En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© STAN HONDA / AFP
NSO Group

Une faille de sécurité de WhatsApp a été utilisée pour installer un logiciel espion via un appel manqué

Publié le 14 mai 2019
WhatsApp a annoncé avoir corrigé une faille de sécurité. Il était possible d'espionner l'ensemble de l'activité d'un téléphone mobile par le biais d'un simple appel. Plusieurs ONG veulent porter plainte contre l'éditeur du logiciel incriminé, NSO group, une société israélienne.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WhatsApp a annoncé avoir corrigé une faille de sécurité. Il était possible d'espionner l'ensemble de l'activité d'un téléphone mobile par le biais d'un simple appel. Plusieurs ONG veulent porter plainte contre l'éditeur du logiciel incriminé, NSO group, une société israélienne.

Une importante faille de sécurité sur la fonction appel téléphonique de WhatsApp a été corrigée ce lundi 13 mai. Un logiciel espion est au cœur de cette révélation. Les pirates informatiques ont installé à distance un logiciel de surveillance sur les téléphones et d'autres appareils en utilisant une vulnérabilité de l'application WhatsApp. 

Difficile à détecter, cette faille de sécurité ne pouvait être identifiée que par des équipes très qualifiées. Cette faille a été exploitée afin d'installer des logiciels espions Pegasus, de l'entreprise israélienne NSO Group. 

WhatsApp, détenue par Facebook, a indiqué que l'attaque visait un "nombre restreint d'utilisateurs". Elle a été orchestrée par "un cyber-acteur avancé". Un correctif a été apporté vendredi dernier.  

L'attaque aurait été initiée par la société de sécurité israélienne NSO Group, selon un rapport publié par le Financial Times

WhatsApp a donc incité ce lundi ses 1,5 milliards d'utilisateurs à mettre à jour leurs applications par mesure de précaution. WhatsApp se présente pourtant comme une application de communication "sécurisée", les messages étant chiffrés. 

Selon les récentes révélations, le logiciel de surveillance aurait laissé un attaquant lire les messages sur le périphérique de la cible. Les assaillants auraient utilisé la fonction d'appel vocal de WhatsApp afin de faire sonner l'appareil de la cible. Même si l'appel n'était pas pris, le logiciel de surveillance serait installé, selon le Financial Times. WhatsApp a précisé à la BBC que son équipe de sécurité avait été la première à identifier la faille. Elle avait partagé cette information avec des groupes de défense des droits de l'homme ainsi que le département américain de la Justice. 

WhatsApp a communiqué ce lundi en publiant un document d'information dédié aux journalistes. 

"L'attaque a toutes les caractéristiques d'une entreprise privée qui travaillerait avec les gouvernements pour fournir des logiciels espions qui prendraient en charge les fonctions des systèmes d'exploitation pour téléphones mobiles".

Le groupe NSO est une société israélienne qui a été qualifiée par le passé de "cyber-revendeur d'armes". Cette entreprise appartient à la société Novalpina Capital, selon des précisions de la BBC. Le logiciel de NSO, Pegasus, permet de collecter des données personnelles à partir d'un périphérique cible, notamment de capturer des données à travers le microphone et la caméra et de récupérer des données de localisation. 

WhatsApp a déclaré qu'il était trop tôt pour savoir combien d'utilisateurs avaient été affectés par cette vulnérabilité. Les attaques présumées ont été très ciblées. 

Ce mardi, un tribunal de Tel-Aviv doit se pencher sur une pétition menée par Amnesty International qui demande au ministère de la Défense israélien de révoquer la licence du groupe NSO lui permettant d'exporter ses produits.  

Vu sur : BBC
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

05.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

06.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

07.

Risque terroriste : British Airways et la Lufthansa suspendent des vols vers l'Egypte

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires