En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 10 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 15 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 16 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 17 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 19 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 13 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 16 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 16 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 17 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 18 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 18 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 19 heures
La question des impôts continue de diviser en France...
La question des impôts continue de diviser en France...
France/Allemagne

Compétitivité : baissons les impôts !

Publié le 30 mai 2011
La Conférence nationale de l'Industrie devait rendre ce lundi ses conclusions autour du rapport sur la différence de compétitivité entre la France et l'Allemagne. Et s'il ne fallait pas tout simplement baisser l'impôt sur les sociétés...
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Conférence nationale de l'Industrie devait rendre ce lundi ses conclusions autour du rapport sur la différence de compétitivité entre la France et l'Allemagne. Et s'il ne fallait pas tout simplement baisser l'impôt sur les sociétés...

La compétitivité de la France comparée à celle de l’Allemagne est un des sujets du moment. Le débat a été relancé cet hiver par un rapport de Rexecode dont on a voulu ignorer les conclusions dérangeantes pour se focaliser sur un problème de statistiques. Quelles que soient les querelles de chiffres, il est une évidence que nul ne peut nier : l’Allemagne dégage un excédent extérieur et la France un déficit.

Un problème irréductible à la simple hausse des salaires

En France, une certaine mode qui se veut keynésienne consiste à dénoncer non pas le déficit français mais l’excédent allemand. Les Allemands travailleraient trop et ne consommeraient pas assez. Les problèmes de l’économie européenne trouveraient leur solution dans une hausse des salaires en Allemagne, hausse d’autant plus légitime que les salaires y auraient été systématiquement comprimés depuis quinze ans. Si tel était bien la solution à tous nos maux, on ne voit pas pourquoi cette hausse n’aurait pas lieu : la population allemande serait contente et cesserait de faire perdre les élections locales à son gouvernement ; les pays européens de nouveau en situation d’équilibrer leurs comptes extérieurs et de retrouver une croissance dynamique seraient reconnaissants à l’Allemagne...

Si cela ne se produit pas, c’est que la situation est plus complexe. Pour rétablir sa compétitivité, un pays a trois solutions :
- dévaluer sa monnaie ;
- réduire les coûts ;
- augmenter sa productivité.

Impossible dévaluation

La dévaluation a ses nostalgiques d’autant qu’elle se rapproche des thèses des accusateurs de l’Allemagne : par une dévaluation française vis-à-vis de la devise allemande, l’Allemagne accroîtrait son pouvoir d’achat, ce pouvoir d’achat que la discipline salariale qui y règne contient indûment. Mais voilà : l’Euro nous empêche de dévaluer. Qu’on se le dise, pourtant : c’est une bonne chose ! La dévaluation signifie en effet une perte de pouvoir d’achat de la population et singulièrement de sa partie la plus pauvre. Elle signifie une hausse du prix des importations et nombre de produits de consommation courante sont désormais importés. On peut être surpris à ce propos que les dévaluateurs les plus frénétiques soient, sur l’échiquier politique, l’extrême droite et l’extrême gauche, qui ne cessent de se réclamer des intérêts du vrai peuple contre les dogmes des élites !

De la nécessité de baisser l'impôt des sociétés

La réduction des coûts est indispensable en France ; mais si on regarde bien, elle passe moins par la déflation salariale que par la réduction des coûts indirects que subissent les entreprises. La grande différence entre la France et l’Allemagne est le poids des dépenses publiques dans le PIB. Il est de 46 % en Allemagne et 56 % en France. Le coût le plus évident à réduire en France est celui du secteur public.

Mais la vraie solution c’est d’accroître la productivité. Pour se faire, il est de bon ton de clamer qu’il faut augmenter - encore ! - les dépenses publiques d’éducation pour rendre la population plus efficace. Tandis que dans le monde entier, des jeunes chômeurs sur-diplômés expriment leur légitime frustration en occupant les places des grandes villes, rien ne semble arrêter le fantasme éducatif... La bonne façon d’améliorer la productivité, c’est de donner les moyens financiers aux entreprises de faire de l’innovation, en baissant leurs impôts. Si l’Irlande s’accroche à un taux de 12,5% d’impôt sur les sociétés, c’est que ce taux est un élément essentiel de sa compétitivité et donc de sa croissance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
FIGAROCB
- 02/06/2011 - 09:04
Où est l'escroquerie ?
Oui, la dévaluation est une belle escroquerie vis à vis des populations, pour l'éviter il faut : diminuer les charges pesant sur les investissements, sur les salaires, sur les bénéfices des entreprises ; diminuer la sphère publique qui est la cause essentielle de notre endettement : trop de fonctionnaires absence de maîtrise de la dépense publique, se soumettre aux rapports de la Cour des Comptes
FIGAROCB
- 02/06/2011 - 09:04
Où est l'escroquerie ?
Oui, la dévaluation est une belle escroquerie vis à vis des populations, pour l'éviter il faut : diminuer les charges pesant sur les investissements, sur les salaires, sur les bénéfices des entreprises ; diminuer la sphère publique qui est la cause essentielle de notre endettement : trop de fonctionnaires absence de maîtrise de la dépense publique, se soumettre aux rapports de la Cour des Comptes
Eddie Constantine
- 01/06/2011 - 17:42
Une escroquerie !
Ce site est une escroquerie ! 400 caractères pour contester un tel article, c'est une honte. Atlantico au service des européistes, de la mondialisation, de l'Euro, de Sarko, c'est se moquer du monde. Circulez, y a rien à voir !
A ceux qui croient que Franc = inflation, allez lire Jacques Sapir.