En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

05.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

06.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

07.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

01.

Le cerveau et ses préjugés racistes

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 14 heures 20 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 15 heures 58 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 18 heures 51 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 20 heures 40 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 21 heures 12 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 21 heures 38 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 22 heures 54 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 23 heures 2 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 23 heures 27 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 14 heures 59 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 16 heures 14 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 20 heures 17 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 20 heures 49 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 21 heures 31 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 22 heures 37 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 23 heures 2 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 23 heures 26 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 23 heures 27 min
© Reuters
Une partie importante du débat s’est focalisée sur la question de l’économie.
© Reuters
Une partie importante du débat s’est focalisée sur la question de l’économie.
Face à face

Débat pour la présidence de la Commission européenne : l'Europe des citoyens face à l'Europe des projets

Publié le 16 mai 2014
L’Union européenne est un système politique dont la pérennité est aujourd’hui remise en question.
Amandine Crespy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amandine Crespy est professeure- assistante en science politique et études européennes à l'Université libre de Bruxelles (Institut d'études européennes et CEVIPOL)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Union européenne est un système politique dont la pérennité est aujourd’hui remise en question.

C’est une formule quelque peu étrange que ces débats qui ont opposé, ces dernières semaines, des candidats à la tête d’une institution, la Commission européenne, qui est la plus mal aimée de l’Union, celle qui est considérée comme la moins démocratique, dont on ne sait pas très bien aujourd’hui si elle doit être un organe politique ou un outil technocratique, un grand secrétariat œuvrant dans l’ombre au service des gouvernements nationaux ou elle-même un gouvernement en devenir, et dont n’est pas certain que le prochain président fait effectivement partie des cinq candidats en lice. Quoi qu’il en soit, le débat a le mérite d’éclairer, d’une lumière certes faible, quelques-unes des lignes de conflit qui parcourent le système politique multi-national, multi-niveaux et en expansion constante qu’est l’Union européenne, un système politique dont la pérennité est aujourd’hui en question. En cela, ce débat est certainement un document pour l’histoire.

Une autre Europe est-elle possible ?

Il est avant tout frappant de constater que l’Europe, autrefois si sure d’elle, si évidente et consensuelle, vacille aujourd’hui. La question qui était il y a quinze ans le slogan d’une poignée d’utopistes altermondialistes se trouve aujourd’hui au cœur de la politique institutionnelle de l’Union et remet directement en cause l’Europe de Jean Monnet, telle qu’on l’a connue ces soixante dernières années. Ainsi, les responsables politiques se trouvent face à une question lancinante à laquelle ils ne peuvent plus échapper : une autre Europe est-elle possible ? Pour le social-démocrate Schulz et l’écologiste Ska Keller, il faut faire émerger l’Europe des citoyens (en particulier les jeunes) contre l’Europe des banques, tandis que le libéral Verhofstadt et le conservateur Juncker mettent en avant l’Europe des projets : Union digitale, communauté de l’énergie, etc. Quant au candidat de la gauche radicale, Alexis Tsipras, qui a fait hier soir son entrée tardive dans l’arène, il s’agit de restaurer la  démocratie et la cohésion sociale.

L’œuf ou la poule

Une partie importante du débat s’est focalisée sur la question de l’économie et de la sortie de l’Union de la crise financière, économique et budgétaire. De toute évidence, des finances publiques saines et des politiques favorables à la croissance sont toutes deux désirables. A bien des égards, il s’agit de savoir qui de l’œuf ou de la poule doit apparaître en premier. A cet égard, la position de Jean-Claude Juncker est sans doute la plus confortable : il défend le bilan de la gestion de crise, met en avant la stabilisation des déficits et de la récession, prône la continuité des efforts et de la discipline : il faut remplacer les crédits par les idées. Ska Keller, à l’inverse, fait valoir que seuls des investissements importants permettront la relance de l’économie européenne. Fidèle à une position social-démocrate classique, Schulz se place en défenseur d’une troisième voie : pour lui, seule la réduction des déficits et des dettes permettra de dégager les marges nécessaires aux investissements. La position de Guy Verhofstadt est sans doute la plus ambigüe : d’une part, il critique la cogestion de la crise par les libéraux et les sociaux-démocrates et fustige les « vieilles recettes »; d’autre part, ses propositions consistent essentiellement à les intensifier : circulation des capitaux accrue, consolidation du marché commun à la fois par la concentration industrielle et la stimulation du libre-échange avec le reste du monde.

Centre vs périphérie

L’opposition gauche-droite semble bien sous-jacente, donnant lieu à des projets et des discours distincts, mais on perçoit parfois mal comment ces différents projets pourraient s’incarner dans des politiques concrètes et, dans une telle perspective, c’est souvent la continuité qui prévaut sur la rupture, offrant finalement peu d’écho à l’appel pour une autre Europe. La seconde ligne de conflit qui s’est dessinée hier soir est celle opposant centre et périphérie, une dynamique centrifuge néfaste pour tout système politique.

Cette opposition recouvre deux aspects. D’abord il s’agit de la confrontation entre les grands partis qui tiennent le haut du pavé dans les institutions européennes (conservateurs, sociaux-démocrates et libéraux) versus les petits partis à la périphérie du spectre politique, représentéd par Ska Keller et Alexis Tsipras. Ska Keller s’est imposée comme une opposante déterminée aux grands partis et au statut quo, dénonçant vigoureusement le traité de libre-échange avec les Etats-Unis, les failles de l’Union bancaire et la faiblesse de la régulation des marchés financiers face à la fraude fiscale massive, l’hypocrisie des Etats-membres en matière d’immigration, etc. De manière inattendue, elle s’est souvent opposée sur ces sujets pas tant au conservateur Juncker qu’au candidat des libéraux Guy Verhofstadt. Face aux candidats des partis du centre, elle fut la seule à formuler un diagnostic alternatif de la crise en affirmant que les dettes publiques sont autant le résultat que la cause de la dette, comme le prouve le cas espagnol. Ici, les grand absents qui occupent l’essentiel du débat politique et médiatique en dehors de la procédure pour l’élection du Président de la Commission, ce sont les Eurosceptiques, qui défendent une vision radicalement différentes et constituent aujourd’hui le mouvement d’opposition le plus puissant aux partis politiques établis dans les institutions européennes. A cet égard, on s’attend à ce que le futur Parlement offre un visage assez radicalement différent, du fait de la montée de la droite radicale davantage que de la gauche ou des Verts.

Ceci étant, la présence d’Alexis Tsipras pour la première fois dans ce débat a fait apparaître hier soir une seconde opposition entre centre et périphérie, qui recouvre davantage une dimension structurelle et géographique. Face aux candidats allemands, luxembourgeois, et belge, représentants d’une Europe continentale riche et fortement intégrée, le grec semblait bien seul pour porter la voix des laissés pour compte aux marges du continent. Son discours fut dans une large mesure focalisé sur le drame grec, la dénonciation de la Troika et de l’austérité imposée d’en haut, et sur les appels à la solidarité et à la démocratie avec une demande plus ou moins explicite : l’annulation de la dette grecque. Et de fait, le débat a offert peu de réflexions ou propositions sur les clivages structurels qui traversent le continent et la validité de certains principes qui semblent aujourd’hui tabous : la convergence est-elle possible ? Est-elle souhaitable ? La mutualisation de la dette est-elle indispensable ? Une mobilité accrue des travailleurs d’un Etat membre à l’autre est-elle possible et souhaitable ?, etc.

Ce que l’Europe n’est pas

Au final, les différents candidats ont souvent rappelé ce que l’Europe n’est pas et ce qu’elle ne doit pas faire. Dès sa première intervention, Juncker clame que l’Union, si elle doit générer croissance et emplois, ne doit pas se mêler des "petites choses". Pour Schulz, l’Union n’est ni une puissance militaire capable de gérer des situations de conflit (comme une potentielle guerre en Ukraine), ni un Etat fédéral. Tous s’accordent sur le fait que l’Union ne doit en aucun cas se mêler des débats vifs dans certains pays sur d’éventuels détachements régionaux prônés par des nationalistes indépendantistes (comme en Catalogne ou en Ecosse) et pour de nombreuses questions politiques et sociétales, la majorité des candidats (à l’exception de Verhofstadt) s’accordent sur le fait que les constitutions nationales doivent avant tout donner le ton. Martin Schulz a ainsi scandé par deux fois : « les citoyens ne veulent pas plus d’Europe, mais une autre Europe », une alternative, également appelée de ses vœux par Tsipras mais dont il ne définit pas les contours. Peut-être ses contours doivent-ils se définir de manière négative en réfléchissant au partage des compétences et à ce que l’Union ne peut ou ne doit pas faire.

Une chose est sure : la redéfinition de cette nouvelle Europe semble devoir commencer avec le débat lui-même, un processus réflexif et expérimental. La procédure quasi électorale pour la nomination du prochain président de la Commission, et le débat public, même timide, qui l’accompagne seront-ils pris au sérieux par les chefs de gouvernements ? Ou la distribution des postes se fera-t-elle une fois de plus derrières des portes closes où chacun tente d’avancer ses pions. Au-delà de cette nouvelle procédure concernant la Commission européenne, les citoyens sont aujourd’hui en droit de se demander s’il faut se replier sur la démocratie nationale, voir locale, tant l’avènement d’un débat public et d’une démocratie européenne vivante semble devoir perpétuellement être remis aux calendes grecques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/05/2014 - 18:26
La social-démagogie (Europe des jeunes) contre Europe des
projets...
J'aimerais l'europe des projets, mais celle-ci ne pourra se faire qu'après la déconstruction de l'euro, lorsque les Nations auront reconquise leur souvereineté et la maitrise de leurs monnaies, car l'Euro est une héresie economique créée par des démagogues qui n'ont pas perdu le sens de l'humour...car ils recyclent leur vieille démagogie, mais en direction des jeunes cette fois-ci!
C'est dans les vieux pots...