En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

05.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 35 min 54 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 2 heures 22 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 5 heures 34 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 6 heures 12 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 7 heures 54 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 7 heures 56 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 51 min 54 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 2 heures 14 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 5 heures 58 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 7 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 8 heures 7 min
Bouclier percé ?

L'euro, une prison... mais protectrice

Publié le 26 juin 2011
Les pays de la zone euro s'en seraient-ils mieux sortis sans l'euro ? La croissance insolente de la Suède et du Danemark le laisse penser. Mais les choses sont un peu plus compliquées, et c'est sans compter sur le rôle protecteur de la monnaie unique.
Jacques Delpla est économiste, professeur associé à l'université de Toulouse. Il est l'auteur de Le partage des fruits de la croissance (La documentation française, 2009), et La fin des privilèges : payer pour réformer (Hachette Littérature 2007). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Delpla
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Delpla est économiste, professeur associé à l'université de Toulouse. Il est l'auteur de Le partage des fruits de la croissance (La documentation française, 2009), et La fin des privilèges : payer pour réformer (Hachette Littérature 2007). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les pays de la zone euro s'en seraient-ils mieux sortis sans l'euro ? La croissance insolente de la Suède et du Danemark le laisse penser. Mais les choses sont un peu plus compliquées, et c'est sans compter sur le rôle protecteur de la monnaie unique.

Est-ce que le fait d’appartenir à la zone euro protège de la crise ?

Avant de passer à l’idée de la protection, il faut d’abord se demander si l’euro n’a pas favorisé la crise au départ.  La réponse n’est pas si évidente que cela.  On sort de la plus grande crise de la dette de l’histoire de l’humanité.  Il y a eu beaucoup trop de crédits donné partout : que ce soit en dehors de la zone euro (l’Islande, l’Europe centrale), ou à l’intérieur.

Là où on peut dire que l’euro a favorisé la bulle à l’intérieur de l’Europe, c’est que l’Allemagne a été favorisée par l’euro pour ses exportations – beaucoup moins chères que si elle était restée avec le Deutsche Mark – pendant que des pays comme l’Irlande, l’Espagne ou le Portugal ont emprunté plus qu’ils n’auraient pu le faire sans l’euro.

Le drame de ces pays, qui n’avaient pas de crédibilité financière avant de rentrer dans l’euro, c’est qu’ils se sont retrouvés avec la crédibilité de l’Allemagne. Et comme ils n’avaient encore jamais été capables d’emprunter beaucoup et à taux réduit sur les marchés internationaux, ils ont rejoué la cigale et la fourmi… en reprenant le rôle de la cigale.

Tous les économistes américains s’en étaient alarmés, mais il est très compliqué de dire à un pays de mettre des noisettes de côté quand tout va bien. Ils ont emprunté pour faire une bulle immobilière, ce qui ne sert à rien. Je me rappelle être allé en Espagne en 2005, au lendemain du référendum sur la constitution européenne. On avait dit aux autorités espagnoles : « Mais vous êtes fous à lier avec votre bulle immobilière ! » Ils étaient dans le déni absolu. Et regardez aujourd’hui, toutes ces maisons construites dont ils n’avaient pas besoin.

Normalement, ils auraient dû se servir de ces taux d’intérêt bas pour réduire leur dette et/ou investir dans des dépenses d’avenir, et ils ont préféré créer de la dette publique. C’est une erreur politique considérable. De leur part à eux, mais aussi des banquiers, et de ceux qui surveillaient la politique monétaire depuis Bruxelles et Francfort.

 

Et une fois que la crise de la dette a éclaté, l’appartenance à la zone euro s’est-elle avérée protectrice ?

Il y a des désavantages à être dans l’euro. On ne peut pas dévaluer et reporter sur les autres. Mais le gros avantage, c’est que ça force à la solidarité. C’est-à-dire que si on refinance aujourd’hui la Grèce, ce n’est pas tant pour faire plaisir à BNP-Paribas ou aux autres banques françaises et allemandes. Elles pourraient très bien vivre avec un défaut grec et je vois mal Sarkozy et Merkel mettre leur popularité en jeu pour les beaux yeux des actionnaires. La vraie raison, c’est que si les Grecs font défaut, ils sont dans la pratique forcés de quitter la zone euro. Si ça arrive à la Grèce, les gens vont retirer tout leur argent des banques du Portugal et vont le mettre à Francfort ; personne ne va vouloir refinancer la dette portugaise, et tout va s’effondrer. Idem à Madrid. Ensuite, il y a une bonne chance que ça arrive aussi en Italie et en Belgique. Le vrai sujet, c’est que si la Grèce tombe, c’est toute l’Europe qui tombe.

En un sens, c’est ça qui va protéger la Grèce. Mais ça va être du « Réforme toi, et nous t’aiderons à te réformer ». Ils ne peuvent pas rester dans la zone euro avec l’état de leur économie, de leur compétitivité et du paiement des impôts. Ils ont voulu se payer un Etat-providence à la danoise avec des impôts américains. Il faut qu’ils choisissent. Le contrat est extrêmement clair : « Si vous voulez continuer comme avant, ciao » Et c’est pareil pour l’Irlande, l’Espagne et le Portugal.

L’appartenance à la zone euro va forcer tous les pays de la périphérie européenne à se réformer massivement dans les dix prochaines années. Même si personne n’en a envie.

 

Parallèlement, la très bonne santé de la Suède ou du Danemark pourrait laisser penser que les pays européens hors zone euro s’en sortent mieux…

La Finlande va aussi très bien, et elle est dans l’euro ! La question, c’est que le modèle des pays scandinaves est le seul qui marche bien dans le monde. Ils sont très libéraux et efficaces dans leur production de richesses – quand Saab va mal, ils ne lui donnent pas un centime – et d’un autre côté ils ont un Etat-providence qui marche très bien. C’est aussi valable au Danemark, qui n’est pas dans la zone euro, mais qui y est dans la pratique car son taux de change est complètement scotché à celui de l’euro. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

05.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le péripate
- 27/06/2011 - 08:59
Le risque systémique et le prêteur en dernier ressort.
C'est la deuxième fournée de refinancement, et il y en aura d'autres. J'ai lu que chaque ménage français en serait déjà de 1 400 euros de sa poche.
Alors effectivement c'est le moment de nous effrayer avec "le risque systémique" et de tenter de nous faire oublier, contribuables, que nous sommes "le prêteur en dernier ressort".
porticcio
- 26/06/2011 - 18:50
C'est le Peuple qui dirige ?
Quand le Peuple vote CONTRE la constitution européenne, des guignols à droite et à gauche en Assemblée changent la donne !
-
Ils le payeront un jour !
Achille Supertramp
- 26/06/2011 - 17:19
@ Marie46
Je veux bien voir oui, si vous pouviez m'envoyez un lien ou je peu aller ?
(Les élu représente le peuple par l'intermédiaire du vote, c'est donc bien le peuple qui dirige.)