En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

04.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

05.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

03.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

04.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

05.

Olivier Duhamel bénéficiait d'un réseau d'influence et de puissantes protections

06.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 22 heures 23 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 5 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 7 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 5 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 7 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 7 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 7 heures
Cercle vicieux

La Grèce ne fera pas l'économie d'une cessation de paiements

Publié le 07 juin 2011
Malgré un plan d'aide de 110 milliards d'euro consenti l'année dernière par ses partenaires européens et une cure d'austérité sans précédent, la Grèce s'avère incapable d'honorer ses créanciers. Le scénario du défaut de paiement, autrefois tabou, n'est aujourd'hui plus écarté.
Fabio Rafael Fiallo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Rafael Fiallo est économiste et écrivain, ancien fonctionnaire à la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Il est diplômé d’économie politique de l’université Johns Hopkins (Baltimore).  Son dernier ouvrage,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré un plan d'aide de 110 milliards d'euro consenti l'année dernière par ses partenaires européens et une cure d'austérité sans précédent, la Grèce s'avère incapable d'honorer ses créanciers. Le scénario du défaut de paiement, autrefois tabou, n'est aujourd'hui plus écarté.

Tout démarra aux Etats-Unis en 1977, à l’époque de Jimmy Carter, avec une loi, la Community Reinvestment Act, qui, par un ensemble d’incitations et de contraintes, poussait les banques à accorder des crédits à des groupes socialement défavorisés, et ce afin de faciliter l’accès du plus grand nombre à la propriété.

L’application de la loi atteignit son apogée dans les années 90, lors de l’administration Clinton, celle-ci exigeant aux banques de s’y conformer rigoureusement.

Accompagnant le mouvement, Alan Greenspan, président de la Banque centrale américaine nommé par Clinton, pratiqua une politique de taux d’intérêt bas.

Emballement du crédit

Tout le monde se mit à emprunter afin d’acheter un bien immobilier. Le prix de la pierre ne cessait de grimper, ce qui permettait à chacun de s’endetter davantage, donnant en gage ses actifs surévalués. Arriva cependant le jour où les emprunteurs les moins solvables commencèrent à ne plus pouvoir payer leurs traites. Les banques saisirent alors leurs biens hypothéqués et décidèrent de restreindre le flux des crédits de peur de ne pas être remboursées. L’activité économique s’effrita, déclenchant en 2008 la récession au niveau mondial que l’on sait.

Aux Etats-Unis, la solution choisie pour combattre la crise comporta deux volets principaux. D’une part, un plan de relance comportant des dépenses publiques chiffrées en plusieurs centaines de milliards de dollars. D’autre part, le sauvetage des banques en détresse.

Quant à l’efficacité des plans de relance, il n’y a pas de consensus parmi les économistes. Mais en marge des disputes théoriques, un argument concret, mettant en doute la pertinence de ces plans, vient d’être avancé par l’historien de l’économie Niall Ferguson; il donne la Suisse comme exemple d’un pays qui s’est sorti de la récession par une politique de prudence fiscale[1]. Entre-temps, malgré les sommes faramineuses dépensées par le gouvernement américain, l’économie des Etats-Unis continue à afficher des résultats décevants, notamment en matière de création d’emplois.

Pour ce qui est du sauvetage des banques, rien ne dit qu’il ait été nécessaire ou d’une grande utilité. Pour preuve : le cas de la CIT. Une injection de 2,3 milliards de dollars de l’Etat américain ne put empêcher cette banque de se déclarer en faillite en novembre 2009. Cela ne fut cependant pas la fin du monde, puisque la CIT a pu se redresser depuis, et ce sans nouvelle aide de l’Etat[2].

Perte de compétitivité

En Europe, la Grèce fut le premier pays à se trouver sur la sellette des marchés financiers suite à la récession. Et pour cause. Un Etat providence prodiguant des avantages sociaux incompatibles avec la faiblesse économique du pays, une mauvaise gestion gouvernementale, une évasion fiscale généralisée, ainsi que des rigidités dues à des corporatismes de toutes sortes, avaient produit deux effets désastreux : une économie en perte de compétitivité internationale et un Etat atteignant un niveau d’endettement exorbitant.

En échange de nouveaux prêts, les marchés financiers exigeaient de la Grèce des taux d’intérêt, de plus en plus élevés, que le gouvernement n’était pas en mesure de payer.

Entra alors en scène l’Union européenne, demandant aux Etats membres, l’Allemagne en tête, de venir en aide à la Grèce en lui prêtant à de meilleures conditions que le marché. En contrepartie, l’Europe réclama à la Grèce des mesures draconiennes d’austérité

Économiquement inacceptable, politiquement intenable

La Grèce se trouve dans une impasse. A moins d’assainir ses finances publiques, elle n’obtiendra pas de nouveaux crédits. Mais en même temps, la cure d’austérité, réclamée par l’Union européenne pour lui consentir de nouveaux prêts, porterait un coup trop dur au niveau de vie de la population. Autrement dit : les conditions posées par les partenaires de la Grèce, bien que légitimes, s’avèrent politiquement intenables.

Qu’on le veuille ou non, la Grèce ne pourra pas faire l’économie d’une cessation de paiements en vue de renégocier sa dette, quitte pour cela à sortir de la zone euro et ainsi reprendre en main sa politique monétaire. Par ailleurs, l’Argentine agit de la sorte voici une dizaine d’années, et la cessation de paiements porta ses fruits assez rapidement.

Les banques créancières de la Grèce en pâtiront à coup sûr. Mais pour elles, pas plus que pour la CIT aux Etats-Unis, ce ne sera pas la fin du monde ; les plus touchées feront l’objet de fusions ou d’acquisitions qui les rendront plus performantes. Faut-il répéter que la « destruction créatrice » d’entreprises, y compris dans le secteur bancaire, fait partie de la respiration de toute économie dynamique ?

De ce récit se dégage une troublante constatation : l'interventionnisme d’Etat et ses mauvais choix – plutôt que les marchés financiers -- sont à l'origine de chaque étape de la tourmente qui a secoué l’économie mondiale ces dernières années.


[1] « Austerity works », Newsweek, 29 mai 2011.

[2] « Life after bankruptcy », Wall Street Journal, 30 avril 2010.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Laulau
- 07/06/2011 - 18:15
l'auteur est un hypocrite
"Un Etat providence prodiguant des avantages sociaux incompatibles avec la faiblesse économique du pays,"

Mais bien sûr, mais on omet que la raison principale du déficit grec, c'est son budget militaire démesuré. La Grèce est le 4eme importateur mondial d'arme, pour la grande joie des fabricants de Mirages, Sous Marins et autres babioles.
Gilles
- 07/06/2011 - 17:46
Sortie de secouyrs
Seule solution viable : sortie de la zone Euro et de l'UE en attendant des jours meilleurs.
Transatlantico
- 07/06/2011 - 15:14
Meuh non
Laissons filer la Grêce... juste pour voir le résultat.