En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 14 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 18 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 19 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 20 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 20 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 21 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 21 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 22 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 22 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 23 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 17 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 19 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 20 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 22 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 23 heures
© Reuters
© Reuters
Entre la vie et la mort

Signes de réveil chez Michael Schumacher : ce qu'on sait maintenant des patients plongés dans des comas de longue durée

Publié le 05 avril 2014
L'ex-pilote de Formule 1 serait en train de sortir progressivement de son long sommeil, d'après sa porte-parole. En France, 1 500 personnes se trouvent dans une situation similaire.
Jean-Yves Nau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Nau est médecin et journaliste, chroniqueur sur Slate.fr. Il anime par ailleurs  le blog « Journalisme et santé publique » sur jeanyvesnau.com
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ex-pilote de Formule 1 serait en train de sortir progressivement de son long sommeil, d'après sa porte-parole. En France, 1 500 personnes se trouvent dans une situation similaire.

Atlantico : L'ancien pilote de F1 Michael Schumacher aurait donné quelques signes de conscience d'après sa porte-parole. Que sait-on aujourd'hui des possibilités d'être à la fois conscient et sujet à un état de coma apparent ?

Jean-Yves Nau : Soyons précis. Dans un communiqué publié le 4 avril Sabine Kehm, porte-parole de la famille, écrit : « Michael fait des progrès sur son chemin. Il montre des moments de conscience et d'éveil. Nous sommes à ses côtés pendant ce long et difficile combat, avec l'équipe du CHU de Grenoble, et restons confiants ». Ces explications sont excessivement vagues et ne permettent en aucune façon de dire quel est aujourd’hui le niveau de conscience de Michael Schumacher, quels « progrès » il a pu réaliser depuis trois mois et quel pourra être l’évolution de son état dans les prochains mois.

On a longtemps classé les comas en quatre stades. Dans le « coma stade 1 » la personne répond à des stimuli douloureux et peut parfois communiquer de manière simple (grognements). Dans le « stade 2 » la capacité d'éveil disparaît. La réaction aux stimuli douloureux peut être présente, mais  elle est désordonnée et la communication avec le malade est impossible. Le « stade 3 » est celui du  coma profond : plus aucune réaction aux stimuli douloureux et des troubles neurophysiologiques graves (troubles « végétatifs ») peuvent commencer à apparaître. Vient enfin le « coma stade 4 » qui est bien souvent en réalité  une forme d’état de mort cérébrale où les fonctions vitales (respiration, circulation) sont maintenues par des moyens artificiels de réanimation intensive.

En fait on sait aujourd’hui que cette classification est bien trop rigide. L’état des malades peut également être évolutif, ce qui bien souvent interdit (sauf lorsque le stade 4 est atteint de manière durable) de faire des pronostics trop catégoriques. La situation est compliquée avec les états dits « pauci-relationnel ». Chez ces personnes  il existe un degré minimal de réponse volontaire à quelques stimulations. Ces réponses sont fluctuantes selon les moments de la journée ou de la semaine ou des mois.

Le cas de Rom Houben, jeune Néerlandais qui était resté en "veille" pendant 23 ans tout en conservant un certain état de conscience, a conduit à pas mal de remises en cause. Peut-on être dans un état similaire à l'état comateux  (état de conscience minimale) ou existe t-il simplement différents "degrés" dans l'état d'inconscience ?

Sur le cas de Rom Houben on peut se reporter à l’une de mes chroniques parue en novembre 2009 sur Slate.fr. Chaque année, à la suite d’un accident de la circulation, d’un accident domestique, d’un accident vasculaire cérébral, d’une tentative de suicide de nombreuses familles se trouvent confrontées à la douloureuse situation de voir l’un de leurs proches tomber dans le coma. L’évolution de ce coma est variable. Toutes les personnes passent alors par une phase « végétative » marquée par des cycles veille-sommeil avec ouverture des yeux, ventilation spontanée et absence de vie relationnelle. Il n’y a alors pas de réponse motrice adaptée, les ordres simples ne sont pas exécutés, aucune parole compréhensible n’est émise.

L’évolution éventuelle de cette phase « végétative » est toujours incertaine. Certaines personnes restent en état végétatif, sans relations pendant des mois, sans modification notable de leur état clinique. On parle d’« état végétatif chronique » (EVC) lorsque cette situation perdure au-delà de certains délais (12 à 18 mois pour les états végétatifs d’origine traumatique comme Michael Schumacher).  L’espoir devient  de plus en plus minime d’une évolution vers un retour à la conscience. Mais il est vrai qu’il existe aussi quelques observations d’éveil chez des personnes qui était encore en état végétatif  depuis des années. Il est vrai aussi que  ces cas sont exceptionnels.

On estime qu’en France  environ 1 500 personnes sont dans un EVC ou un état « pauci-relationnel ».

Comment expliquer les hésitations de la science sur ces sujets, comme c'est notamment le cas dans l'affaire Vincent Lambert actuellement ?

Ce ne sont pas des hésitations de la science, ce sont des hésitations de la justice. La question, tranchée par le conseil d’Etat est de savoir si le fait d’alimenter et d’hydrater ces personnes est une thérapeutique. Et si dans certains cas il s’agit d’acharnement thérapeutique. Si tel est le cas la loi Leonetti sur la fin de vie pourrait s’appliquer : si le corps médical l’estime nécessaire et si les conditions sont remplies on pourrait arrêter de nourrir et d’hydrater ces malades jusqu’à ce leur mort. C’est la question soulevée aujourd’hui dans le cas de Vincent Lambert qui, à la demande du Conseil d’Etat est une dernière fois examiné par trois experts qui devront dire le degré de son coma. 

En quoi les découvertes de ces dernières années peuvent-elles remettre en cause le principe de précaution ? le risque n'est-il pas de "laisser partir" à tort un patient qui ne serait concrètement pas dans le coma ?

Les découvertes que vous évoquez résultent pour l’essentiel de l’évolution des techniques de neuro-imagerie cérébrale. Elles sont notamment développées à l’Université de Liège par le Pr Steven Laureys et son équipe du Coma Science Group qui jouit d’une renommée internationale. On peut espérer que les progrès accomplis dans ce domaine (voir ici) permettront de faire la part entre les personnes pour lesquelles aucun espoir n’est raisonnablement plus permis et celles où tout espoir n’est pas raisonnablement perdu. Sur ce thème, le Dr Steven Laureys mène depuis plusieurs années un combat. La principale difficulté, selon lui, est qu'une fois le diagnostic d'«état végétatif » porté il est pratiquement impossible de le remettre en question. Une autre difficulté tient aussi au coût des investigations d'imagerie cérébrale qui doivent ici être menées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lilyss
- 06/04/2014 - 00:43
Sachez-le
Pour y être passée , je peux vous dire que le plus difficile à vivre , à supporter , c'est l'après coma. Je me suis vue paralysée un moment toujours trop long .
Il m'a fallu tout réapprendre malgré un coma pourtant pas très long : une semaine , enfin 9 jours.
Je sais que certaines séquelles sont irréversibles.
Tout ça pour 9 jours..
Anguerrand
- 05/04/2014 - 17:40
Non à l'acharnement thérapeutique
S'il s'en sort il aura très certainement de graves séquelles qui pour un sportif comme lui risquent de ne pas supporter.
En ce qui me concerne je souhaiterais que dans un cas pareil on me " débranche",sans compter l'écoute pour la société d'une seule journée d'hôpital.
cpamoi
- 05/04/2014 - 15:48
Bonne chance Schumi !
D’un côté la presse titre tant et plus sur les «victoires » des neurosciences », et de l’autre nous constatons la vérité toute nue, sinistre, qu’elles ne savent pas grand-chose, et que leurs triomphes ont plus vocation à décrocher des budgets qu’à servir la médecine.

Neurosciences qui ne voient en l’homme qu’un bout de cervelle, dénué de spiritualité. Ce matérialisme médical réduit l’homme à des neurones, des cellules nerveuses, alors que les médecins savent, sentent, le rôle joué par l’esprit dans la résolution des maladies – dont 70% seraient d’origine psychosomatique.

Dans tous les cas, j’espère que ce formidable champion va s’en tirer.