En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 20 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 4 min 25 sec
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 min 56 sec
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 9 min 28 sec
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 13 heures 59 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 14 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 17 heures 46 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 21 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 21 heures 50 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 22 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 min 40 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 7 min 55 sec
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 9 min 8 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 13 heures 1 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 14 heures 34 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 16 heures 50 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 20 heures 42 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 21 heures 13 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 21 heures 51 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 22 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
Déconnectés

Comment le socialisme est devenu un club d’indignés de salon

Publié le 17 mai 2014
Zohra Bitan, ancienne porte-parole de Manuel Valls, fait ses adieux à une certaine gauche, dont elle juge l'action dans les banlieues inefficace et teintée d'hypocrisie. Interview à propos de son livre "Cette gauche qui nous désintègre".
Zohra Bitan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Membre fondatrice de La Transition, Zohra Bitan est cadre de la fonction publique territoriale depuis 1989, ancienne conseillère municipale PS de l'opposition àThiais (94), et était porte-parole de Manuel Valls pendant la primaire socialiste de 2011...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Zohra Bitan, ancienne porte-parole de Manuel Valls, fait ses adieux à une certaine gauche, dont elle juge l'action dans les banlieues inefficace et teintée d'hypocrisie. Interview à propos de son livre "Cette gauche qui nous désintègre".

Atlantico Vous dénoncez dans votre dernier ouvrage une gauche de plus en plus phagocytée par "les jeunes loups arrogants de Terra Nova. Un fait qui vous a notamment amené a quitter le Parti Socialiste en 2011. Quel a été le déclencheur ?

C’est un long chemin que j’ai effectué à l’intérieur du PS. Ma connaissance des banlieues et des cités m’a permis de voir que leurs politiques publiques mises en œuvre par les socialistes ne produisaient finalement que très peu d’intégration sociale. Cette dernière est le fait d’associations ou d’individus, mais très rarement du Parti socialiste. J’ai toujours trouvé violents l’assistanat, la compassion et le paternalisme du PS, qui rendent inexistante la méritocratie. Je ne pouvais décemment pas garder cela pour moi, voilà pourquoi j’ai écrit ce livre.

A lire également : Cette gauche qui nous désintègre : les imposteurs de l’indignation face au racisme

J’ai pour coutume de dire que des émeutes de 2005 à aujourd’hui, il y a seulement le Jihad. On peut faire le bilan qu’on veut, mais aujourd’hui la minorité agissante pourrit la vie d’une majorité silencieuse. Les banlieues sont donc punies de partout : par un PS qui n’a jamais eu vocation à les intégrer, par les Français qui pensent qu’elles ne sont composées que de  racailles, par un apartheid social où la mixité n’a jamais eu lieu, par la crise, le chômage, la discrimination et le racisme. Tant qu’on ne dira pas la vérité sur ce qui ne va pas, la majorité ne pourra pas être protégée.

Le livre aborde aussi une dimension "sociologique" en commentant l'arrivée des "indignés de salon" portant des "pulls en cachemire" au sein du Parti. Peut-on parler "d'embourgeoisement" au PS aujourd'hui ?

Non seulement ils se sont embourgeoisés, mais en plus ils le nient. Les classes sociales ne sont pas un problème en soi, on peut tout à fait être bourgeois et humaniste. Sauf que ces personnes n’assument pas ce qu’ils sont et ce qu’ils font. La colonne vertébrale du Parti socialiste s’appelle hypocrisie. Ni Putes ni soumises n’est pourtant plus à la mode dans les banlieues, aujourd’hui elle est aux jupes pour les garçons ! Et quand on se prononce contre ce genre d’initiative, on est taxe de "facho". Il faut arrêter de donner des leçons aux personnes militantes qui vivent en banlieue, qui elles, savent de quoi elles parlent, et qui ont réellement envie que les gens vivent ensemble. L’argument consistant à dire que si l’on est contre la journée de la jupe, cela veut dire qu’on est contre l’égalité hommes-femmes, n’est pas recevable. Que ces personnes fassent alors preuve de courage et aillent passer la journée de la jupe en banlieue ! Cette initiative n’a rien d’utile dans un établissement sans histoires.

Peut-on dire qu'une bonne partie des Français issus de l'immigration ont intégré ce changement à gauche ?

 

Si vous saviez le nombre de Français de ma génération issus de l’immigration et qui m’envoient des mails pour me dire qu’ils sont contents de ce livre, qu’ils le cautionnent ! Sans même l’avoir lu, "Cette gauche qui nous désintègre" est pour eux une bénédiction en soi !

Le décalage s’est clairement traduit aux municipales. Le président est allée à Villiers-le-Bel, certes, mais pour parler aux jeunes, et non aux parents : quand leur parlera-t-on, à eux ? Ces derniers sont exonérés de tout, ils n’existent pas, alors qu’en réalité c’est leur responsabilité qui vient en premier, ce n’est tout de même pas l’Etat qui, tout seul,  va prendre à sa charge l’éducation des enfants. C’est pourquoi je dis que c’est fini : les socialistes ont perdu les banlieues.

Vous évoquez aussi les jeunes de banlieue prêt à voter Marine le Pen aux prochaines échéances présindentielles après la déception de l'après 2012. Peut-on parler d'une vraie tendance aujourd'hui?

Les jeunes qui disent qu’ils vont voter Marine Le Pen sont extrêmement nombreux. C’est un vote kamikaze, ils veulent que cela produise du ménage. On peut parler de vote de colère, mais il y a tout de même une question de valeurs, derrière : le thème de l’égalité des sexes, qui est tellement mal expliqué par le PS, donne naissance à tous les fantasmes possibles. Je n’ai rien contre le fait que la théorie du genre soit véhiculée par une certaine gauche, mais de là à l’implanter en banlieue sans que cette dernière sache ce que c’est, d’autant plus que des problèmes de soumission des femmes y perdurent... la chose est très risquée. Les banlieues constatent qu’on leur impose un "progrès" au travers de l’égalité des sexes, de la situation de la femme et de l’homosexualité : mais pour elles, c’est pire que le chômage ! Elles peuvent endurer le sous-emploi pendant 40 ans, mais ce que leur vend le PS, elles ne l’accepteront jamais.

Quel serait le moyen d'apaiser les tensions après la division qu'a pu crée le "banlieue business" d'associations comme SOS racisme ?

On peut réparer les dégâts d’hier en donnant la parole à des gens comme moi. Mon discours dans les banlieues fait du bien, car c’est celui de l’honnêteté.  Il est permis d’expliquer à ces populations que l’extraction sociale viendra d’abord par leur effort. Quand Ségolène Royal a proposé l’armée, les jeunes n’y ont pas été insensibles. La rigueur et l’exigence font l’éducation, et pour avoir fréquenté les jeunes des banlieues pendant des années, je peux vous dire que plus on est dur avec eux, plus ils sont contents. Donc il faut punir. Mais on ne le fait pas, car on trouve toujours des justifications sociales qui sèment ce qu’on récolte aujourd’hui.

Il faut régler l’intégration sociale, tout faire pour que la religion ne devienne pas un étendard identitaire. Les enfants qui sont totalement perdus se raccrochent à cela, ils se fabriquent des ennemis imaginaires. A l’inverse, on est incapable de dire si les personnes qui ont une vie professionnelle et familiale stable pratiquent la religion, puisque cela ne se voit pas. Ils sont intégrés, et ne ressentent donc pas le besoin de montrer quoi que ce soit de leur pratique religieuse.

Il est selon moi important de nommer la minorité, de la débusquer, et de lui "tomber dessus" pour protéger les autres. Car à cause de cette minorité, c’est tout le monde qui est stigmatisé. Avec cet islam inquisiteur qui génère du racisme anti-blanc, on se demande où on va. L’ambiguïté à ce sujet vient de l’hypocrisie d’un PS qui se pose comme une police de la pensée. Peut-être veulent-ils Marine Le Pen au deuxième tour en 2017… plus sérieusement je ne sais pas ce qu’ils veulent, mais c’est extrêmement dangereux pour le vivre ensemble.

Je suis profondément française : quand on me parle de "karaoké d’estrade" pour désigner la Marseillaise, je suis scandalisée. Dans une telle logique, le drapeau tricolore est une serpillère, n’ayons pas peur des mots ! Ecoutons-les et tuons tous les symboles de la nation au nom du progrès et de la "in attitude". Aujourd’hui, on est considéré comme ringard et conservateur lorsqu’on n’accepte pas de transformer la société dans le mauvais sens. Sauf que l’égalité hommes-femmes se construit d’abord dans la famille. Quand on acceptera de regarder la réalité en face, on pourra peut-être trouver les remèdes. C’est ce qui nous différencie du FN : nous pouvons faire les mêmes diagnostics, sans proposer les mêmes solutions. Il faut dire la vérité pour protéger la majorité silencieuse et contruire la France pour tous.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 17/05/2014 - 19:38
Mieux vaut tard.........
Les réflexions sont très pertinentes, et donnent envie de lire le livre.
Une petite remarque cependant, comment une femme notoirement intelligente a pu attendre 22 ans avant de se décider à quitter ce parti de "bobos".
Mieux vaut tard que jamais .
Deudeuche
- 17/05/2014 - 16:21
Mme Bitan merci !
Résistance contre la domination Terra Novesque !
vangog
- 17/05/2014 - 13:14
"les Socialistes ont perdu les banlieues"...
Pourquoi?
Les banlieues leur appartenaient-elles?
Aucun territoire de la France n'est la chasse gardée d'aucun parti, il faut que les politiciens français archaiques appréhendent cette nouvelle donne et perdent leurs vieux mécanismes de pensée conre productive, PS comme UMP, comme UDI, comme écolo-réactionnaires, comme ultra-gauche...