, à savoir le scepticisme vis-à-vis des bienfaits de la mondialisation et le protectionnisme. Il y a enfin un discours porté sur les dérives de l'Islam qui concorde avec un rejet effectivement majoritaire des Français à l'égard de cette religion. En ce sens, le FN peut attirer autant des électeurs inquiets pour la laïcité que des électeurs catholiques. Il faut souligner que les questions religieuses sont devenues déterminantes aujourd'hui dans le choix électoral.

 
Pour des informations plus détaillés sur le vote FN, voir aussi : "Les électorats de Marine le Pen" (Cevipof, novembre 2013)
 

Ces divergences idéologiques ne sont-elles pas par ailleurs trop souvent ommise par des médias qui se focalisent sur les petites phrases et les références à la seconde Guerre Mondiale ?

Si l'on peut être tenté de comparer sur certains points notre époque à celle des années trente (crise économique, montée des extrêmes politiques…) on ne peut évidemment pas affirmer que le Front national est un parti fasciste. Les fascismes reposent structurellement sur les corporatismes, l'instauration d'un parti unique et l'antiparlementarisme, autrement dit des traits politiques que l'on ne peut pas sérieusement imputer au Front national. Une comparaison plus subtile serait à faire d'après moi avec les nationalismes du XIXe siècle, nationalisme dont le spectre historique semble réapparaître avec le désaveu des partis traditionnels et la crise de l'Union européenne.

Sans encore une fois faire d'analogie excessive, le fait que l'Europe continentale soit de plus sous la prédominance (économique évidemment…) de l'Allemagne peut créer une sorte de malaise. On rencontre enfin de nos jours un désaveu du monde politique que les enquêtes d'opinion n'ont presque plus besoin de confirmer tellement il s'agît là d'un fait acquis. On voit donc bien qu'en dépit d'analogies qui ne sont pas vérifiées, le caractère critique de la situation politique et économique actuelle ravive la mémoire des années 1930.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 13/06/2014 - 12:44
La raison d'être de l'Etat de droit.
Si le FN est en progression constante, c'est parce qu'aux yeux de plus en plus de citoyens il représente l'Etat de droit alors que les vieux partis représentent sa décadence; ceux qui les soutiennent encore le font par habitude et aussi par crainte, la peur du changement, caractéristique d'un électorat qui vieillit.
Qu'est-ce que l'Etat de droit ? c'est celui qui assure la Sureté, première des libertés et qui conditionne toutes les autres.
La meilleure définition, je l'ai trouvée dans la "common law" anglaise, les common law étant des lois coutumières venant du haut moyen âge et qui servent aujourd'hui de fondement à toutes les lois modernes.
"en échange de l'allégeance, de taxes et de services, le Roi garantit à ses sujet un état de paix et de tranquillité appelé la Paix du Roi - toute interruption dans la paix et le bon ordre qui se doivent de prévaloir dans un Etat civilisé est un attentat contre la Paix (breach of the Peace)"
Une bonne police et une bonne justice sont donc les instruments du maintien de ce droit fondamental qu'est la Sureté.
En laissant les citoyens à la merci de la sauvagerie, l'UMP et le PS ne doivent pas s'étonner de voir les électeurs se détourner d'eux.
tubixray
- 12/06/2014 - 09:10
incohérence idéologique: nous avons connu
Qui pourrait dire que le président Chirac a mené une politique de droite pendant ses 12 années à l'Elysée ?....C'était donc ça le gaullisme.
2bout
- 12/06/2014 - 08:58
En résumé Mr Rouban,
Le FN est un parti islamophobe mais pas que ... Economiquement, pour fédérer professions libérales, syndicalistes et fonctionnaires territoriaux, il n'y a que le protectionnisme (à noter, tous dépendent de la main de l'Etat). L’inexistence d'autres options crédibles possibles sur le champ démocratique fait le reste.