En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 heure 22 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 6 heures 11 sec
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 6 heures 49 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 8 heures 3 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 8 heures 41 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 10 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 heures 20 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 6 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 7 heures 10 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 7 heures 42 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 8 heures 18 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 10 heures 8 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 10 heures 17 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 10 heures 38 min
En situation de crise, faut-il tout dire aux populations ?
En situation de crise, faut-il tout dire aux populations ?
Retour sur catastrophe...

Fukushima : la com' du gouvernement au banc d'essai

Publié le 17 août 2011
C'est une première depuis Fukushima : un réacteur nucléaire - l'un de ceux de la centrale Tomari, située sur l'île de Hokkaido - a été autorisé ce mercredi à redémarrer au Japon. L'occasion de revenir avec un peu de recul sur cette catastrophe nucléaire et la communication de crise mise en place par le gouvernement japonais.
Laurent Combalbert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Combalbert est consultant indépendant, formateur et conférencier, il forme de nombreux négociateurs et conseille des dirigeants d’entreprises et d’institutions dans la gestion de leurs situations complexes, le recrutement et la formation de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est une première depuis Fukushima : un réacteur nucléaire - l'un de ceux de la centrale Tomari, située sur l'île de Hokkaido - a été autorisé ce mercredi à redémarrer au Japon. L'occasion de revenir avec un peu de recul sur cette catastrophe nucléaire et la communication de crise mise en place par le gouvernement japonais.

En situation de crise, faut-il tout dire aux populations ? Toute vérité est-elle bonne à porter à la connaissance du plus grand nombre ? Faut-il tout savoir pour se sentir acteur de la gestion de la crise ?

Depuis les trois dernières années et les crises qui n’ont cessé de se succéder voire de s’empiler, cette question de la communication est devenu un enjeu majeur, à la fois pour les politiques en charge du bien public et pour les entreprises garantes du l’équilibre économique et du paiements des salaires en fin de mois. Mais c’est la crise japonaise qui a été particulièrement révélatrice des enjeux actuels de la communication de crise. Tout d’abord du fait d’une crise polymorphe, dont l’ampleur n’avait jamais été anticipée : un tremblement de terre, suivi d’un tsunami et d’une vague atteignant 10 mètres de hauteur par endroits, générant la destruction des systèmes de refroidissement d’une centrale nucléaire, dont plusieurs réacteurs entrent en fusion, compromettent le confinement et diffusent des particules radioactives sur des dizaines de kilomètres alentours, entrainant une évacuation massive sous la neige et dans le froid, débouchant sur une crise humanitaire et sanitaire colossale. Du jamais vu. Si un scénario de ce type avait été proposé dans le cadre d’une simulation, tout le monde aurait dit : « Là, vous exagérez. »

Et pourtant, cet enchainement s’est réellement produit, générant une cataplexie majeure des spectateurs de la crise et des acteurs chargés de la circonscrire. Et c’est là que l’effet de balancier se met en marche : tout d’abord sidérés par l’événement, médusés par l’ampleur de l’effet papillon, les peuples du monde sont sortis de leur silence pour attendre, puis demander, puis exiger d’avoir immédiatement des informations sur la situation et les conséquences dont chacun s’est aperçu qu’il pouvait en être victime, quel que soit le lieu de la planète où il se trouve. Tout le monde a en mémoire les images de Naoto Kan,  Premier ministre japonais, vêtu de son « blouson de gestion de crise », balbutier quelques explications qui n’ont convaincu  personne. Quoi dire ? Quelles explications donner quand on n’en a encore aucune ? Les peuples peuvent-ils accepter que leurs gouvernants n’en sachent pas plus que ce que tous ont pu voir à la télévision ? Faut-il mentir pour rassurer les populations, au risque de perdre sa crédibilité quand les vérités seront connues, car elles le seront ?

La réponse est simple : on ne ment jamais en communication de crise, et « je ne sais pas » est aussi une réponse acceptable face à une situation hors du commun. Cette obligation de transparence est d’autant plus exacerbée qu’elle côtoie l’avènement de l’information instantanée accessible sur internet : vitesse de propagation inégalée, manque du temps nécessaire à la vérification, et exigence croissante des utilisateurs à être informés en temps réel. Dans les heures qui ont suivi l’annonce de l’explosion du premier réacteur de la centrale nucléaire de Fukushima, tous les « experts nucléaires » du monde entier donnaient leurs visions, d’ailleurs souvent contradictoires, sur les plateaux de télévision ou sur les sites internet d’information, brouillant encore plus le message officiel des autorités japonaises, dépassées par ce tsunami informationnel. Au lendemain de la vision spectaculaire du nuage radioactif s’élevant au dessus de la centrale nucléaire, la requête majoritaire faite par les Français sur les moteurs de recherche d’internet était « distance Paris Fukujima ».

Le besoin d’information des populations est légitime, nécessaire et il relève de la responsabilité des dirigeants à la tête des pays, des institutions, des entreprises. Pas de gestion de crise sans confiance. Or, la confiance se gagne par goutte et se perd par litre. La communication de crise doit être cet outil de consolidation de la confiance que les peuples doivent avoir envers leurs dirigeants. Francis Bacon a dit que le savoir était le pouvoir. Aujourd’hui, dans le contexte de crise et de complexité qui caractérise notre environnement, donner du savoir fiable, vérifié, répondant aux attentes des populations est devenu le véritable pouvoir. A ceux qui le détiennent de l’exercer au mieux…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires