En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 4 heures 36 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 15 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 3 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 9 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 14 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 7 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 31 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 35 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 8 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 10 heures 49 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 25 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 12 heures 54 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 21 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 35 min
© Saul MARTINEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© Saul MARTINEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Retour à l'envoyeur

Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique

Publié le 31 mai 2020
"Le trampoline fonctionne", a ironisé Elon Musk après la réussite du vol habité de la capsule Crew Dragon.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Le trampoline fonctionne", a ironisé Elon Musk après la réussite du vol habité de la capsule Crew Dragon.

Cette fois, la compétition a bien repris. En envoyant vers l'ISS deux astronautes américains, et en rendant ainsi aux Etats-Unis la capacité d'envoyer des hommes dans l'espace - qu'elle avait perdu en 2011 avec la mise à la retraite de la navette spatiale -, Elon Musk a déterré la hache de guerre avec Roscosmos, l'agence spatiale russe.

SpaceX a réussi samedi 30 mai son pari d'envoyer des hommes dans l'espace. Avec quelques jours de retard, du fait d'une météo capricieuse, les astronautes Doug Hurley et Bob Behnken se sont envolé vers la Station spatiale internationale (ISS) à bord d'une capsule Crew Dragon, propulsée par une fusée Falcon 9, depuis Cap Canaveral en Floride.

"Le trampoline fonctionne", a plaisanté dimanche Elon Musk lors d'une conférence de presse au côté de l'administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine, après ce succès. Cette phrase fait référence à des propos de Dmitri Rogozine, le patron de l'agence spatiale russe, qui s'était moqué en 2014 de l'incapacité des Etats-Unis à envoyer des hommes dans l'espace. Il avait déclaré que les astronautes pourraient bien avoir besoin d'un "trampoline" pour rejoindre l'ISS. 

Après cette sortie d'Elon Musk, et alors que Dmitri Rogozine était tourné en dérision sur les réseaux sociaux russes, le porte-parole de Roscosmos, Vladimir Oustimenko, a écrit sur Twitter : "Nous avons du mal à comprendre l'hystérie déclenchée par le lancement réussi de la capsule Crew Dragon. Ce qui aurait dû arriver il y a longtemps est arrivé". Il a ajouté : "Désormais, ce ne sont pas seulement les Russes qui pourront voler vers l'ISS, mais aussi les Américains. Et c'est super !" Le porte-parole a ensuite souligné l'intérêt d'avoir deux systèmes de lancement vers la station, en cas de problème sur l'un d'eux. Néanmoins, on a vu plus chaleureux comme message...

La raison de cette passe d'armes est assez claire : la Nasa devait depuis plusieurs années acheter des billets sur les capsules Soyouz pour envoyer ses astronautes dans l'ISS. Un aller-retour facturé 80 millions de dollars par siège... Un prix bien plus élevé que celui d'un lancement d'une fusée de SpaceX, qui est en moyenne de 57 millions de dollars (pour un vol non-habité). Avec la fin de ces transactions, Roscosmos pourrait perdre jusqu'à 10% de son budget annuel. En avril, Dmitri Rogozine avait d'ailleurs annoncé son intention de réduire les coûts de Roscosmos de 30% pour pouvoir lutter contre SpaceX sur le terrain du prix. Le patron de l'agence spatiale russe, entièrement financée par l'Etat, s'était même plaint des subventions reçues par SpaceX de la part de la Nasa.

Pour l'anecdote, cette rivalité entre SpaceX et la Russie remonte aux origines de l'entreprise. En 2001, Elon Musk s'est rendu à Moscou avec pour objectif d'acheter des anciens missiles, qu'il voulait transformer en fusées à bas coûts. Le manque d'enthousiasme des Russes pour son projet - et, pour le dire clairement, le mépris avec lequel ils ont reçu ce jeune homme qui n'était même pas dans l'industrie spatiale - a incité Elon Musk, qui venait d'avoir 30 ans, a créé sa propre entreprise et à fabriquer ses fusées de A à Z aux Etats-Unis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Phlt1
- 05/06/2020 - 11:02
Hé oui....
qu'il soit d'un côté ou de l'autre, le mépris ne sert à rien.!. je suis assez étonné que, vis-à-vis d'un sujet aussi gigantesque que l'espace, le genre humain ne comprenne pas qu'il n'arrivera à rien avec le mépris des autres.!; Aucune nation n'est assez puissante et n'aura jamais assez de puissance pour créer à elle seule un avenir pour l'humanité en dehors de la planète Terre. Mais il y a des dirigeants assez cons pour le croire, en Russie comme aux Etats-Unis, comme en Chine.!. Ils pensent tous comme aux 20ème siècle. Des ânes.!.