En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 8 heures 51 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 10 heures 11 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 14 heures 6 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 14 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 14 heures 42 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 16 heures 35 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 9 heures 38 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 10 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 13 heures 58 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 16 heures 35 min
© FREDERIC J. BROWN / AFP
© FREDERIC J. BROWN / AFP
Violences sexuelles

Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"

Publié le 28 février 2020
Alors que l'«affaire Polanski» resurgit à l'occasion de la cérémonie des César, Samantha Geimer, violée par le réalisateur en 1977, s'élève contre l'emballement médiatique autour de son histoire.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'«affaire Polanski» resurgit à l'occasion de la cérémonie des César, Samantha Geimer, violée par le réalisateur en 1977, s'élève contre l'emballement médiatique autour de son histoire.

Il y a 25 ans, à Hollywood, alors qu'elle n'était âgée que de 13 ans, Samantha Geimer fut violée par Roman Polanski. Dès le lendemain des faits, soutenue par ses parents, elle porte plainte. Ce sera la début de l'"affaire Polanski", un procès transformé en évènement médiatique, au cours duquel le réalisateur français prendra la fuite et se verra définitivement interdit de territoire aux États-Unis. 

Aujourd'hui encore, avec les nombreuses nominations aux César du réalisateur français pour son film " J'accuse", l'affaire fait de nouveau la une des journaux. Mais Samantha Geimer, elle, voudrait tourner la page. «Ce n'est pas pour lui que j'ai pardonné. Je l'ai fait pour moi», écrit-elle dans La Fille - Ma vie dans l'ombre de Roman Polanski, récit paru en 2013 et dont la rédaction a été déclenchée par l'«affaire Polanski» de 2009. Depuis 2003, elle souhaite également que son histoire ne soit plus exploitée pour nuire à la carrière du cinéaste.

À l'heure d'une énième «affaire Polanski», née d'une nouvelle accusation de viol portée par Valentine Monnier, et au moment de la cérémonie des César où le réalisateur ne se rendra pas pour ne pas avoir à «affronter un tribunal d'opinion autoproclamé», la voix de Samantha Geimer mériterait peut-être d'être entendue...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Winter
- 02/03/2020 - 23:31
Le dédommagement, la
Le dédommagement, la réparation, les dommages-intérêts font partie intégrante d’une transaction de justice traditionnelle. C’est reconnaître le dommage qu’on a causé. Et c’est ce qui permet aussi aux victimes de se reconstruire. Si cette femme a reçu des dommages-intérêts ça ne me choque pas du tout. Je pense qu’il faut lire son livre. Il est intéressant d’autre part de voir en France des violeurs que la justice ne punit pas sous prétexte qu’il n’ont pas “les codes“, ce qui est une seconde agression en réalité, et c’est ignoble, et en concomitance ces femmes hystériques qui se déchaînent. Probablement les 2 choses sont liées, les femmes comme les hommes ne se sentent pas protégées par la loi en France notamment et donc sortent frustrées des tribunaux si elles portent plainte. D’où la nécessité du bouc émissaire. (Aucune idée si Polanski est coupable ou non. )
jurgio
- 02/03/2020 - 14:56
Le difficile état d'âme
où l'on a la liberté de nourrir sa blessure ou de la cicatriser.
GP13
- 02/03/2020 - 14:31
@Pale Rider
La condamnation du coupable comme le versement d'un capital sont sans relation avec la cicatrisation d'une blessure reçue.
Bien des victimes d'agression ne remontent, en effet, jamais la pente. La capacité de résilience n'appartient qu'à la personne blessée, seule à pouvoir mettre un terme à un statut de victime, pour reprendre le cours d'une vie épanouie.