En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 21 min 26 sec
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 2 heures 32 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 5 heures 2 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 6 heures 26 sec
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 7 heures 8 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 10 heures 35 sec
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 10 heures 39 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 11 heures 26 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 1 heure 32 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 3 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 4 heures 47 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 5 heures 23 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 6 heures 38 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 10 heures 30 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 11 heures 47 min
Bouclier percé ?

L'euro, une prison... mais protectrice

Publié le 26 juin 2011
Les pays de la zone euro s'en seraient-ils mieux sortis sans l'euro ? La croissance insolente de la Suède et du Danemark le laisse penser. Mais les choses sont un peu plus compliquées, et c'est sans compter sur le rôle protecteur de la monnaie unique.
Jacques Delpla est économiste, professeur associé à l'université de Toulouse. Il est l'auteur de Le partage des fruits de la croissance (La documentation française, 2009), et La fin des privilèges : payer pour réformer (Hachette Littérature 2007). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Delpla
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Delpla est économiste, professeur associé à l'université de Toulouse. Il est l'auteur de Le partage des fruits de la croissance (La documentation française, 2009), et La fin des privilèges : payer pour réformer (Hachette Littérature 2007). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les pays de la zone euro s'en seraient-ils mieux sortis sans l'euro ? La croissance insolente de la Suède et du Danemark le laisse penser. Mais les choses sont un peu plus compliquées, et c'est sans compter sur le rôle protecteur de la monnaie unique.

Est-ce que le fait d’appartenir à la zone euro protège de la crise ?

Avant de passer à l’idée de la protection, il faut d’abord se demander si l’euro n’a pas favorisé la crise au départ.  La réponse n’est pas si évidente que cela.  On sort de la plus grande crise de la dette de l’histoire de l’humanité.  Il y a eu beaucoup trop de crédits donné partout : que ce soit en dehors de la zone euro (l’Islande, l’Europe centrale), ou à l’intérieur.

Là où on peut dire que l’euro a favorisé la bulle à l’intérieur de l’Europe, c’est que l’Allemagne a été favorisée par l’euro pour ses exportations – beaucoup moins chères que si elle était restée avec le Deutsche Mark – pendant que des pays comme l’Irlande, l’Espagne ou le Portugal ont emprunté plus qu’ils n’auraient pu le faire sans l’euro.

Le drame de ces pays, qui n’avaient pas de crédibilité financière avant de rentrer dans l’euro, c’est qu’ils se sont retrouvés avec la crédibilité de l’Allemagne. Et comme ils n’avaient encore jamais été capables d’emprunter beaucoup et à taux réduit sur les marchés internationaux, ils ont rejoué la cigale et la fourmi… en reprenant le rôle de la cigale.

Tous les économistes américains s’en étaient alarmés, mais il est très compliqué de dire à un pays de mettre des noisettes de côté quand tout va bien. Ils ont emprunté pour faire une bulle immobilière, ce qui ne sert à rien. Je me rappelle être allé en Espagne en 2005, au lendemain du référendum sur la constitution européenne. On avait dit aux autorités espagnoles : « Mais vous êtes fous à lier avec votre bulle immobilière ! » Ils étaient dans le déni absolu. Et regardez aujourd’hui, toutes ces maisons construites dont ils n’avaient pas besoin.

Normalement, ils auraient dû se servir de ces taux d’intérêt bas pour réduire leur dette et/ou investir dans des dépenses d’avenir, et ils ont préféré créer de la dette publique. C’est une erreur politique considérable. De leur part à eux, mais aussi des banquiers, et de ceux qui surveillaient la politique monétaire depuis Bruxelles et Francfort.

 

Et une fois que la crise de la dette a éclaté, l’appartenance à la zone euro s’est-elle avérée protectrice ?

Il y a des désavantages à être dans l’euro. On ne peut pas dévaluer et reporter sur les autres. Mais le gros avantage, c’est que ça force à la solidarité. C’est-à-dire que si on refinance aujourd’hui la Grèce, ce n’est pas tant pour faire plaisir à BNP-Paribas ou aux autres banques françaises et allemandes. Elles pourraient très bien vivre avec un défaut grec et je vois mal Sarkozy et Merkel mettre leur popularité en jeu pour les beaux yeux des actionnaires. La vraie raison, c’est que si les Grecs font défaut, ils sont dans la pratique forcés de quitter la zone euro. Si ça arrive à la Grèce, les gens vont retirer tout leur argent des banques du Portugal et vont le mettre à Francfort ; personne ne va vouloir refinancer la dette portugaise, et tout va s’effondrer. Idem à Madrid. Ensuite, il y a une bonne chance que ça arrive aussi en Italie et en Belgique. Le vrai sujet, c’est que si la Grèce tombe, c’est toute l’Europe qui tombe.

En un sens, c’est ça qui va protéger la Grèce. Mais ça va être du « Réforme toi, et nous t’aiderons à te réformer ». Ils ne peuvent pas rester dans la zone euro avec l’état de leur économie, de leur compétitivité et du paiement des impôts. Ils ont voulu se payer un Etat-providence à la danoise avec des impôts américains. Il faut qu’ils choisissent. Le contrat est extrêmement clair : « Si vous voulez continuer comme avant, ciao » Et c’est pareil pour l’Irlande, l’Espagne et le Portugal.

L’appartenance à la zone euro va forcer tous les pays de la périphérie européenne à se réformer massivement dans les dix prochaines années. Même si personne n’en a envie.

 

Parallèlement, la très bonne santé de la Suède ou du Danemark pourrait laisser penser que les pays européens hors zone euro s’en sortent mieux…

La Finlande va aussi très bien, et elle est dans l’euro ! La question, c’est que le modèle des pays scandinaves est le seul qui marche bien dans le monde. Ils sont très libéraux et efficaces dans leur production de richesses – quand Saab va mal, ils ne lui donnent pas un centime – et d’un autre côté ils ont un Etat-providence qui marche très bien. C’est aussi valable au Danemark, qui n’est pas dans la zone euro, mais qui y est dans la pratique car son taux de change est complètement scotché à celui de l’euro. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le péripate
- 27/06/2011 - 08:59
Le risque systémique et le prêteur en dernier ressort.
C'est la deuxième fournée de refinancement, et il y en aura d'autres. J'ai lu que chaque ménage français en serait déjà de 1 400 euros de sa poche.
Alors effectivement c'est le moment de nous effrayer avec "le risque systémique" et de tenter de nous faire oublier, contribuables, que nous sommes "le prêteur en dernier ressort".
porticcio
- 26/06/2011 - 18:50
C'est le Peuple qui dirige ?
Quand le Peuple vote CONTRE la constitution européenne, des guignols à droite et à gauche en Assemblée changent la donne !
-
Ils le payeront un jour !
Achille Supertramp
- 26/06/2011 - 17:19
@ Marie46
Je veux bien voir oui, si vous pouviez m'envoyez un lien ou je peu aller ?
(Les élu représente le peuple par l'intermédiaire du vote, c'est donc bien le peuple qui dirige.)