En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 3 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 7 heures 48 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 8 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 9 heures 51 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 23 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 24 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 25 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 4 heures 30 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 8 heures 28 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 9 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 10 heures 54 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 23 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 11 heures 27 min
© HBO
© HBO
Winter is coming

Quel matériau les scénaristes de Game of Thrones ont-ils encore à leur disposition pour écrire la suite de la série phare d’HBO ?

Publié le 18 mai 2014
Les scénaristes de Game of Thrones font face à un problème qui va devenir de plus en plus important : la série télévisée avance plus vite que la sage de livres dont elle est adaptée.
Clément Bosqué
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Bosqué est Agrégé d'anglais, formé à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique et diplômé du Conservatoire National des Arts et Métiers. Il dirige un établissement départemental de l'aide sociale à l'enfance. Il est l'auteur de chroniques sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les scénaristes de Game of Thrones font face à un problème qui va devenir de plus en plus important : la série télévisée avance plus vite que la sage de livres dont elle est adaptée.

Dans Game of Thrones, il y a un mur mythique, au nord, un mur immense gardé par une garnison de soldats en noirs plus ou moins bannis. Nul ne sait vraiment ce qu’il y a « après ». « Et après ? » demandent les petits enfants pour connaître la suite de l’histoire.

Et après l’histoire ? Qu’est-ce qu’il se passe ?

C’est un peu le problème des scénaristes de la série de fantasy Game of Thrones (HBO) aujourd’hui. Leur adaptation télévisée de l’œuvre en 14 tomes écrite par George R. R. Martin va plus vite que la musique. Les scénaristes adaptent plus prestement que l’écrivain n’écrit.

Voilà donc les scénaristes… au pied du mur. Comme dirait Tyrion Lannister, « la vie réserve parfois ce genre de petites ironies ».

Il faut dire d’abord ce que Game of Thrones nous raconte ; les ambiances et les paysages.

Les corbeaux voyageurs voyagent à travers les monts et les plaines, portent des présages à des princes inquiets qui, comme Hamlet, parcourent les remparts, loin des festins près de l’âtre, des coussins brodés, des esclaves à longues tresses. Les maisons marient leurs intérêts en unissant leurs fils et leurs filles. Les hommes se meuvent en hordes, dans le cliquetis des cotes-armures, et comptent le temps qui passe en nombre de lunes, et d’hivers. Les fils bâtards maudissent la Fortune et les exilés murissent leur revanche. Les conseillers intriguent dans la riche capitale. Les hommes du nord s’enveloppent dans leurs pelisses et se couchent à la bougie. 

On craint l’hiver.

Le thème du retour de l’hiver est un motif structurant de la série (comme celui de la menace venue de Mordor chez Tolkien). Ce n’est pas un hasard : la saison froide est la source vive de l’imaginaire occidental, l'obscurité qui génère la peur des créatures et le besoin de seigneurs puissants pour nous en secourir. « En hiver, il faut se protéger les uns les autres », dit un personnage de la série. Et bien sûr, c’est la saison qui nous regroupe autour du feu pour se raconter des histoires.

Le septentrion, associé à l’hiver, est cette région dangereuse d’où provient la menace. Certes, les dothraki, cavaliers barbares orientalisants adeptes, comme les anciens turcs et arabes, des poignards à lame recourbée, font peur par leur étrangeté. Mais ce sont des hommes après tout, on peut leur parler pour peu qu’on apprenne leur sabir, ils ont nos craintes et nos désirs. Mais le nord… pour citer la série, « le nord ne peut pas être contrôlé, il est trop vaste et trop sauvage ».

Le nord et l’hiver incarnent symboliquement ce mystère occidental, que la modernité a fait disparaître, les peurs archaïques que la saison suscite : des loups, de l’obscurité (les nihtbealwa mæst, « fléaux nocturnes » de toutes sortes dont parle le poème épique Beowulf), du vent qui hurle, de la faim, de la maladie qui frappe. Sans oublier les « marcheurs blancs qui rôdent dans les forêts ». Tout ce que l’explication rationnelle du monde, le progrès de la technique et du confort a repoussé, exilé au-delà d’un mur haut et épais.

Mais, à l’instar de qui se passe dans la série, « le peuple porte des toasts au retour de leur roi en exil »… Or, ce roi en exil, n’est-ce pas cet imaginaire qui a commencé à revenir au XVIIIe – en pleines Lumières ! – avec l’intérêt pour les folklores populaires celtes et germaniques, les compilations et les folles tentatives des poètes romantiques pour recréer, à eux tous seuls, l’esprit des premiers contes, des chansons de geste, des vieilles épopées et des légendes, fruit de récits millénaires colportés de bouche en bouche, de barde en barde ?

Et puis, un jour, il y eut Tolkien, un petit professeur de linguistique spécialiste des sagas norroises qui réussit le coup de maître : synthétiser tout l’imaginaire magique, chevaleresque européen (ce qu’on peut appeler la « médiévalité ») en une série de récits, apparemment nouveaux, mais qui au XXe siècle résonnaient si profondément avec un besoin archaïque de merveilleux et d’héroïque qu’ils devinrent fondateurs. C’est ainsi que naquit cette grande matrice qu’est la fantasy.

Martin est un héritier de Tolkien et Game of Thrones recrée le charme des anciennes chroniques, voire des récits des livres d’histoire qui n’ont plus cours aujourd’hui, ceux des vies de nos rois et reines : comment ils conquirent, comment ils moururent, comment au-delà de la mort ils eurent succession. Retour, en somme, de ce qui continue à travailler nos rêves en dépit de tous nos fatras et postures modernes. Comme disait le maître lui-même : « le mythe ressemble souvent à l’histoire, parce qu’en fin de compte ils sont fait de la même matière ». Le conte nous « ouvre la porte d’un Autre Temps », et c’est ce qu’on vient y trouver .

Mais, me direz-vous, tout cela ne résout pas les soucis urgents de nos pauvres scénaristes de HBO. Que peuvent-ils faire ? Que va-t-il advenir ? Et après ?

D’abord, en spécialistes compétents rompus à tous les trucs du métier, ils sauront se servir de la digression, de l’analepse (ou flaskback). « Et pendant ce temps… », ou encore : « mais revenons quelques temps en arrière », etc. Tout ce qui permet de « gagner du temps » en dilatant le temps du récit, en attendant d’avoir une bonne idée pour ce qui doit se passer « après ». Mais tout cela ne fonctionne qu’un temps. Et il est peu probable que la série se mette en pause, en attendant que Martin daigne donner le fin mot de l’histoire.

Alors, et après ?

On ne comptait déjà plus les petites entorses à la fidélité à la version originale. Mais ce qui se passe est plus grave. Pour les fans les plus perspicaces, cela ne fait aucun doute : la série va devoir anticiper sur les livres, s’affranchir de la simple adaptation.

George R. R. Martin s’y entend pour enrichir ses histoires de coups de théâtres, de rebondissements ; pour explorer les possibilités des intrigues parallèles et secondaires ; de tisser autour de l’histoire de multiples variantes. Dans son dessein même, l’action principale de Game of Thrones se trouve relativisée par une multiplicité de points de vue.

Si les scénaristes « inventent » leurs péripéties, ce pourrait être au tour de George R. R. Martin de reprendre leurs trouvailles. Au livre de développer, de prolonger la série !

En fait, on revient au mode populaire ancien, prémoderne, de création épique. Une histoire qui s’élabore par variation autour d’une trame commune. Combien de mythes, selon qu’ils sont racontés par tel ou tel, font mourir le dieu ou le héros à tel moment, pour qu'on le retrouve bien vivant dans d'autres aventures plus tard ?

Ainsi, là où la modernité avait tout à fait figé l'épopée, jusqu’au paroxysme de l’œuvre totale de Tolkien, indépassable, univers monolithique « clef en main » qui contenait sa propre archéologie, nous revenons peut-être avec Game of Thrones à une manière plus labile de raconter, plus souple, où le « possible », les revers de la fortune sont déterminants. Où le destin des personnages peut connaître maintes variantes.

Les scénaristes ne sont donc pas face à un mur, mais à un boulevard. Que va-t-il se passer ensuite ? A eux de nous le dire.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires